Vers la mort

"Il faut accepter l'idée que l'on va vers l'épreuve ultime de la mort." Bernard Tapie....

J'ai lu ça tout à l'heure et encore une fois, je suis surpris par cette expression familière qui suggère que nous allons vers la mort...Personnellement, quand je vais quelque part, c'est que je l'ai décidé et je n'ai pas décidé d'aller vers la mort. Je considère plutôt que c'est elle qui vient vers moi.

De mon côté, j'honore la vie de mon mieux. J'imagine même que cet hommage génère un champ immatériel, comme une aura et que la mort en est freinée dans sa progression vers moi, comme si de devoir plonger dans mon bonheur de vivre, elle se retrouvait engluée.

 

 Pendant une bonne partie de ma vie, j'ai couru en montagne avec le sommet pour seul objectif et dans cette furie physique, j'en ai oublié de regarder les fleurs, les arbres, les roches, les nuages, oublié d'en écouter le silence ou le murmure des ruisseaux, le cri d'un rapace ou la mélodie de mon pas.

J'en ai oublié de vivre à l'instant.

Alors, je ne sais pas où on va mais je vois la mort comme ce sommet désormais : je ne sais pas ce que je vais trouver là-haut et je ne m'en soucie pas puisque je n'y suis pas encore et qu'ici, maintenant, il y a l'amour, la beauté des fleurs, le dessin des montagnes, les couleurs du monde. Juste, là, maintenant.

Maintenant, que des chamans ou autres expérimentateurs des états de conscience modifiée viennent nous parler du "royaume de la mort", autant ça m'intéresse, autant je ne me l'attribue pas. Je ne sais rien de ma mort et je lui laisse le soin de gérer les détails. On verra quand on fera connaissance de ce qu'il en est de cette dimension ;) 

L'expérience des autres ne restera jamais que leur expérience.

Le voyage des autres ne peut pas devenir le mien.

 

blog

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau