La maladie ou le "mal l'a dit"

 

Et si nous n'entendons pas ce que le "mal" nous dit, c'est la maladie qui prend le relais. Il y a des signes précurseurs et au lieu de nous précipiter chez le médecin allopathe, qui d'ailleurs devrait apprendre à dire "allo, il y a quelqu'un?", au lieu de s'acharner à faire taire ce que le mal dit, si nous apprenions à nous entretenir avec nous-mêmes, si nous apprenions à aimer la vie qui est là au lieu de nous plaindre des conditions de vie qui sont devenues douloureuses, si nous parvenions à comprendre pourquoi le mal nous parle et à en retirer le bien qu'il contient, cette évolution vers une compréhension plus fine de nous-mêmes, si nous abandonnions cette habitude inculquée d'entrer en conflit avec le mal alors qu'il est là pour notre bien, peut-être est-ce que ça irait mieux...

 

Je ne rejette pas la médecine allopathique, la techno-science et les formidables avancées qui sont les siennes. Les chirurgiens qui vont sauver les accidentés de la route ou les combattants lybiens n'ont pas à se poser de questions sur les tréfonds de l'âme de celui qui agonise... Je rejette par contre les techniciens qui ne sont plus que des "urgentistes". La technique en soi est vide de toute compassion si elle n'est pas accompagnée par l'écoute envers ce que le "mal a dit".  Ce technicien n'est sinon qu'un mécanicien et on sait tous que nos voitures retombent inévitablement un jour en panne...

Les traitements qui sont construits sur l'idée de la causalité sont des traitements fragmentaires. "Une douleur, une cause," est un raisonnement éminemment simpliste.

Le corps est le reflet d'un monde intérieur qui ne s'arrête pas à l'usure d'une pièce, à l'encrassage d'une tuyauterie, à la rupture d'une durite. Ce qui importe, c'est de remonter à la source du problème et non de se contenter de l'effet visible. Si un garagiste s'arrêtait à vous vendre un bidon d'huile sans essayer de trouver la fuite, vous le traiteriez de charlatan...C'est surprenant que certains médecins se satisfont d'un médicament sans savoir pourquoi celui-ci est devenu à leurs yeux indispensables et que nous retournions les voir lorsque le traitement n'a aucun effet durable et que la perte d'huile s'obstine à réapparaître...

L’homéopathe qui s’astreint à faire un état des lieux avant de se diriger vers un traitement fait preuve de cet égard indispensable envers le patient. Et si celui-ci s’appelle « patient », c’est bien qu’il est capable de faire preuve de patience envers la guérison. Il n’est pas dans l’attente immédiate d’un effet mais dans l’obtention d’une compréhension de ce qu’il est et de ce que le mal lui dit. La guérison viendra en son heure. Et si l’individu emprunte une « voie express » pour arriver à destination, il ne s’en plaindra pas.

 

Hippocrate, lui-même, estimait que le médecin devait prendre en charge, non pas la maladie, mais le patient. Rien que ce regard holistique marque une distanciation immense avec la pratique de « ces techniciens de surface » qui s’intéressent à la pièce sans observer, analyser, parcourir, ausculter l’architecture entière et plus encore l’architecte lui-même…

C’est ce regard spirituel qui manque effroyablement. Cette voie également tournée vers l’architecte et non uniquement la structure. Il reste en plus de ce travail envers la conscience intime de l’architecte à l’accompagner dans la conscience de ce qui constitue l’énergie permettant l’existence de l’architecte…J’entends déjà certains médecins arguer que ça n’est pas de leur ressort. Effectivement, ça n’est pas « uniquement » de leur ressort. C’est aussi à l’école de le faire, aux familles, aux médias, à la culture, aux individus entre eux.

« L’homme n’est rien d‘autre que la Nature prenant conscience d’elle-même, » écrivait Elisée Reclus au XIXème siècle.

La maladie n’est-elle pas dès lors le symptôme d’une Nature qui souffre d’une inconscience envers elle-même ? Ou d’une indifférence, d’un éloignement destructeur ?

 

Là encore, lorsque je lis les textes concernant les indiens Kogis, j’ai du mal à considérer que nous sommes dans une voie de progrès et que eux sont restés figés dans une culture ancestrale et primitive. Je dirais plutôt qu’ils ont continué à avancer dans une voie de connaissance spirituelle et que nous avons foncé tête baissée dans une voie mécaniste. Non seulement nous ne nous intéressons pas assez à l’énergie constituant la vie des architectes mais nous avons en plus perdu de vue les architectes eux-mêmes dans le fatras de leurs architectures.

 

Effroyable désastre.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau