"Vous êtes coupables."

Les agriculteurs bretons sont montrés du doigt, coupables de transporter leurs marchandises sur des distances considérables, de polluer le sol avec les nitrates, de polluer l'atmosphère et de ne pas vouloir participer à l'effort collectif...Comme tout cela est bien raconté par les médias, dénoncé par les politiques. Mélenchon vomit sur "les esclaves bretons qui protègent leurs maîtres."

Les autres politiciens ne sont pas en reste.

Les agriculteurs sont coupables.

Je fais le parallèle avec la fonction enseignante. Nous sommes à chaque gouvernement montrés du doigt, vilipendés, critiqués, mis plus bas que terre et un Ministre, superbe et intelligent, vient en sauveur nous apprendre à travailler, "pour sauver notre jeunesse."

Les enseignants sont coupables.

Et les médias se repaissent de ces incapables jetés dans l'arène.

Quid des politiciens de l'UE qui ont imposé aux agriculteurs du pays des directvives productivistes, des monocultures, des investissements constants, un endettement colossal, une vie de labeur et la vindicte populaire ? Quid des minsitres successifs qui viennent marquer de leur sceau, une école déboussolée ?

Jusqu'ici, ils restaient à l'abri dans leurs tours de verre, leurs donjons luxueux.

Mais le regard de la population change. Inexorablement.

Les Bretons soutiennent leurs paysans.

Les parents d'élèves se rebellent contre la réforme du calendrier scolaire. Une cohésion s'installe avec les enseignants. Des conseils municipaux votent le retour à l'ancien calendrier. la fronde ne cible plus "les coupables" désignés par le pouvoir mais le pouvoir lui-même.

Les enseignants subissent invariablement les humeurs des technocrates et espèrent un soulèvement des parents. Aucune utilité de faire grève. Nous perdrions tout soutien. Ce temps-là est fini.

Les agriculteurs, de leur côté, ne subissent pas le joug du "devoir de réserve" et crient leur désespoir.

Je souhaite qu'ils se protègent de toutes récupérations syndicalistes, de toute affiliation à un mouvement politique. Je souhaite qu'ils installent une autre agriculture, qu'ils se démarquent des systèmes anciens. Ils savent aujourd'hui que rien de bon ne peut advenir du haut de la pyramide.

Il est temps de passer à un mouvement populaire. Rien d'autre. Lorsque les abstentionnistes représenteront la première force non-politique de ce pays, le changement sera possible.

blog

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau