"Apprends à écouter ce que tu n'entends pas. " (fin)

"Apprends à écouter ce que tu n'entends pas. " (1)

"Apprends à écouter ce que tu n'entends pas." (2)

"Apprends à écouter ce que tu n'entends pas." (3)

"Apprends à écouter ce que tu n'entends pas. " (4)

"Apprends à écouter ce que tu n'entends pas. " (5)

"Apprends à écouter ce que tu n'entends pas. " (6)

"Apprends à écouter ce que tu n'entends pas. " (7)

"Si vous regardez un abricot, vous pouvez décrire sa couleur, sa texture, son parfum, le goût de sa chair, la dureté de son noyau, mais tout ça n'est pas l'abricot. C'est juste sa matérialisation physique. L'énergie qui le constitue n'est pas visible alors que c'est justement sa réalité profonde. Il en est de même avec la vie. Elle est tout ce qui n'est pas visible. Effacez la vision que vous en avez et observez ce qui reste."

Un an maintenant qu'il avait rencontré ce thérapeute. Il ne croyait plus au hasard. Son âme avait décidé de cette rencontre et c'est parce qu'il était parvenu, dans un moment de lucidité, à entendre ce message qu'il avait basculé...

Basculé...

Il aurait rejeté l'idée dans son ancienne vie. Le déséquilibre lui aurait été insupportable. Perdre l'équilibre et basculer. Mais l'équilibre de quoi ? D'une vie nourrie d'expédients et de tromperies, des valeurs marchandes comme guide suprême. Il avait eu une vie de déséquilibré. Et c'est parce qu'il avait perdu cet équilibre éducatif qu'il avait appris à se tenir debout sasn vaciller. Il avait eu peur de perdre pied quelquefois mais avec l'impression immédiate qu'il y gagnait bien davantage. Sans parvenir pour autant à exprimer ses ressentis.

Le thérapeute lui avait conseillé d'écrire.

Il avait acheté un beau cahier avec une couverture cartonnée, bien solide. 

"Écrivez sans y penser, laissez-vous emporter. Ne jetez rien, même si dans l'instant, ce qui surviendra vous paraîtra dérisoire ou incompréhensible. Ce que votre âme éprouve n'est pas de l'ordre du mental. Les résistances éducatives sont extrêmement solides. Tout le système repose sur ces résistances. Ne vous inquiétez pas. Contentez-vous d'écouter."

Le thérapeute communiquait parfois par mail et il les lisait avec beaucoup d'attention. Il avait même constitué un dossier personnel et il tentait de retranscrire ses émotions immédiates, les pensées, les idées, les images...

C'est par un matin de printemps, assis sur la terrasse, dans la contemplation du ciel, que ce texte lui était venu. Il avait rejoint son bureau et il avait écrit, enflammé, frissonnant, délivré.

Une rencontre qui se répétait désormais. Cette entité qui parlait en lui, sans que les mots ne soient recherchés, sans que les idées ne soient cartographiés, soumises à un mental inflexible et étroit.

Elle était là. Elle lui parlait. Il écoutait.

Et l'idée qu'un jour, cette âme déchirerait son enveloppe ne l'effrayait plus car il savait que désormais, elle aurait de longs feuillets à lire. 


 

blog

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau