Épuisement des ressources naturelles

L’ÉPUISEMENT DES RESSOURCES NATURELLES

 

Le grand calendrier de l’épuisement des ressources naturelles, avec un zoom matière par matière. D’ici la fin du XXIe siècle, on peut attendre la fin du pétrole, platine, gaz, hafnium, or, sable…

Rédigé par Jean-Marie, le 12 Jan 2011, à 16 h 16 min

L'épuisement des ressources naturelles

 

Avec l’explosion démographique et l’émergence de nouveaux géants économiques, l’impact de l’humanité sur l’environnement augmente régulièrement. À tel point qu’on entrevoit l’épuisement de certaines ressources naturelles, renouvelables et non renouvelables.

Lesquelles ? Quand ? Petite visite des ressources de notre bonne vieille planète. Une série d’articles qui va nous mener jusqu’en 2350… bon voyage !

Des ressources naturelles en voie de disparition annoncée

Quelles ressources sont menacées par la pression humaine ?

7 milliards d’habitants consomment la planète

temps-horloges-montres-fin-des-ressources-00-banLa démographie est implacable : plus nous sommes, plus la pression que nous mettons sur nos ressources naturelles augmente.

 

Croissance de la population mondiale (naissances - décès)

Chaque jour, on compte 227.000 nouvelles personnes de plus dans le monde, soit 2,6 personnes par seconde (compteur)... autrement dit, la population mondiale s’accroît chaque année de près de 83 millions d’habitants grâce à un nombre de naissances supérieures à celui des décès.

Depuis le 1er janvier

48 208 596

Depuis que vous êtes connecté

67

Cette statistique, et bien d’autres, vous est offerte par le Planetoscope


On prévoit 9 milliards d’habitants d’ici 2050 et déjà, en 2008, le rapport Planète vivante WWF indiquait que l’empreinte écologique de l’humanité sur la planète a plus que doublé au cours des 45 dernières années en raison de la croissance démographique et de la hausse de la consommation individuelle.

 

Une démographie dynamique

Si l’on prend pour référence l’année 1963, la production industrielle mondiale affiche une croissance clairement exponentielle, malgré certaines fluctuations dues aux chocs pétroliers et à des crises financières.

démographie galopante

Le taux de croissance au cours des 25 dernières années a été en moyenne de 2,9 % par an (il a doublé en 25 ans). Le taux de croissance par habitant a, en revanche, été plus lent à cause de l’accroissement démographique : seulement 1,3 % par an (il a doublé en 55 ans)(4).

L’empreinte écologique de l’humanité explose

La planète n’arrive tout simplement plus à suivre …. et à satisfaire la croissance de nos besoins matériels.

empreinte-ecologique-1961-2050

Lire la suite : L’épuisement des ressources du sol

Épuisement des ressources naturelles : les sols

L’extension des zones d’habitation, l’artificialisation rapide des sols et des surfaces agricoles due à l’urbanisation menace tout d’abord la biodiversité, c’est-à-dire les ressources végétales (déforestation) et les espèces animales (disparition d’espèces).

35 millions de km2, soit le 1/4 des terres émergées sont soumis à un phénomène de dégradation. Lors de la dernière mesure, en 1991, ce taux n’était que de 15 %.

desert-sol-sec-epuisement-ressourcesDésertification

On estime qu’un tiers environ de la superficie des terres émergées du globe, soit environ 4 milliards d’hectares sont menacés de désertification dont 600 millions d’hectares sont en voie de désertification dans le monde.

  • Près de 5 milliards d’hectares de terres sont fortement dégradés, ce qui correspond à 70 % des zones sèches de la Terre, d’après l’Unesco…
  • Au total, c’est l’équivalent de la surface agricole des États-Unis qui aurait été perdu(2), en 20 ans environ.

Près de 27 000 km2 perdus chaque année… du fait d’une mauvaise gestion des sols.

24 milliards de tonnes de sols fertiles disparaissent chaque année.

41 % des terres de la planète sont constitués de zones arides ou semi-arides

desert-epuisement-sols-ressourcesL’épuisement des végétaux

Croissance démographique aidant, l’humanité n’a jamais autant mis à contribution la nature : quand 1 tonne de végétaux pousse, l’homme en utilise 250 kg.

Un niveau record. Le pire taux de « prélèvement végétal » se passe en Inde (96,6 %), en Chine (89,7 %) et Europe occidentale (86,1 %)

disponibilité des produits alimentaires

empreinte-ecologique-biocapaciteLa production alimentaire face à la démographie

On semble atteindre un pic de production alimentaire dans le monde. Selon la FAO, pour pouvoir accroître la production agricole mondiale de 70 %, pour nourrir tout le monde d’ici 2050, il faudra augmenter les surfaces de terres arables de plus de 100 millions d’hectares.

démographie et ressources naturelles« La population mondiale augmente de façon exponentielle depuis le début de la révolution industrielle.

Notez la forme de la courbe et le changement qui s’accentue avec le temps : ils sont caractéristiques d’une croissance exponentielle. Cet accroissement démographique est cependant en train de ralentir ; la courbe devient donc moins verticale, mais c’est à peine visible. En 2001, le taux d’accroissement démographique mondial était de 1,3 % par an, ce qui signifie que la population double en 55 ans »(3).

L’abattage des animaux pour fournir de la viande représente plus de 1090 animaux par seconde soit 60 milliards d’animaux tués chaque année représentant 280 millions de tonnes (vs. 44 millons en 1950) selon la FAO.

Lire la suite : L’eau future ressource rare ?

L’eau, future ressource rare ?

Depuis le début du XXe siècle, la consommation d’eau douce a été multipliée par sept sur la planète.

  • Au cours des trente dernières années, les quantités d’eau disponibles sont passées d’une moyenne de 12 900 m3 à 6800 m3 par habitant et par an.
  • La consommation d’eau sur la planète atteint 4 milliards de m3, ce qui supérieur aux capacités de renouvellement des réserves. Au rythme de croissance actuel, cette consommation atteindrait 4,7 milliards de m3 par an d’ici 2020.
  • L’eau non potable est la première cause de mortalité dans le monde, et tue 10 fois plus que les guerres.

L’eau, renouvelable mais vulnérable

eau-epuisement-ressources

  • L’agriculture est avide d’eau, prélevant à elle seule environ 70 % de l’eau douce de la planète. De leur côté, les industriels consomment 20 % de l’eau douce de la planète et nous, les particuliers, 10 %.

Au global, les réserves d’eau par habitant et par an sont de 6.600 m3 en 2010, et les prévisions indiquent qu’en 2025 elles seront de 4.800 m3.

  • Inquiétant car elles étaient de 15.000 m3/an/hab en 1995. Le risque de pénurie existe quand ces réserves atteignent 1.700 m3/an/hab.

La croissance de la population mondiale augmente les besoins en eau de 64 milliards de mètres cubes chaque année, soit plus de 2 millions de litres chaque seconde… en plus !

Entre 1991 et 2000, les sécheresses ont entraîné la mort de plus de 280.000 personnes ; elles représentent 11 % de l’ensemble des catastrophes naturelles liées à l’eau. 

Lire la suite : La fin des ressources minières ?

Il n’y a pas que les sols ou l’eau qui se raréfient sous la pression démographique de l’humanité. Les ressources minières sont elles aussi en ligne de mire car elles n’ont jamais été autant consommées.

Merci à la mondialisation et à l’enrichissement des pays anciennement « en voie de développement ».

La fin des ressources minières, c’est maintenant

Contrairement à la flore, à l’eau, aux sols, à l’air, qui sont des ressources naturelles renouvelables, certaines ressources, une fois épuisées, le restent à jamais. C’est le cas des minéraux.

Les ressources non renouvelables

Ce sont principalement des matières premières minérales et les combustibles fossiles (pétrole, charbon), qui se trouvent dans des gisements issus de l’histoire géologique de la Terre et correspondant à un stock exploitable et épuisable.

fin-ressources-minièresLes ressources renouvelables se détériorent

Ces ressources se consomment sans s’épuiser car elles peuvent se régénérer en permanence. il s’agit notamment de l’air, de l’eau, des sols (terres cultivables) ou encore des ressources biologiques (flore, faune – forêts, pâturages, pêcheries maritimes, biodiversité animale et végétale). Pour autant, on peut les polluer et les endommager gravement, les rendre inutilisables.

L’explosion de la production et de la consommation de ressources

L'explosion de la production et de la consommation de ressourcesSource : Les limites à la croissance(dans un monde fini)s ur le rapport Meadows

La fin des métaux, c’est déjà commencé

Puisqu’on connait le stock de ressources naturelles à notre disposition ainsi que leur vitesse d’exploitation, on peut facilement en déduire la date d’épuisement théorique.

L’économie moderne et l’économie verte dépendent des métaux rares

À la base de notre économie moderne, des industries informatique, automobile, électronique, pétrochimique, etc, il y a les gisements métalliques et énergétiques

  • Il faut savoir qu’ils auront pour l’essentiel été consommés d’ici 2025, date de la fin de l’or, de l’indium et du zinc !

D’ici 2158, date de la fin du charbon, bien des matières premières auront disparues. Or d’elles dépendent la fabrication de nombre de produits écologiques comme les panneaux solaires entre autre.

Comment estimer les ressources disponibles

On considère 3 niveaux de ressources, 3 niveaux de réserves, “les 3P” :

  • Réserves prouvées (avérées) ;
  • Réserves probables (certitude de l’existence de la réserve mais incertitude quant à son étendue) ;
  • Réserves possibles (incertitude quant à l’existence de la ressource et pas encore de moyen technique pour vérifier l’hypothèse).

L’épuisement des ressources minières ne signifie pas pour autant la disparition des minerais, qu’on trouverait en quantités diffuses sur la planète, mais que leur exploitation à l’échelle industrielle n’est plus possible. Les estimations varient d’ailleurs au fil du temps en fonction des découvertes et des réévaluations des réserves, comme le montre l’exemple du zinc (voir ci-dessous) ou du pétrole.

  • Un métal est déjà épuisé depuis 1980 !
    Savez-vous lequel ?  Non ?

Lire la suite : Le calendrier de disparition des minerais entre 2012 et 2087

Parmi les ressources naturelles les plus menacées d’épuisement, il y a les ressources minérales. L’exploitation minière connaît un âge d’or dans le monde entier grâce à la forte croissance économiques des nouveaux géants que sont le Brésil, l’Inde, l’Afrique du Sud et bien sûr la Chine.

fin des ressources naturelles épuisement terre argent métaux rares

Le calendrier de disparition des minerais

Un minéral a déjà disparu : il s’agit de la cryolithe, qu’aujourd’hui on doit élaborer artificiellement faute de gisement encore exploitable. Faisons un tour d’horizon des fins d’exploitation annoncées :

1980 : la fin de la cryolithe

La cryolithe est composée de fluorure double de sodium et d’aluminium, de formule NaAlF également noté 3NaF, AlF. La cryolithe est principalement utilisée pour la production d’aluminium et dans l’industrie des céramiques. La cryolithe a été découverte sur la cote ouest du Groenland. C’est un minéral rare arrivé au bout de ses réserves ; aussi, pour faire face aux besoins de l’industrie, la cryolithe est désormais produite artificiellement. La dernière mine de cryolithe en activité, située au Groenland, a fermé dans les années 80.

Le terbium en danger critique de disparition

Le terbium est un élément chimique, de symbole Tb et de numéro atomique 65. Activateur des phosphores verts pour tubes cathodiques sous forme d’oxyde Tb2O3, le terbium est utilisé dans les lampes à basse consommation dont les ventes vont exploser puisqu’elles deviennent obligatoires dans différents pays. Il n’y aurait pas d’ampoules à basse consommation sans terbium car le terbium permet de réduire de 80 % la consommation d’électricité. Une terre rare qui valait déjà la bagatelle de 40 dollars le gramme en 2015. Une publication du Centre national de la recherche scientifique français avait même prévu son épuisement pour 2012.

2018 : la fin du hafnium

Les gisements  de hafnium exploitables à un coût acceptable, seront épuisés en 2018. Le hafnium est utilisé pour les processeurs, comme isolant remplaçant le dioxyde de silicium SiO2. Le hafnium qui absorbe les neutrons 600 fois mieux que le zirconium est utilisé dans les centrales nucléaires et les sous-marins nucléaires.

Le hafnium a une résistance exceptionnelle à la corrosion, il possède également un grand pouvoir d’absorption des neutrons rapides. Le hafnium sert à contrôler la recristallisation des filaments de tungstène mais son application principale est comme barre de contrôle de réactivité dans les réacteurs nucléaires du fait de sa capacité à absorber les neutrons. En 2008, Intel affirme avoir réduit de 40 % la consommation électrique de ses puces en un an grâce à l’hafnium

A lire aussi : 

blog

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau