Le jeûne thérapeutique (3)

 

Une méthode que nous pratiquons depuis pas mal d'années. 

Ceux qui me connaissent savent que sur le plan médical, je traîne quelques belles "casseroles".

Je suis convaincu que sans le jeûne, il ne s'agirait pas de casseroles mais de gamelles, de chaudrons, de marmites...

C'est toujours la même problématique avec des méthodes qui ne sont pas passées dans le domaine public. Beaucoup de réticences et de doutes encore aujourd'hui. Sans parler bien entendu de tous les commentaires négatifs d'une bonne partie du corps médical. Je rappelle juste que j'ai été opéré de deux hernies discales, qu'elles se sont reformées et qu'une sténose canalaire lombaire s'y est ajoutée. A ce jour, je devrais marcher avec une canne.

Avant-hier, j'ai couru 14 km en forêt (jamais sur le goudron), j'en suis à 600 km de vélo depuis le 1er janvier. Je mesure 1m76 et pèse environ, selon les saisons, entre 55 et 58 kilos. J'ai pesé jusqu'à 85 kilos. Je ne mange pas à midi. Petit-déjeuner et repas du soir, principalement cru. Jamais d'animaux. 

Le thème du jeûne revient ici car j'ai un proche qui l'expérimente actuellement. Et je prie pour que le bénéfice lui soit le plus puissant possible. 

Le jeûne thérapeutique (1)

Le jeûne thérapeutique.  (2)

Le jeûne et l'hormèse

Jeûner pour se soigner

L'autophagie dans le jeûne (1)

L'autophagie dans le jeûne (2)

 

 

 

blog

Ajouter un commentaire