Michel Dogna : Végétarisme (Santé)

TOUS VEGETARIENS, UNE URGENTE MUTATIO

http://www.micheldogna.fr/page-article-4-11-71.html

J’ai une amie médecin baroudeuse qui effectue (entre autres) un merveilleux travail de terrain pour la défense des orangs-outangs dans les zones reculées de la forêt vierge de Sumatra. Son guide nommé Tarzan est marié avec une jeune femme un peu… anthropophage, quand une occasion se présente. Elle est au demeurant assez jolie et gentille, fume des cigarettes américaines, bref, parait aussi moderne que vous et moi. Alors pourquoi ce penchant en outre dépourvu de toute culpabilité? Traditions ancestrales ? Religion ? Croyances ? Pas du tout ! Tenez-vous bien, c’est par simple GOURMANDISE ! Son morceau préféré, les pieds! (analogie avec les pieds de cochon).

Si j’évoque cela, c’est pour faire un parallèle avec le comportement actuel de la plupart d’entre nous. L’on a beau expliquer qu’avec 6,7 milliards d’humains sur la planète nous ne pouvons plus nous offrir le luxe de manger des animaux, que chaque année plus de 50 millions d’enfants et d’adultes meurent de malnutrition ou de famine dans les pays pauvres, simplement parce que leurs terres leur ont été confisquées pour cultiver des céréales (OGM) devant nourrir les vaches à l’usage des carnivores occidentaux, qu’à cause des carnivores 25 hectares de forêt tombe chaque minute, que la consommation de viande utilise 60% des réserves d’eau mondiales, etc. L’on a beau expliquer que les légumineuses sont bien plus riches en protéines que n’importe quelle viande, qu’il y a en Europe 25 millions de végétariens qui se portent mieux que les autres, et qui ont 10 fois moins de cancers. L’on a beau dénoncer les conditions atroces de l’élevage en batterie, la pollution chimique de la viande, etc..., rien n’y fait ! Ceux qui osent encore démontrer que consommer des animaux est indispensable à la santé, essayent seulement de dédouaner une GOURMANDISE rétrograde qui se veut aveugle de tous les malheurs planétaires qu’elle engendre.

Tu dis que tu aimes les fleurs, tu les coupes.
Tu dis que tu aimes les bêtes, tu les manges.
Tu dis que tu aimes les oiseaux, tu les mets en cage.
Quand tu dis que tu m’aimes, j’ai peur !

- Jacques Prévert -

 

NON BB, TU N'ES PAS SEULE !!!

Le jeudi 26 août, Brigitte Bardot était reçue en matinée dans les studios d’Europe 1 présentée par Aymeric Caron. Comme à son habitude, BB n'a pas employé la langue de bois notamment sur son combat pour la protection des animaux.
- « Sur tout ce que j'ai demandé au gouvernement, rien ne m'a été accordé! … Depuis trois ans Nicolas Sarkozy m'a fait des promesses qu'il n'a pas tenues! Qu'est-ce que foutent les ministres à part nous vendre des piqûres contre la grippe H 1N1 qui fait chier le monde? » asséna t-elle. -  « 80 % des abattoirs français ne pratiquent plus l'étourdissement avant la saignée" déclarant avoir la preuve de ses propos. J'ai le courage de mes opinions et je suis bien la seule dans ce putain de pays ! » a encore ajouté BB.

Commentaire de Michel Dogna

Moi aussi, je suis atterré  de cette cruauté ordinaire qui s'installe insidieusement mais sûrement dans notre pays sous l'égide de fanatismes religieux rétrogrades qui ne concernent pas les français, qu'ils soient chrétiens ou non religieux. Face à cette  barbarie en cours de s'imposer officiellement dans la presque indifférence du peuple moyen à la conscience anesthésiée, il n'est nul besoin de lutter, et il n'y a rien à attendre du gouvernement dont le niveau de conscience morale rappelle hélas celui de l'empire  romain - la preuve si monsieur Sarkozy, selon BB, en est encore à aimer la corrida.

La seule solution immédiate efficace à 100% est celle que je préconise depuis toujours : fermer le robinet de la consommation.... de la viande halal, casher ou pas. Cela remettra les pendules à l'heure au moment où il devient impossible de savoir dans un restaurant si vous participez ou non à cette pratique de la honte, laquelle Dieu (toujours lui) a bon dos de conseiller....Au moins, en ce qui concerne la viande casher, on avait jusqu’ici le bon goût de rester discret dans les club fermés d'Israël, mais là, il y a viol des consciences, et de plus chez nous en France!!!

De toutes façons, à manger de la viande, il n'y a que du mal à prendre (cholestérol, résidus d'antibiotiques, d'hormones de croissance, d'engrais chimiques, milliers de poisons phytosanitaires tous plus cancérigènes les uns que les autres. Et n'écoutez pas ceux qui essayent de justifier leur gourmandise et leur paresse à se remettre en question en affirmant que la viande est indispensable à la santé. Personnellement je suis végétarien depuis plus de 30 ans, ce qui veut dire que je mange de TOUT sauf des animaux, et si à 70 ans j'étais carencé , je le saurais, d'autant plus que mes performances avec minimum 12 heures de travail par jour ne faiblissent pas.
Alors chers amis lecteurs, profitez de l'occasion pour faire le pas de rejoindre les 23 millions de végétariens actuels en Europe et d'effectuer du même coup le plus magistral acte civique au niveau planétaire pour faire avancer les choses. Il n'y a là aucune violence, aucune revendication, aucune autorisation, mais la simple libération d'une addiction qui vous maintient dans les basses fréquences de la vie, et donc vous fragilise.

Défendre la condition animale, c’est d’abord arrêter d’en manger

Pour en revenir à notre chère Brigitte, je dis chapeau pour son charisme, son engagement, et son travail extraordinaire au service du peule animal.
Je regrette seulement qu'en tant qu'hypersensible écorchée vive, elle en ait perdu l'élégance du langage, ce qui politiquement et médiatiquement la dessert face à ses détracteurs et entraîne une perte d'impact de ses messages.  Dommage! Mais qu'on la pardonne SVP, elle est une grande âme qui hurle sa souffrance…

La grandeur d’une nation et de ses progrès moraux peuvent être jugés
à la manière dont elle traite les animaux.
(Mahatma Gandhi)

 

UNE ANTIBIOTHERAPIE CULINAIRE DE CHOIX :
MANGEZ DU LAPIN

On sait hélas que les animaux d’élevage sont gavés d’antibiotiques afin de « booster » leur croissance. A la lecture du rapport 2007 de l’AFFSA (Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments), on reste pantois face aux chiffres affichés : les animaux d’élevage ont avalé pour la France 1.300 tonnes d’antibiotiques, soit 87 tonnes de plus que l’année précédente (Nous ne disposons pas des chiffres de 2008). Curieux, puisque cette consommation aurait dû baisser depuis 2006, les éleveurs n’ayant plus droit légalement qu’aux antibiotiques destinées aux soins vétérinaires. Faut-il en déduire que les  pauvres bêtes sont de plus en plus malades ?

Par exemple en 2007, les cochons ont englouti 8% d’antibiotiques en plus que 2006, alors que leur nombre n’a augmenté que de 0,7%.
Mais le record en la matière revient aux lapins : à eux seuls, ils ingurgitent plus de 10% de l’ensemble des antibiotiques destinés à l’élevage industriel de tous les animaux. Pourtant, on ne peut pas dire que le lapin soit au hit parade de la consommation des viandards. En clair, pour produire 1 kilo de lapin, il faut 7 fois plus d’antibiotiques que pour faire 1 kilo de porc, et 32 fois plus que pour 1 kilo de poulet… Il faut préciser que les lapins sont entassés jusqu’à 20 par mètre carré dans des clapiers, et sont passés des herbes folles et des carottes aux granulés industriels (« soleil vert » spécial pour rongeurs), lesquels détraquent complètement leur flore intestinale. Bref, des lapins qui, pour ne pas trépasser avant terme, sont transformés en pharmacies  à quatre pattes.

Conseil ducon futé (selon une recette du Canard enchaîné) : Si vous contractez une maladie infectieuse, plutôt que d’aller chez le pharmacien, faites-vous un civet de lapin aux sulfamides, servi avec une sauce tétracycline sur fond de fluoro-quinolone. Mhhhh ! C’est tellement bon… et çà soigne ! (joignez l’utile à l’agréable) Ah !... j’oubliais : n’hésitez pas à communiquer cette recette à votre "médecin-traiteur".

 

UNE APOLOGIE PUBLICITAIRE DE LA CRUAUTE A LA TELE

C’est la nuit dans la forêt, les images sont très belles en noir et blanc, trois loups magnifiques arrivent et viennent s’asseoir sur un rocher, l’un deux se met à hurler sous le clair de lune, en écho revient un court bêlement de mouton, les loups se regardent d’un air entendu, et une voix grave macho dit alors : « Chacun a droit à sa part carnivore ! GRRRRR ! » - et l’on voit des traces de griffes qui se dessinent sur le rocher avant d’afficher « CHARRAL ».
Il y a là un message porteur des plus bas instincts primaires dans une ambiance de Nosfératu le vampire, qui donne froid dans le dos. Ceci passe sur la plupart des chaines et l’on peut même se demander s’il n’y a pas du subliminal derrière. Symboliquement, c’est une claire apologie du crime et la banalisation du fort qui utilise le  faible comme une simple marchandise – un vrai formatage psychologique qui a pour cible principale les jeunes. Pendant ce temps, l’on s’étonne de la montée de la violence (organisée), et le gouvernement qui promotionne cette scandaleuse publicité, met en place de lourdes mesures anti terroristes pour faire admettre une dictature soi disant sécuritaire.
Pour ceux qui se disent chrétiens, je signale que l’Évangile Secret de Saint-Jean affirme qu’il existe deux tables :
- La table du Démon qui est couverte d’animaux massacrés : poulets, cochons, bœufs, moutons et gibiers de toutes sortes.
  Le sang ruisselle des mâchoires des carnivores et ils communient avec les Forces inférieures et rétrogrades de l’Univers.
- La table de Dieu qui croule, au contraire, sous les fruits, les céréales et les légumes. Elle est aérée et baignée par les rayons du Soleil.
  C’est là que viennent s’attabler "les enfants de Dieu" qui aspirent à la véritable Liberté.

Comment peut-on oser demander au ciel la paix, le bonheur et la santé lorsque l’on introduit quotidiennement dans son corps des lambeaux d’animaux massacrés voire torturés pour notre seul plaisir gustatif ?
Nous sommes 250 millions de végétariens dans le monde à prouver que manger de la viande ne sert à rien.

 

NOUS, DES PETITS DIEUX QUI S’IGNORENT

Il y a trente ans, j’avais énoncé dans mon premier ouvrage les 4 règles fondamentales de la bonne santé selon la naturopathie :

Bien MANGER – Bien RESPIRER – Bien BOUGER – Bien PENSER.

Depuis, il est devenu pour beaucoup d’entre nous de plus en plus problématique de répondre à ces nécessités, car tout est fait pour faire de nous des malades rentables. Et puis, au fil du temps, j’ai pu voir des végétariens se faire un cancer, des gens qui vivent au grand air perclus de rhumatismes, des sportifs se faire un infarctus, des gens ayant une vie monastique mourir prématurément. Pendant ce temps, j’ai vu aussi des gens qui mangent n’importe quoi – et bien arrosé… et qui enterrent tout le monde, d’autres qui n’ont jamais bougé de leur vie et qui entretiennent néanmoins une magnifique santé.

Alors, les écoles de santé peuvent aller se rhabiller si elles n’ont à proposer que des régimes alimentaires. Le temps m’a appris que le facteur numéro un de la santé, c’est d’abord notre programme  mental qui est en liaison directe avec notre motivation dans la vie et notre joie de vivre. De fait, les personnes qui ont des postes avec des impératifs absolus ou qui vivent des passions ne leur permettant pas de s’arrêter, ne tombent pas malades … elles mourront en bonne santé ! N’avez –vous jamais entendu parler du célèbre film documentaire américain « The Secret » ? Je l’ai nommé dans mon livret pocket "La puissance de la loi d’attraction - Comment cesser de programmer l’échec".

Nous fonctionnons exactement tels des ordinateurs puisque nous sommes en vérité des super ordinateurs qui se programment par imagerie mentale et se valident par l’émotion. Tous les « miracles » nous sont accessibles (presque !). Les adeptes de la méthode en font quotidiennement la brillante démonstration. Pourquoi pas vous ? Mais attention à deux virus issus de la pensée unique nommés DOUTE et PEUR. S’ils apparaissent sur l’écran de votre conscience, annulez immédiatement : ils sont là pour détruire instantanément tous vos jolis programmes.

 

LA NOUVELLE GUERRE AUX DENTS DEVITALISEES

D’une façon récurrente, je vois passer des « études » alertant tout le monde sur la toxicité des dents dévitalisées. L’hypothèse est qu’une dent dévitalisée est une dent morte donc sans défenses ; sa porosité en fait un nid bactérien de choix, et comme les dents sont considérées comme un véritable clavier réflexe de tous les organes et fonctions du corps, cela est censé créer des dégâts au long court, l’origine restant la plupart du temps insoupçonnée. Ceci paraît logique, et peut être vrai pour diverses pathologies (douleurs et inflammations à distance, acouphènes, etc.), mais reste simpliste par rapport à la réalité. Selon les allégations assénées par certains protagonistes, après suppression de toutes les dents dévitalisées il ne peut subsister aucune maladie. Mais il existe aussi des dents apparemment saines et néanmoins dites pathogènes, qui ne peuvent être repérées que par des dentistes énergéticiens ; on conseille aussi de les enlever.

Pourtant si j’ai assisté à de véritables miracles, j’ai aussi connu autour de moi un certain nombre de personnes qui n’avaient plus aucune dent, et qui ont continué à souffrir de leurs misères, ou même sont mortes de maladies lourdes (cancers, SEP…).
En fait, en réfléchissant bien, un dentiste gagne bien mieux sa vie avec des prothèses qu’avec des obturations, donc, soyons clair, il a plus intérêt à vous arracher les dents qu’à les réparer.
Reste le problème des implants qui ne sont réservés qu’aux riches vu leur prix, et dont les pivots métalliques sont de véritables antennes risquant de capter toutes sortes de fréquences dans lesquelles nous évoluons (radios, TV, GSM, GPS, ELF, etc.) – seuls les pivots en fibre de ver étant sécurisés pour cela. Soit dit en passant qu’il s’agit vraiment d’interventions chirurgicales longues et à risque infectieux.
Bon, vous faites ce que vous voulez, quant à moi, je reste rétro avec toutes mes dents dévitalisés et mes prothèses classiques, car finalement je ne me porte pas si mal que cela à mon âge.

 

LA PARTIE SE JOUE MAINTENANT

J’ai beaucoup aimé le film : « Le jour où la terre s’arrêta », dans lequel une civilisation très avancée envahit notre planète pour la sauver avant qu’il ne soit trop tard. Depuis des années, ils avaient placé des observateurs dans des corps humains pour faire le point sur l’évolution de l’humanité. Leur conclusion était sans appel :
1 - L’humain est un être profondément guerrier et destructeur, le plus dangereux parasite de la planète qui ira sans état d’âme jusqu’à sa destruction totale.
2 – Il n’y a aucune chance d’évolution de cette humanité en dépit des multiples tentatives, et en raison des verrouillages psychologiques entretenus par les religions, les traditions, les corruptions politiques.
3 – La seule solution raisonnable est la destruction totale de l’humanité, d’autant plus qu’ils considéraient  que la mort n’est qu’un simple transfert de conscience sur un autre plan.
Alors que le  « nettoyage » commence avec des invincibles robots géants, un haut responsable E .T. rencontre un équivalent d’Einstein qui lui dit : « Ce n’est qu’au bord du précipice que l’humain se décide à changer –s’il vous plait, laissez nous une chance ! »(Je ne dévoile pas la suite….)

Je trouve que ce film résume bien la situation mondiale actuelle qui concerne de près chacun de nous. Jusqu’où faudra t-il aller dans la descente aux enfers pour que les gens aient un sursaut de lucidité et de volonté pour remettre en question leurs habitudes dévastatrices et suicidaires, en dépit des séductions permanente de la facilité? Je vais reprendre le fameux slogan d’Obama « YES WE CAN » en faisant appel à une analogie concernant le monde microbien. Il existe trois grandes familles de micro-organismes dans les terres arables :

1 - les micro-organismes à fermentations qui sont générateurs de vie (créateurs)
2 - les micro-organismes à putréfaction qui sont générateurs de mort (destructeurs)
3 - les micro-organismes opportunistes (moutons) qui représentent 80% de cette population, et qui se rangent du côté des plus forts.

Ceci ne vous fait-il pas penser à la société humaine ? Réfléchissez, quand l’une des deux premières familles de M.O. passe la barre des 10% (20% : 2), les 80% de la famille n° 3 se rallient immédiatement à elle. Eh bien oui, il y a 80% de gens indécrottables sur la planète et c’est consternant, mais c’est parce que la famille lumineuse est encore au dessous de la barre des 10%. Alors courage, il n’y a plus que quelques points à gagner pour que tout change. Rappelez-vous que ce sont toujours des minorités qui ont fait l’histoire !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau