Yoga et ayurveda (santé)

Pour une santé parfaite: tout ce qu’il faut savoir sur la yogathérapie et l’ayurveda.

yogarosenadine-720x320

Armanda DosSantos (1)Armanda Dos Santos est praticienne en Ayurvéda et professeur de Yoga, coach Ayurvédique à domicile, elle s’est gentillement prêtée au jeu de l’interview. 

 Je m’appelle Armanda, j’ai 33 ans et j’habite à Paris. Je suis journaliste, praticienne en Ayurvéda, yogi, prof, coach, voyageuse, amoureuse des gens et workaholic déclarée !

  1. On connaît le Yoga : Hatha yoga, Brikram yoga, Ashtanga yoga, etc., mais c’est quoi la « Yoga thérapie » ?

Le Yoga devient « thérapeutique » quand il devient autre chose qu’une affaire de postures. On connait les bienfaits du Yoga. Ils couvrent les aspects physiques, psychologiques et spirituels. Et comme s’il fallait encore le démontrer, des études ont aussi établi les nombreux bienfaits physiques du Yoga. Aux Etats-Unis par exemple, des études scientifiques ont prouvé les avantages thérapeutiques du Yoga pour soigner les troubles physiologiques et psychologiques. L’armée américaine utilise même la Yoga Thérapie pour aider les vétérans atteints de syndromes de stress post-traumatique.

Qu’est ce donc la « Yoga thérapie » ? Il s’agit de la pratique de postures de Yoga spécifiques, appliquées à la prévention et au traitement des pathologies du patient, dans une approche de soin personnalisée et globale. Outre les postures, cette méthode inclue des techniques de respiration et de méditation, et s’adapte aux limites individuelles de chacun. D’où l’importance de l’appliquer dans le cadre d’un programme de coaching personnalisé.

Contrairement aux séances de Yoga classiques, ici l’enseignement est individuel, évolutif et fondé sur une relation de confiance, impliquant, de la part du patient, un engagement de pratique régulière.

 

  1. Comment le Yoga et l’Ayurveda peuvent-ils se compléter afin d’améliorer notre quotidien ?

Les disciplines telles que le Yoga et l’Ayurvéda sont aujourd’hui très appréciées en Occident, mais on oublie souvent le lien étroit qui existe entre ces deux disciplines globales issues de la tradition védique. En Inde, Ayurvéda et Yoga se sont développés simultanément et ont toujours été pratiquées conjointement. Dans le Yoga comme dans l’Ayurvéda, l’être humain est considéré de manière intégrale, comme un tout, pas seulement comme un corps physique, mais possédant aussi un corps émotionnel qui s’exprime.

Le Yoga a donc sa place dans l’Ayurveda et l’Ayurveda a sa place dans le Yoga. L’Ayurveda a pris sa place parmi les grands systèmes médicaux universels. L’intérêt de l’Ayurveda est son approche holistique qui s’attache à traiter du corps physique, de la psychologie et de la spiritualité grâce à différentes méthodes de soins, et le Yoga est parmi ces méthodes.

Quant au Yoga, tout le monde sait qu’il agit comme un calmant. Mais pas seulement : il a aussi une action bénéfique sur une grande majorité de maladies chroniques et psychosomatiques. D’excellents résultats ont été vérifiés dans des cas de dépression, d’anxiété, fatigue chronique, nervosité, lombalgies, maux de dos, maladies cardio-vasculaires, hypertension ou hypotension, diabète du type 2, ulcères, allergies, asthme ou problèmes digestifs.

L’année dernière, une étude américaine menée par des chercheurs du centre médical de la Duke University a démontré que la pratique du yoga avait des effets positifs sur les insomniaques et les déprimés, ainsi que sur les symptômes couramment associés à la schizophrénie, aux troubles de l’attention et à l’hyperactivité, et ce… même en absence de traitements médicamenteux. Autrement dit, ces chercheurs ont prouvé (s’il le fallait encore !), que le yoga agit sur le cerveau de la même façon que certains antidépresseurs et que la psychothérapie.

L’intérêt d’appliquer l’Ayurvéda et le Yoga conjointement, est de pouvoir agir en profondeur, sur les plans physique mais aussi plus subtil. C’est permettre au patient de partir à la découverte soi, de le rendre responsable de sa propre guérison. Notre rôle en tant que thérapeutes est simplement de l’accompagner, assidûment, à mieux appréhender ses propres souffrances et blocages. L’objectif étant de changer ses automatismes destructeurs ou néfastes, d’acquérir un regard neuf et de faire de son corps et de son mental des alliés solides.

Chaque parcours est unique et différent. En général, le thérapeute accompagne le patient en 2 étapes : vers la réduction, voire la disparition des symptômes ; puis vers une exploration, un déracinement de la cause. Presque sans exception, ce « voyage intime » s’ouvre sur un monde de découverte et de transformations personnelles. Bien sûr il faut que le thérapeute soit compétent et établisse une relation de confiance avec son patient.

 

  1. Faut-il avoir déjà pratiqué le Yoga pour suivre ton programme ?

Non, bien sur que non. Le yoga n’est pas seulement pratiqué par les danseurs ou les people ! Tous peuvent bénéficier d’une pratique de Yoga régulière, peu importe l’âge, le sexe, le niveau de forme physique, la profession ou les croyances religieuses. Chacun suit son propre rythme. Le Yoga est une question de rythme et non de performance. Personnellement, le Yoga m’a vraiment transformée. Il m’a permis de cultiver la conscience de moi-même, de mon corps, de mon esprit et l’interaction entre les deux. Et c’est vers cela que j’essaie d’emmener mes patients.

Quant à l’Ayurvéda, c’est un système de santé qui prend en considération l’individu en tant que personne unique, avec une constitution physique propre, un mode de vie (social, professionnel, familial, affectif) donné, et des aspirations particulières. L’Ayurvéda s’adapte et s’applique à tout un chacun, et bien au-delà des frontières indiennes.

  1. Peux-tu nous donner les bénéfices d’une bonne respiration ? Est-ce prouvé scientifiquement ?

Une bonne respiration est primordiale à une bonne santé. Autrement dit, une mauvaise respiration est source de maladie. Il faut prendre conscience que notre respiration est directement liée à nos émotions. Quand on est sous l’emprise de la colère, notre respiration se fait saccadée ; sous l’effet de la peur, elle est momentanément suspendue. Elle sursaute devant l’étonnement, s’étouffe sous la tristesse, soupire avec le soulagement, demeure lente et régulière durant la concentration et se modifie quand le mental est traversé par des pensées et des émotions changeantes et flottantes. Or nous savons aujourd’hui que nos maladies ont un lien étroit avec nos états émotionnels, et que nos réactions face au stress conditionnent notre état de santé. yoga rosenadine

La respiration non seulement nous maintien en vie, mais elle nous purifie des toxines physiologiques et mentales. Nous pouvons éliminer jusqu’à 80 % de nos toxines grâce à la respiration. Quand nous sommes assis au bureau, nous n’utilisons que 30 % de notre capacité pulmonaire. Certaines techniques de souffle, transmises par les sages yogis indiens, agissent comme des antidépresseurs naturels, si elles sont pratiquées régulièrement. En profondeur, lentement, et en toute conscience. Ce rituel quotidien, pratiqué à jeun de préférence, le matin ou le soir avant le repas, purifie les canaux d’énergie et procure détente et répit au mental.

Dans le Hatha Yoga Pradipika, un des grands classiques de Yoga il est dit que : « La vie est la période de temps entre une respiration et la suivante, une personne qui respire à moitié vit à moitié. Celui qui respire correctement acquiert la maîtrise de son être ».

Parmi les bienfaits de la respiration, les plus mentionnés par de nombreuses études sont indiscutablement le calme et la stabilisation du mental. Mais aussi, une réduction manifeste du stress et de l’anxiété, le renforcement du système nerveux et du système immunitaire, une meilleure capacité digestive, le massage des organes internes, ou encore une meilleure clarté d’esprit.

 

  1. Peux tu donner deux ou trois conseils pour réussir une rentrée sans stress avec la Yoga thérapie et l’Ayurveda ?

Malgré quelques rayons de soleil, l’automne s’installe. En termes ayurvédiques, il s’agit de la saison de Vata, l’énergie du vent, du froid. Privilégiez donc les saveurs douces et chaudes. Fixez-vous une routine quotidienne, dans votre alimentation, vos activités intellectuelles et physiques, votre sommeil… Pensez « routine » ! En effet, c’est une période de l’année, venteuse et froide, où le corps et l’esprit ont besoin de chaleur et de stabilité.

Appliquez régulièrement de l’huile sur le corps et privilégiez les bains, chauds et parfumés. Pour ceux qui ont la possibilité de recevoir des soins ayurvédiques, c’est le moment d’essayer le massage Abhyanga, particulièrement profitable aux personnes stressées, submergées ou nerveuses.

En termes de Yoga, alliez étirements et renforcements. Pratiquez avec modération et régularité, et si possible à la même heure. Privilégiez les étirements grâce à des postures au sol, assises ou couchées, mais toujours dans l’intention de favoriser la sensation d’enracinement.

Janu sirshasana, la posture de la tête au genou, est particulièrement facile et recommandée.

Surya Namaskar, la salutation au soleil, exécutée lentement, sera aussi excellente pour délier les raideurs propres à Vata. 

  1. Ton accompagnement s’adresse t-il à tout le monde ? Si j’ai une pathologie assez grave (épilepsie, maladie de Crohn…) puis-je faire appel à toi en complément de la médecine allopathique ?

L’Ayurveda a d’excellents résultats dans les maladies chroniques, notamment, mais aussi en tant que complément réparateur de la médecine allopathique. C’est pourquoi mon accompagnement s’adresse en effet à tout le monde , aussi bien en cas de prévention, pour le maintient d’une bonne santé, qu’en cas de pathologie plus grave, chronique et avérée.

L’Ayurveda considère que 60% des maladies sont psychosomatiques, et que 40% des maladies sont les conséquences d’un déséquilibre de sa constitution physique (alimentation non adaptée, surmenage, chocs émotionnels, etc.). Dans la plupart des « nouvelles maladies » d’aujourd’hui, il s’agit bien souvent d’un désordre psychosomatique, des émotions réprimées ou refoulées, que le corps manifeste par des troubles physiques et physiologiques quand il ne peut pas faire autrement pour s’exprimer.

Il ne s’agit pas ici de condamner la médecine allopathique. Il s’agit de permettre au lecteur de prendre conscience que le corps a une intelligence interne d’auto-guérison, et que le mental peut devenir son meilleur allié pour éviter ou combattre la maladie. C’est, in fine, les enseignements et principes de bases véhiculés par l’Ayurvéda et le Yoga.

 

  1. Est ce qu’en 21 jours, on peut vraiment modifier ses mauvaises habitudes pour aller vers plus de mieux être, sérénité et une meilleure santé ?

On ne peut pas attendre de n’importe quelle thérapie ou médecine un traitement miracle, surtout lorsqu’il s’agit de prendre en charge des déséquilibres inscrits dans les mémoires du corps depuis des années.

En Ayurvéda, quelle que soit l’affection dont souffre le patient, le thérapeute conseillera souvent en premier lieu une « détoxification générale », plus ou moins longue. La personne suivra ensuite un traitement destiné à régénérer son organisme et à renforcer son système immunitaire. Si besoin, le thérapeute conseille un régime alimentaire adapté, des changements dans le mode de vie, la prise de préparations à base de plantes, appelées Rasayanas, des postures de Yoga, ainsi que des séances de méditation. yogalite rosenadine 21 jours c’est la durée minimum pour permettre au corps et au mental d’enregistrer de nouvelles habitudes. Bien évidemment, selon les pathologies, les premiers résultats apparaîtront seulement au bout de 3 à 6 mois. C’est précisément dans ces conditions que l’accompagnement du thérapeute est précieux afin d’encourager le patient dans les différentes étapes de son traitement et l’amener à la guérison.

Il ne faut pas oublier que l’état de santé, de sérénité, est notre nature profonde. Spirituelle et tranquille à jamais. J’ai conçu mon programme pour amener à cette prise de « conscience »… et donner un sérieux coup de fouet à la santé mentale !

 

14 postures pour l’ouverture du bassin et le detox émotionnel

Les 14 postures rassemblées ici vont vous guider dans le processus de l’ouverture du bassin car l’aine est l’endroit où notre corps stock toutes les émotions que l`on s’interdit de vivre : aussi bien les négatives que les positives.

Par Maitri Baraz

svadhisthana ouverture bassin posture yoga&vedas

 

Le bassin est la zone du deuxième centre énergétique (Swadhisthana chakra). L’élément de ce centre est l’eau et la planète Lune. Cela pointe sur la gestion des liquides dans notre corps (lymphe, glandes, larmes) et nos états émotionnels. En travaillant sur le muscle ilio-psoas (qui assure le lien entre le bassin et la colonne vertébrale) on detoxifie cette zone et évacue l’énergie stagnante, y compris les mémoires émotionnels. Le bassin est aussi la zone liée à notre famille et enfance. Le travail avec ces postures à long terme peut donc harmoniser vos relations avec les parents, la capacité du pardon, de l’acceptation et de l’écoute.

psoas yoga bassin yoga&vedasLa pratique de ces postures peut nous rendre très émotifs pour un certain temps, cela signifie seulement que la detoxification s’opère. Le corps et le psychisme intègre les impacts de la pratique sous 24h du moment de sa réalisation. Il est nécessaire d’en être conscient et de s’hydrater (boire de l’eau tiède et prendre un bain).

 

Vous pouvez faire l’enchainement complet une fois par semaine ou intégrer certaines postures dans votre pratique quotidienne. Le bija mantra Om Vam (le son semence du 2ème chakra) peut être chanté au début de la pratique ou mentalement pendant les postures.

 

virabhadrasana guerrier yoga&vedas

VIRABHADRASANA II « la posture du guerrier »

 

Vira : héro

Bhadra : beau

 

– le genou plié ne doit pas dépasser l’angle de 90°

– les paumes tournées vers le bas (cela permet un meilleur ancrage)

– les pieds sont perpendiculaires l’un à l’autre

– les deux bras forment une ligne continue horizontale

– repoussez le sol avec les deux pieds à la fois pour ramener l’énergie vers le centre

 

 

durgasana déesse ouverture bassin yoga&vedasDURGASANA « la posture de la déesse »

 

Durga : Mère Divine, déesse

 

– les talons sont orientés vers l’intérieur, les orteils écartés

– enracinez-vous physiquement et énergétiquement

– les épaules bien descendues, les bras à 90°

– le poids du corps au milieu pas trop en avant ni en arrière

– le cou allongé

 

trikonasana triangle ouverture bassin yoga&vedasUTTHITA TRIKONASANA « la posture du triangle étendu »

 

Utthita : extension

Trikona : triangle

 

– les pieds sont perpendiculaires l’un à l’autre

– repoussez le sol par le pied arrière

– ouvrez le bassin, augmentez cette ouverture avec chaque respiration

– dans cette posture imaginez que votre corps n’existe qu’en deux dimensions, aplatissez-vous au maximum

 

UTTHITA PARSVAKONASANA  « planche laterale »

parsvakonasana ouverture bassin yoga&vedas

 

Utthita : extension

Parsva : lateral

Kona : angle

 

– entrez dans la posture depuis Trikonasana (Triangle)

– le poids du corps se trouve sur le pied avant et la main mais le pied de derrière est également un point d’appui important, il est perpendiculaire à celui de devant

– éloignez le genou avec le bras

–  la tête est tournée vers le haut ou de face

– ancrez vous et sentez l’énergie produite suite à la pression convergente de vos cuisses

 

VYAGHRASANA « posture du tigre »

viyaghrasana tigre ouverture bassin yoga&vedas

 

Vyaghr : tigre qui se réveille

 

– posture dynamique : levez la jambe à l’inspir, le genou vers le front à l’expir

– ouvrez la poitrine à l’inspir, courbez le dos à l’expir

– les deux bras tendus et perpendiculaires au sol

– 12 fois à gauche / 12 fois à droite

 

usthasana chameau ouverture bassin yoga&vedasUSHTASANA « posture du chameau »

 

Ushta : chameau

 

– entrez dans la posture en soutenant les lombaires avec les mains

– les deux cuisses parallèles et verticales

– les mains sur les pieds, qui sont posés à plat ou fléchis à 90°

– les épaules détendues, la tête relâchée

– pour sortir de la posture posez une main après l’autre sur le cœur et relevez vous en ramenant les coudes en avant

 

EKA PADA RAJAKAPOTASANA « posture du roi pigeon sur un pied »

eka pada raja kapotasana pigeon ouverture bassin yoga&vedas

 

Eka : un

Pada : pied

Raja : roi

Kapot : pigeon

 

– entrez en posture depuis Urdhva Mukha Svanasana (Chien tête en bas)

– le bassin tourné de face

– talon arrière pointe vers le haut

– le pied devant plus ou moins ressorti en fonction de la flexibilité

– poitrine ouverte, épaules descendues

– appuyez vous sur les bouts des doigts pour se tenir le plus droit possible

 

uttanpristhasana lezard posture ouverture bassin yoga&vedas

 

UTTAN PRISTHASANA « posture du lézard »

 

Uttan : en avant

Pristh : lézard

 

– entrez en posture depuis Urdhva Mukha Svanasana (Chien tête en bas)

– mains et pied de devant sont parallels

– la ligne droite du cou continue celle du dos

– le pied derrière est sur la pointe

– vous pouvez aussi vous appuyer sur les coudes à condition de garder le dos droit

 

konasana angle posture ouverture bassin yoga&vedasKONASANA « posture de l’angle ouvert »

 

Kona : angle

 

– pieds à 90°, jambes activés

– avancez avec la poitrine et non pas avec les épaules

– vous pouvez aussi vous appuyer sur les coudes

 

IMG_7975web“JAMBE BEBE”

 

– le pied est fixé à l’intérieur du bras fléchi, le coude est tenu par l’autre bras

–  le mollet est le plus paralel au sol possible

–  les épaules ouvertes et parallèles au sol

– “bercez” le pied délicatement vers la gauche et vers la droite

– en gardant la meme position penchez-vous légèrement en avant à l’expire et déclinez-vous en arrière à l’inspire

 

MANDUKASANA « posture de la grenouille »

mandukasana grenouille posture ouverture bassin yoga&vedas

 

Manduk : grenouille

 

– le poids du corps sur les coudes et les genoux

– les chevilles touchent le sol, si possible les pieds se touchent

– bassin se place bien en avant des genoux

– attention à ne pas cambrer le dos et préserver les lombaires en gardant les muscles du dos activés

– la tête relâchée pour étirer la colonne vertébrale en longueur également

 

 

ARDHA SETU BANDHASANA « posture du demi pont »

ardha setu bhandasana posture ouverture bassin yoga&vedas

 

Ardha : moitié

Setu : pont

Bandha : contraction, tension

 

– entrez en posture avec un inspire depuis la position allongée, avec les jambes pliées

– les pieds et les jambes sont parallèles

– les genoux sont pliés à 90°

– tirez le menton vers la poitrine

– le cou reste détendu

– exercer Mula Bandha (serrez les muscles du périnée)

 

 

ananda ballassent bebe enfant heureux posture ouverture bassin yoga&vedasANANDA BALASANA « posture du bébé heureux »

 

Ananda : béatitude

Bala : bébé

 

– attrapez les parties externes des pieds

– les bras sont tendus

– la tête et le cou au sol

– genoux fléchis à 90°, jambes écartées au maximum

– balancez à gauche et à droite en gardant l’équilibre et en massant le dos

 

 

supta baddha konasana papillon posture ouverture bassin yoga&vedasSUPTA BADDHA KONASANA« posture du papillon »

 

Supta : alongé, couché

Baddha : relié

Kona : angle

 

– le sacrum bien collé au sol

– les pieds joints au plus près du périnée

– si le fait d’approcher les talons vers le périnée fait lever les genoux, ne les approchez pas trop

– la sangle peut être fixé pour tenir les pieds

– ouvrez l’aine à chaque expire

– sortez de la posture doucement en rapprochant tout d’abord les genoux

 

Yoga&Vedas remercie Sarah Brunel pour les photographies des postures utilisées dans cet article.

 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau