Sagesse et révolte

"La vraie révolte, la vraie Révolution, consiste à rompre avec les schémas et à explorer en dehors d'eux. Tous les Réformateurs, peu importe qui ils sont, ne s'intéressent qu'à l'amélioration des conditions de vie dans l'enceinte de la prison. Jamais, ils ne vous incitent au refus du conformisme, jamais ils ne vous disent : "Abattez les murs de la tradition et de l'autorité, franchissez-les, dépouillez-vous du conditionnement qui emprisonne l'esprit. "

Or, la véritable éducation consiste à ne pas simplement exiger de vous la réussite aux examens en vue desquels on vous a bourré le crâne ou la retranscription de choses apprises par coeur, mais à vous aiderà voir les murs de cette prison dans laquelle votre esprit est enfermé. La société nous influence tous, elle façonne notre pensée et cette pression extérieure de la société se traduit peu à peu sur le plan intérieur...Mais aussi profond qu'elle pénètre, elle agit toujours de l'extérieur et l'intérieur n'existe pas pour vous tant que vous n'avez pas brisé l'emprise de ce conditionnement. "

Krishnamurti


 Si tous les individus étaient en révolte, ne croyez-vous pas que le monde serait plongé dans le chaos ?

-Mais la société actuelle baigne-t-elle dans un ordre à ce point parfait que si tout le monde se révoltait contre elle, ce serait le chaos ? Le chaos n'est-il pas déjà là en ce moment même ? Tout est-il magnifique, exempt de corruption ? Tout le monde mène-t-il une existence heureuse, pleine et riche ?

L'homme ne se bat-il pas contre son semblable? N'est-ce pas le règne de l'ambition, de la compétition sauvage ? 

Le monde vit déjà dans le chaos : telle est la première constatation à faire. Ne prenez pas pour acquis le fait que cette société soit en ordre, ne vous laissez pas hypnotiser par les mots. Que ce soit ici, en Europe ou en Amérique ou en Russie, le monde est en voie de décadence. Si vous voyez cette décadence, vous êtes face à un défi, vous êtes mis au défi de trouver une solution à ce problème urgent. Et la façon dont vous relevez ce défi a de l'importance, n'est-ce pas ? Vous ne pouvez répondre de manière complète et adéquate que si vous êtes sans peur, si vous ne pensez pas en tant qu'hindou, communiste ou capitaliste, c'est en tant qu'être humain intégral que vous vous efforcez de résoudre le problème. "

Krishnamurti.


"Un esprit conditionné n'a aucun sens de l'urgence de la situation. Il est désensibilisé. Il vit dans une identification à des modèles sociaux qui proviennent d'une représentation fragmentaire du réel. La pensée fragmentaire a des vues courtes, elle est en fait adaptée à la mesure de la volonté de puissance de chaque ego. La pensée fragmentaire, c'est aussi la dualité qui produit dans la pensée la séparation, séparation qui produit "l'ennemi".

La pensée fragmentaire sème le chaos. Il n'y a donc pas de possibilité de transformation du réel sans un changement de la pensée, ce qui suppose un rejet radical du conditionnement. La Révolution du Réel n'est pas une simple rébellion consistant à s'en prendre aux choses, aux institutions, aux personnes. La rébellion, c'est un objectif trop petit. Elle manque d'audace, de lucidité et par-dessus, elle manque d'amour.

Se révolter, apprendre et aimer, n'est-ce pas simplement se sentir vivre ? N'est-ce pas quand la Passion coule dans nos veines que la Vie est réellement vécue ? C'est être déjà mort que de ne plus trouver en soi-même le sens de la révolte, c'est être mort en esprit que de ne plus avoir la passion d'apprendre, c'est être déjà un cadavre que de ne plus savoir aimer. Et la plus haute sagesse est précisément de l'avoir compris." 

Serge Carfantan

http://www.philosophie-spiritualite.com/cours/sagesse_revolte.htm


J'ai vécu trente-deux ans de passion pour mon métier. 

J'ai cherché à apprendre en moi pour mieux apprendre aux enfants.

J'ai aimé ce questionnement constant, cette mise en doute, cette déchirure volontaire de toutes les habitudes comportementales, de toutes les pensées conditionnées, j'ai aimé les interrogations dans les regards des enfants, le retournement intérieur, cette observation d'eux-mêmes, j'ai aimé passionnément ces moments d'échanges sur la vie. 

Et je me lève désormais le matin avec un sentiment de vide abyssal, comme en état de manque, une douleur morale qui réveille toutes les anciennes douleurs physiques... Le corps qui transpire tout le mal intérieur...

Et pourtant, cette incapacité totale d'envisager y retourner. 

Et c'est là que je réalise que je suis finalement actuellement en cure de désintoxication et que je dois tenir le coup...

Ne pas replonger, ne pas replonger...

Je n'étais sans doute qu'en rébellion. La vie s'est chargée de me montrer que toute cette énergie dépensée était perdue. Les forces opposées sont bien trop puissantes pour moi. Je n'y peux rien. 

C'est à ma révolution intérieure que je dois désormais m'atteler. 

blog

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau