EDF et les déchets

On parle ici de la pollution du site mais qu'en est-il de la santé des ouvriers qui ont dû obéir à des ordres ou qui ont géré tout ça comme ils le voulaient ? Est-ce qu'ils sont réellement informés de ce qu'ils manipulent ?...A la centrale de Brennilis, une commission de sécurité est tombé sur des gants et combinaisons irradiés, rangés dans des placards ou abandonnés sur le site.....

 

Les associations anti-nucléaire sont furieuses et dénoncent les pratiques d'EDF.

Des déchets datant des années 70 et 80 ont été découverts enfouis sur le site de l'EPR de Flamanville en mai 2016. ( AFP / CHARLY TRIBALLEAU )

Des déchets enfouis depuis la construction des deux premiers réacteurs de la centrale de Flamanville, dans la Manche ont été découverts sur le chantier de l'EPR, rapporte le Parisien lundi 10 juillet. S'ils ne sont a priori pas dangereux, leur découverte jette le doute sur les pratiques d'EDF.

En mai 2016, sur le chantier de construction du nouveau réacteur de type EPR à Flamanville, un terrassier met au jour des déchets, enterrés à quelques mètres sous le sol. L'autorité de sûreté du nucléaire (ASN) est prévenue, et vient faire des constatations sur place : les sacs plastiques, morceaux de bois, câbles métalliques et tuyaux datent de la construction des deux premiers réacteurs de la centrale, entre 1978 et 1986. Ils n'ont jamais été répertoriés et traités comme ils auraient dû l'être, explique Le Parisien.

L'ASN rapporte que les déchets sont apparemment "non-dangereux". Cependant la découverte jette le doute, et le gendarme du nucléaire demande à EDF des compléments d'information le 7 juillet 2016, qu'elle tarde à recevoir.

Du coup, le 2 juin 2017, l'ASN profite d'une inspection du chantier pour observer plus attentivement les pratiques d'EDF. "Les inspecteurs de l'ASN se sont rendus dans le magasin du site et dans la salle des machines afin d'y examiner les modalités d'entreposage de produits chimiques, peut-on y lire. Ainsi qu'au niveau d'un ouvrage de prélèvement d'eau souterraine afin d'en contrôler les conditions d'exploitation". Les résultats ne sont pas très probants. "L'organisation définie et mise en oeuvre sur le site de l'EPR de Flamanville pour la préservation de l'environnement apparaît perfectible", écrit l'ASN dans une lettre envoyée au directeur de l'aménagement de Flamanville 3 et que Le Parisien a pu se procurer.

L'autorité a demandé à rencontrer des ouvriers ayant travaillé sur le site à l'époque des chantiers de Flamanville 1 et 2, mais en attendant, EDF a dû revoir son plan de gestion des déchets mis au jour. "Certes le groupe a immédiatement pris des mesures pour évacuer ces déchets vers les filières autorisées, selon la chef de la division Caen à l'ASN, Hélène Héron. Mais de nouvelles fouilles ont montré que le volume à extraire était finalement largement supérieur aux estimations de départ."

EDF se veut rassurant, mais cela ne suffit pas aux associations. "Cette histoire est révélatrice de certaines pratiques, qui contrairement à ce qu'affirme EDF, sont encore monnaie courante sur tous les sites. Et nous n'avons aucune garantie sur la non-dangerosité de ces déchets", accuse la porte-parole de Réseau sortir du nucléaire, Charlotte Mijeon, citée par Le Parisien.

EDF - ELECTRICITE DE FRANCE

AREVA

blog

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.