Henri Guillemin et Robespierre

Passionnant...

http://etienne.chouard.free.fr/Europe/forum/index.php?2012/06/08/227-conference-d-henri-guillemin-sur-robespierre-le-texte

Conférence d'Henri Guillemin sur Robespierre
12 février 1970 (pdf)

Notre association du personnel est très heureuse d'accueillir à nouveau monsieur Henri Guillemin.

Il y a trois ans, il nous avait passionnés de l'affaire Dreyfus,

une affaire qui a ébranlé la France au siècle dernier.

Et c'est aussi un des sujets qui a aussi ébranlé la France et je dirais même l'Europe.

Je crois que c'est une insulte de le présenter, vous le connaissez tous puisqu'il est déjà venu ici.

Et pour ceux qui suivent ses conférences sur le petit écran, je vais tout de suite lui donner la parole.

- Je me mets là, devant, alors ?

- Non non, vous pouvez vous balader.

- Et puis ça alors, qu'est-ce que j'en fais de ça ? Je le laisse comme ça ?

- Oui vous pouvez le laisser comme ça.

 

- Bon. Et bien l'image traditionnelle de Robespierre vous la connaissez.

Enfin telle que je l'avais apprise moi-même dans les livres de Louis Madelin qui faisait autorité quand j'étais étudiant :

l'image d'un incorruptible, c'est entendu, mais en même temps une espèce de pion âcre,

enfin, un fanatique glacé, une espèce de cuistre guillotineur si vous voulez.

Alors, immédiatement, on opposait le visage de Danton, en vous disant :

"Oui, bien entendu, il est moins incorruptible,

mais Danton, c'est tout de même l'homme «de l'audace, encore de l'audace».

C'est un homme duquel sortait une chaleur humaine.

Tandis que ce petit monsieur propret mais aux mains sanglantes, quelle horreur !"

"Mains sanglantes", ça me fait penser à l'image que j'ai vue en entrant,

où le nom de Robespierre est accompagné de sang qui coule…

Alors, est-ce exactement comme ça qu'il faut le voir ? Je n'en suis pas sûr.

Et je peux vous dire que depuis un certain nombre d'années, cette ancienne image s'est déjà pas mal modifiée.

C'est Mathiez, le premier, qui était le grand rival de Aulard, vous savez à la Sorbonne,

Mathiez, après lui monsieur Soboul, qui a le même prénom : Albert Soboul.

Jean Massin qui a fait un très bon Robespierre.

Et puis tout récemment, enfin il y a deux ans je crois, Max Gallo qui a aussi rapporté un Robespierre dont la physionomie est modifiée par rapport à l'image traditionnelle.

Eh bien, je vais tenter de vous présenter Robespierre tel que je le vois.

Alors pour ça il faut d'abord regarder ce que c'est que le mouvement de 1789, pour voir l'insertion de Robespierre.

Eh bien la chose importante à vous dire, citation de Michelet, qui est un grand écrivain, mais mon estime pour l'historien n'a cessé de décroître ; Michelet vous affirme ceci, "Ce qu'il importe de savoir, c'est à quel point les idées d'intérêt furent étrangères au mouvement de 89"…

Et il ajoute même, oui : "la révolution fut désintéressée, c'est là son côté sublime"…

Je n'en crois plus rien.

Voyons, qu'est-ce qui c'était passé réellement au 18ème siècle ?

La formation d'une nouvelle classe, hein. Nous l'appellerons si vous le voulez la richesse mobilière.

Il y a eu cette grande expansion économique au 18ème siècle, que vous connaissez.

Donc, il c'était constitué une classe de financiers, d'industriels, de banquiers.

Ces gens représentaient réellement une très grande part de la fortune française.

Or, ils voyaient que, comme on dirait aujourd'hui, les leviers de commande étaient uniquement entre les mains de l'aristocratie.

Alors, ces gens avaient envie de s'affirmer.

Et ils avaient un théoricien, qui s'appelait Barnave, qui était un avocat du Dauphiné, un client des Perrier,

(les Perrier, c'était de grands industriels de la région)

et Barnave a prononcé en 90 une phrase très importante, que je crois savoir par cœur : "Une nouvelle distribution de la richesse, appelle — c'est-à-dire exige — une nouvelle distribution du pouvoir."

Autrement dit : nous qui sommes très importants dans la France, nous tenons à avoir notre part dans la gestion des affaires publiques.

L'occasion qui va se présenter pour cette nouvelle classe, c'est la situation financière française en 1789 :

la banqueroute imminente.

Et deux raisons de la banqueroute, qui sont les suivantes :

Il y a une très célèbre, l'autre qui l'est moins.

Raison célèbre, il y avait des parasites qui ne payaient pas d'impôts, et c'était précisément ce qu'on appelait les privilégiés,

à savoir l'aristocratie et le clergé ;

Mais deuxièmement il faut aussi penser à la politique financière des rois de France, surtout Louis 15 et Louis 16.

Une politique d'emprunts permanents.

Lorsque la France de Louis 16 décide de soutenir les insurgés d'Amérique, qui vont donner les États-Unis, il faut de l'argent liquide pour faire la guerre.

Necker, Suisse vous savez, qui est "au service de la France".

Necker dit : "tout l'argent que vous voudrez !"

Naturellement, on fait des emprunts énormes. Et je vous dirais entre parenthèses que Necker s'y retrouve personnellement parce qu'il fait semblant d'être désintéressé, à ce moment-là, de n'être plus banquier,

et il prête jusqu'à 14% à l'État français. C'est intéressant quoi, un ministre des finances qui fait du 14% personnellement…

Ce qui lui permettra ensuite le château de Coppet.

Bon alors en 1789, vous avez la situation que voici.

La moitié, c'est vrai ce que je vais dire, la moitié du budget des dépenses françaises passe aux arrérages de la dette.

Situation éminemment malsaine.

Alors vous pensez bien que ces industriels, ces grands personnages, ces notables, ne vont pas eux-mêmes faire la révolution et descendre dans la rue.

Il leur faut un bélier. Le bélier est tout trouvé, c'est la petite plèbe, c'est le petit peuple.

Si vous lisez un livre divertissant et qui ne voudrait pas l'être, mais qui l'est tout à fait, un livre de monsieur Gaxotte de l'académie française sur la révolution française, vous y lirez cette phrase surprenante :

"En somme en 1789, l'ensemble était cossu".

Je vous assure que c'est merveilleux de penser, l'ensemble était cossu !

Alors vous voyez quand on passe à des choses sérieuses, quelqu'un qui Dieu sait n'est pas un communiste, j'ai nommé monsieur Edgar Faure, qui a fait un très bon livre sur la chute de Turgot, et qui a cette phrase très importante, qui est un homme qui sait de quoi il parle.

"C'est vrai la richesse française, la richesse nationale française s'était beaucoup accrue au 18ème siècle, et cela avait aboutit - écrivait Edgar Faure - à faire les pauvres plus pauvres."

Monsieur Godechot, encore aujourd'hui je crois, doyen de la faculté des lettres de Toulouse, et qui a fait dans une collection importante qui s'appelle "Les trente journées qui ont fait la France", qui a fait le 14 juillet, nous apporte lui des chiffres.

Alors je vais vous donner quelques uns de ces chiffres.

Le travailleur, à ce moment-là c'est quoi ?

C'est le travailleur des champs, surtout journalier. Mais il y a aussi plus de travailleurs des villes qu'on ne l'imagine.

Il y a déjà des concentrations industrielles.

Enfin, le travailleur des champs ou le travailleur des villes, gagne à peu près 20 sols par jour au 18ème siècle.

20 sols, pouvoir d'achat actuel, 4 à 5 francs suisse à peu près. (3 à 4 euros)

Ces gens ne gagnent leurs 20 sols que quand ils travaillent, bien entendu.

Il y a le dimanche, et il y a énormément des fêtes chômées.

Alors ces gens gagnent leurs 20 sols quand ils travaillent, environ 320 ou 330 jours par an.

De quoi se nourrissent-ils ? Ils se nourrissent avant tout de ce qu'on appelait "la miche".

La miche de pain, on ne parlait pas de kilo à ce moment-là, ça ferait une miche de 1 kilo.

Cette miche de pain coutait 40 centimes. 40 sols, enfin, disons 40 centimes, en 1750.

Elle ne cessera pas, le prix ne cessera pas de monter. Elle va passer de 10 sous à 12 sous, à 13 sous...

Et ce n'est pas par hasard que le 14 juillet, c'est-à-dire le jour où il y a la prise de la Bastille, dont je vais vous parler, est aussi le jour où la miche de pain est la plus élevée, elle coute 14 sous.

Alors comme il faut manger tous les jours même si on ne travaille pas tous les jours, regardez la situation de gens qui dépensent déjà 14 sous pour manger, qui gagnent 20 sous quand ils travaillent.

Alors qu'est-ce qu'il leur reste pour leur habitation ou pour leur logement, ou pour leur vêtement ?

Des gens donc très malheureux. Ce n'est pas étonnant que dans l'année de 1788 il y avait pas mal de tumulte, des émeutes, des petites insurrections, de la misère.

Et en avril 1789 les états généraux ne sont pas réunis, ils vont se réunir le 5 mai.

En avril 89 à Paris, une très violente insurrection qu'on appelle "l'émeute réveillon", quartier Saint-Antoine, quartier ouvrier, où il y aura, on fera donner la troupe, où il y aura environ 150 morts.

C'est vous dire qu'il y avait là un bélier tout à fait disponible, c'est-à-dire de pauvres gens qui crevaient.

Les notables qui sont réunis à Versailles d'abord puis à Paris après, vous savez, c'est l'assemblée dite "constituante" maintenant.

Les états généraux qui se sont transformés en assemblée constituante, estiment que tout va bien.

Le roi a en effet reculé, on va arriver à faire une constitution.

Et par conséquent ces notables, c'est-à-dire la richesse mobilière, ont l'impression qu'ils ont gagné.

Quand brusquement, le 12 juillet 1789, le roi fait marche arrière, renvoie Necker qui était au pouvoir et, étant financier lui-même, favorisait les financiers.

Le roi renvoie Necker et met à la place un gouvernement que nous appellerons d'extrême droite, avec Breteuil.

Situation dramatique. Cette fois la bourgeoisie parisienne, la grosse bourgeoisie, la bourgeoisie d'affaires parisienne, décide de se lancer — pas elle-même, bien entendu — mais de lancer le peuple contre la Bastille qui était le symbole même de l'autocratie.

On va armer le peuple. C'est très redoutable hein, et c'est dans la journée du 13 juillet 1789 qu'on va ouvrir les Invalides, où il y avait 30 000 fusils, des canons, de la poudre, et on va distribuer des armes aux pauvres gens.

On notera par exemple que deux Suisses, très importants, le banquier Pergaud et un autre banquier Genevois qui s'appelle Delessert,

(Pergaud c'est un Neuchâtelois) sont là parmi les gens les plus incandescents, qui ont ramassé des fusils et qui les distribuent aux gens qui passent devant chez eux.

Vous avez Boscari qui est un agent de change et un futur membre de l'assemblée législative, agent de change, qui lui aussi ne va pas se battre, c'est pas convenable, mais distribue des fusils.

Alors ça y est le 14 juillet, le roi a reculé, on a rappelé Necker, on a gagné !

Attention ! On a gagné avec un grand risque : on a armé la plèbe.

Qu'est-ce qu'elle va faire de ces fusils ?

Alors, il faut lui reprendre ces fusils. Et on a trouvé un truc admirable, en effet qui va réussir tout de suite.

On avait distribué gratuitement ces fusils à la petite plèbe. On va les lui racheter pour 40 sous.

Alors la plupart des fusils reviennent. Vous comprenez, les gens qui avaient touché un fusil pour rien, on leur dit si vous rendez le fusil, vous avez 40 sous, ils rendent leur fusil.

Aux trois armées comme on a peur que ça leur ait donné des mauvaises idées, on va constituer tout de suite, dès le 15 juillet, ce qu'on appelle d'abord une MILICE BOURGEOISE.

Puis le mot parait tout de même trop nu, on appellera ça une GARDE NATIONALE. La garde nationale sera une armée supplétive pour faire tenir tranquille les pauvres.

Et cette garde nationale se crée à Paris, et se crée aussi en province.

Maintenant comme l'a fait Regallier, on va faire une constitution.

On a annoncé que tous les Français devenaient des citoyens.

Mais l'abbé Sieyès fait admettre une constitution qui divisera les français en deux classes.

Il y a ceux qui payent des impôts et ceux qui n'en payent pas.

On appellera tout le monde citoyen, pour rire, mais il y aura les citoyens actifs et les citoyens passifs.

C'est un chef d'œuvre d'humour noir d'appeler citoyen passif, puisque le passif c'est celui qui n'a pas le droit de vote !

Alors en somme il n'y a que les possédants ou les demi-possédants, ceux qui ont un petit peu d'argent, qui auront le droit de vote.

C'est ça, "la constitution".

En plus, loi Le Chapelier de 1793 (en réalité 1791) : à savoir interdiction est faite, sous peine de prison, aux ouvriers - aux salariés comme on disait déjà - de se coaliser, pour je cite, pour enchérir leur travail.

Défense de se coaliser pour enchérir leur travail, c'est-à-dire : interdiction est faite aux salariés, aux prolétaires, de défendre leurs intérêts.

Et comme le 17 juillet 1791, les citoyens passifs se sont mêlés de ce qui les regardait pas, lorsque ce jour-là après la fuite du roi à Varennes, ils ont demandé la déchéance du roi, il y avait 100 000 personnes à peu près qui étaient réunies aux Champs de Mars pour signer sur un registre, où les cordeliers, qui étaient des gens d'extrême gauche, avaient déposé une pétition pour que le roi soit déchu ; La Fayette, chef de la garde nationale, de la garde bourgeoise, et Bailly maire de Paris, feront tirer et sans sommation, sur ce peuple qui est là.

Vous savez c'est une date, ce 17 juillet 1791, qu'il faudrait inscrire en rouge dans les livres, au moins aussi gros que le 14 juillet.

Le 17 juillet 1791, sans sommation on fera tirer sur le peuple parce qu'il se mêle de ce qui ne le regarde pas, en demandant la déchéance du roi.

On ne saura jamais exactement le chiffre des tués.

Vraisemblablement près d'un millier.

Ça, c'est une leçon donnée aux petites gens qui veulent s'occuper de la gestion des affaires nationales, qui n'appartient qu'aux possédants.

En somme, les constituants sont des Voltairiens. Comprenez-moi bien, je ne parle pas du tout de Voltaire au sens religieux.

On en parle tout le temps mais on oublie que Voltaire avait une certaine doctrine politique.

Et Voltaire avait affirmé la doctrine que voici : "Un pays bien organisé est celui où le petit nombre fait travailler le grand nombre, est nourri par lui, et le gouverne."

Ça, c'est une morale d'entretenu. Eh bien, c'est la morale de la constituante.

Il y avait un monsieur qui n'était pas d'accord. Un seul, un seul !

Un petit avocaillon d'Arras, qui s'appelait Maximilien de Robespierre.

Il était tout seul à la constituante à faire des protestations.

D'où sort-il ? C'est un garçon qui n'a pas eu de chance, il a perdu sa mère tout petit. Quand il avait 9 ans son père a disparu, on dit qu'il est allé mourir à Munich, on en sait rien.

On croit qu'il était parti avec une femme. Toujours est-il que ce petit Robespierre de 9 ans, est chef de famille puisqu'il y a derrière lui deux sœurs et un petit garçon qu'on appelle en famille "bonbon" et qui s'appelle en réalité Augustin.

La chance de notre Maximilien de Robespierre, c'est un oncle paternel qui va obtenir pour lui une bourse de l'évêque d'Arras.

C'est avec de l'argent ecclésiastique qu'il va faire ses études.

Études au collège Louis le Grand, bonnes études, bon travailleur, il veut faire du droit.

Et à 23 ans, il va prendre la succession, après un intervalle, la succession de son père qui avait été avocat à Arras.

On a quelques dessins de ce très jeune Robespierre.

Il a une figure poupine, à 23 ans il a l'air d'un gamin.

Il a des yeux un peu candides, il a un nez retroussé comme Talleyrand.

Et il n'est pas particulièrement ni méchant ni gentil, enfin il est quelconque.

C'est un garçon qui n'est pas insociable, qui va dans les bars, qui tourne le madrigal comme tout le monde.

Mais on se moque un peu de lui parce qu'il a une passion : il parle tout le temps de Jean-Jacques Rousseau.

Pas de Rousseau des confessions ni de la Nouvelle Héloïse, mais le Jean-Jacques du contrat social.

Il est fou de Jean-Jacques, il vit de Jean-Jacques, il l'a vu et il le dit à tout le monde.

Il était né en 1758, Rousseau est mort en 1778.

En 78 Robespierre était encore étudiant à Paris.

Rousseau n'était pas loin, à Ermenonville, chez le marquis de jardin, vous savez.

Et le petit Robespierre lui avait demandé une audience.

Eh bien Jean-Jacques Rousseau avait accepté de voir ce garçon !

Je ne pense pas qu'il avait tenu des propos sublimes, mais enfin il lui avait parlé.

Alors Robespierre disait "j'ai vu Jean-Jacques Rousseau !".

Bon, les gens souriaient un peu.

Mais les gens souriront moins lorsqu'ils verront un certain trac, comme disent les gens aujourd'hui, que Robespierre avait répandu à la fin de l'année 1788 lorsqu'il était candidat aux états généraux, candidat du Tiers état.

Je vais vous lire, ce texte est tout court, la phrase essentielle je vais vous la lire lentement. C'est du Robespierre de 1788 :

"La plus grande partie de nos concitoyens - la plus grande partie - est réduite par l'indigence à ce suprême degré d'abaissement, où l'Homme, uniquement occupé de survivre, est incapable de réfléchir aux causes de sa misère et aux droits que la nature lui a donné."

C'est terrible de demander ça, et de dire aux gens : vous allez réfléchir aux causes de votre misère !

Vous êtes des exploités, vous êtes des malheureux, prenez-en conscience !

Vous comprenez que c'était terrifiant. Alors un homme qui dit des choses comme ça se fait repérer tout de suite.

Et même il va encore plus loin, il va prononcer un mot terrible à la tribune.

Il va parler d'hypocrisie — vous m'entendez : d'hypocrisie— à propos de la déclaration des droits de l'Homme.

Pourquoi donc ? La déclaration des droits de l'Homme votée à l'unanimité avait pour article principal, vous le savez ça, c'est assez souvent cité :

"Tous les Hommes naissent et demeurent libres et égaux en droit".

C'était la grande phrase de la déclaration des droits de l'Homme.

"Tous les Hommes naissent et demeurent libres et égaux en droit".

Alors Robespierre dit : Nous avons tous voté ça, mais quelle application en faites-vous ?

L'égalité ? Je ne la vois pas, l'égalité !

Ces hommes qui sont tous égaux, alors pourquoi avez-vous distingué les français en deux groupes : les citoyens actifs et les citoyens passifs, d'après leur argent.

Ils sont tous libres ? Il y a aussi des citoyens noirs parce que la France avait encore à ce moment-là quelques colonies, surtout dans les Antilles.

Il avait demandé l'abolition de l'esclavage.

Le lobby colonial qui était extrêmement puissant à la coloniale avec La Fayette, entre autres, qui s'était absolument opposé, la constituante avait maintenu l'esclavage.

Et Robespierre disait : Hypocrisie de dire que tous les hommes... puisque les hommes noirs vous voulez les laisser en esclavage.

Et puis il y a d'autres esclaves, qui sont pas noirs, qui sont blancs, ce sont ces ouvriers auxquels vous interdisez de se coaliser pour défendre leur salaire.

Je dis donc le mot hypocrisie parce que ni l'égalité, ni la liberté, ne sont respectés par vous.

Il avait compris aussi ce que c'était que "la fédération" :

Si vous lisez notre ami Michelet, vous voyez, et qui a été beaucoup répété depuis : la fédération c'est la grande fête nationale française.

Ça se passe le 14 juillet 1790. Les gardes nationales sont venues se rassembler à Paris.

La France prend conscience de son unité. Paraît-il que le patriotisme est né ce jour-là.

Il ne s'agit pas de patriotisme. Il s'agit de quoi ? Du premier congrès armé de la bourgeoisie.

Ce sont les gardes nationales qui font tenir tranquille les paysans ou les ouvriers qui se sont rassemblés à Paris, pour dire : nous sommes les maîtres, nous avons les armes.

Et Robespierre va dire ceci : "vous voulez diviser la nation en deux classes, dont l'une ne sera armée que pour contenir l'autre. C'est aux classes fortunées que vous voulez transférer la puissance !".

Voici des mots de Robespierre. Alors vous pensez qu'il était détesté.

Un type comme Mirabeau par exemple, qui passait pour un ami du peuple, et qui était vendu - le mot que j'emploie n'est pas un mot de polémique -.

Il était vendu Mirabeau puisque nous connaissons sa vente, son achat.

Ca s'est passé en octobre 1789, il avait une sorte de dette comme vous savez.

Et le roi lui avait remis ce jour-là en octobre 1789, 200 000 francs cash, ce qui ferait un million de francs suisses aujourd'hui (800 000 euros).

Et 6 000 francs par mois, c'est-à-dire 24 000 francs à peu près (20 000 euros). C'est pas mal quand même, 24 000 francs par mois, pour continuer à pousser ses coups de gueule et faire croire qu'il était à gauche, mais toujours voter pour la conservation des intérêts.

Bon alors, Mirabeau détestait Robespierre, il l'avait repéré comme extrêmement dangereux.

Et comme Mirabeau était très intelligent et qu'il avait le sens du pittoresque.

Il avait trouvé une phrase comique, mais pas mauvaise, sur Robespierre, qu'il répétait beaucoup : "Quand monsieur Robespierre monte à la tribune, il me fait penser à un chat qui a bu du vinaigre !" disait-il.

Quelqu'un qui n'était pas bête non plus, Dieu sait : La fille Necker, vous savez la banquière, enfin Madame de Staël.

Madame de Staël en 1816 dira : "Je n'ai vu qu'une fois dans ma vie Robespierre, ces traits étaient ignobles, - oh non pas du tout - ces veines étaient d'une couleur verdâtre dit-elle - et alors la suite - Il professait sur l'inégalité des rangs et des fortunes, les idées les plus absurdes.".

J'ai compris : fortune, verdâtre, etc. Bon...

Alors je vais vous citer maintenant un texte du journal de Paris.

Il y avait quatre grands journaux à Paris à ce moment-là.

Le journal de Paris du 28 octobre 1789.

C'est tout petit, c'est un compte-rendu de la séance de la veille.

La séance donc du 27 octobre à l'assemblée nationale.

Cette phrase est inouïe ! Elle est donc du journal de Paris.

"Hier, monsieur Robespierre, est encore monté à la tribune. On s'est rapidement aperçu qu'il voulait encore parler en faveur des pauvres. Et on lui a coupé la parole."

Voilà comment ça s'est passé.

Alors le malheureux Robespierre quand il voit que cette révolution a pratiquement avorté, il s'aperçoit que ce qu'on a appelé la révolution française c'est une rixe de possédants.

C'est une bagarre de nantis. Entre richesse mobilière et richesse immobilière, mais sur le dos de ce que Victor Hugo appellera la Cariatide, c'est-à-dire les pauvres, les prolétaires, les travailleurs.

Lui il dit : Robespierre, cette révolution est ratée. Espérons qu'elle va reprendre sous une autre forme, et il propose une mesure suicidaire à ses collègues les députés.

Il leur dit : Nous devrions décider qu'on ne va pas se présenter à la législative.

Vous savez la constitution prévoyait qu'il y avait une chambre, qui s'appelait l'assemblée législative.

On allait l'élire à la fin de l'année 91.

Robespierre espérant que le changement d'un personnel politique amènerait peut-être au pouvoir des gens plus soucieux d'équité, dit : Nous tous qui sommes là, on ne se représentera pas aux élections.

On laissera des jeunes gens venir.

Comme il fait cette proposition et qu'il dit : moi, je ne me présenterai pas. Les autres n'osent pas dire non, alors il est entendu qu'aucun membre de l'assemblée constituante ne pourra faire partie de la législative.

Oui mais enfin avec ces élections qui sont censitaires, seuls les possédants votent. Qu'est-ce que ça va donner ?

Ça va donner une chambre de notables. Une chambre de grands possédants.

La législative est immédiatement dirigée par un groupe de tête.

On s'aperçoit que ce sont les meneurs. Les types particulièrement remarquables qu'on va appeler les Girondins.

Pourquoi Girondins ? Parce que, au départ, c'était un noyau de députés de la Gironde.

Vous savez il y avait Vergniaud, qui était une espèce de playboy qui avait beaucoup de succès féminin à Paris. Très beau, du reste, un admirable garçon.

Il y avait un autre bordelais qui s'appelait Guadet, qui était pas mal mais seulement il parlait du nez !

Alors on l'appelait le canard !

Alors il y avait Guadet et puis il y avait Gensonné.

Il y avait donc trois Bordelais d'abord, puis à côté il y avait des gens qu'on va appeler Girondins bien qu'ils ne fussent pas de la Gironde, parce qu'ils pensaient comme eux.

Il y avait le parfumeur Isnard qui était du Var, il y avait Barbaroux, qui n'avait pas de barbe, qui était marseillais.

Il y avait celui qu'on appelait, Dieu sait pourquoi, le vieux Roland, il avait 57 ans, moi je le trouve tout jeune.

Et puis il y avait le marquis de Condorcet, il tenait beaucoup à se faire appeler marquis, il disait toujours qu'il était un ami personnel, c'était vrai, de D'Alembert.

Disons, si vous voulez, que c'était l'encyclopédiste de service à la législative.

Alors ça, c'est les Girondins.

Qu'est-ce qu'ils vont faire les Girondins ?

Ils conduisent la politique française, c'est vrai. Et la législative est élue pour deux ans.

Elle ne fera pas les deux ans. Elle est élue à l'automne 1791 et elle va tomber le 10 août 92 dans les circonstances que vous savez mais que je vais vous rappeler.

Alors qu'est-ce qu'ils vont faire ces Girondins qui conduisent tout ?

Ils vont faire une seule chose ! Ils vont déclarer la guerre à l'Autriche et à la Prusse.

Voyons là-dessus encore, on nous dit, c'est Michelet par exemple, Michelet nous dit : Pourquoi la guerre ? Parce que les Girondins étaient des hommes qui adoraient la liberté.

Le volcan révolutionnaire jetait ses étincelles sur le monde entier. Ou encore changeant d'image : c'est l'océan révolutionnaire qui déborde.

Enfin soyons sérieux. Bon, alors on nous dit autre part : guerre préventive.

Ça se fait, des guerres préventives. On savait absolument que les autres allaient attaquer.

Les Autrichiens et les Prussiens ne pouvaient pas tolérer cette France en désordre.

Que la reine était autrichienne et que par conséquent son frère l'empereur d'Autriche n'avait qu'une idée, c'était d'écraser les Français.

Ce n'est pas vrai ! Plus aucun historien aujourd'hui ne soutiendrait que la France était menacée militairement à ce moment-là.

Il y avait les émigrés bien sûr. Ils étaient environ 15 000. Qui étaient à Coblence, vous savez sur les bords du Rhin.

Ils étaient 15 000 sur les 25 millions de Français. Ce n'était pas extrêmement dangereux, ils faisaient beaucoup de moulinet.

Mais ils n'étaient redoutables que s'ils avaient derrière eux la possibilité d'avoir l'appui militaire des forces autrichiennes et des forces prussiennes.

Ça, c'eût été redoutable.

Mais précisément le malheur de ces émigrés, c'est qu'ils ont beau supplier les Autrichiens ou les Prussiens d'intervenir, les Autrichiens et les Prussiens ne veulent pas intervenir !

Et même la reine Marie-Antoinette qui a écrit à son frère l'empereur en lui disant : "le plus grand service que vous pourriez nous rendre serait de nous tomber immédiatement sur le corps".

L'empereur d'Autriche ne veut rien entendre. Pourquoi ?

Parce que l'Autriche et la Prusse ont leur yeux fixés sur l'Est et non pas sur l'Ouest.

Sur l'Est, c'est-à-dire la Pologne. Vous vous rappelez le fameux destin de la Pologne au 18ème siècle. Gâteau que tout le monde mangeait : non, ils étaient trois à le manger.

Il y avait déjà eu deux "mangements" si je puis dire. Et l'Autriche et la Prusse regardaient avec inquiétude du côté de Catherine II dont les dents étaient très longues, en disant : si on n’intervient pas, elle va tout manger, alors il faut qu'on garde nos soldats pour une intervention militaire en Pologne !

Après, on verra du côté de la France...

Donc rien à faire, ils ne veulent pas s'engager. Tout ce que les émigrés ont obtenu de la Prusse et de l'Autriche c'est la déclaration de Pillnitz, vous trouvez ça dans tous les livres.

Déclaration purement platonique en disant : Oui le moment venu, si notre unité se constitue, si l'Angleterre - qui avait bien envie de rester neutre - accepte aussi, alors on pourrait envisager plus tard une intervention militaire sur la France.

Il n'y a pas de danger militaire. Alors pourquoi est-ce que les Girondins vont faire la guerre ?

Eh bien c'est très intéressant, beaucoup d'histoires ne le disent pas encore.

Ils vont faire la guerre pour avoir de l'argent. Pourquoi ? La banqueroute dont je vous ai parlé tout à l'heure, comment est-ce qu'on l'avait conjurée ?

Vous vous rappelez, à l'automne 1789, la France décide de mettre la main sur les biens du clergé.

Et je n'y vois aucun inconvénient étant donné que l'église avait 3 milliards et demi de biens, ce qui était un peu excessif.

Alors, comme la situation française était pénible, on prenait la situation du clergé.

On ne pouvait pas jeter comme ça immédiatement sur le marché, ces trois milliards et demi de biens, ils en avaient fait pour la première fois vous le savez bien, des papiers monnaie.

Qu'on appelait des assignats : les assignats étaient gagés par cette fortune ecclésiastique devenue fortune nationale.

Ça c'était passé à l'automne 89 et nous en sommes maintenant à l'automne 91.

La planche aux assignats a déjà tellement bien tourné qu'il a un milliard et 900 millions d'assignats en circulation.

L'assignat commence à perdre sa valeur. C'est-à-dire qu'en 91, si vous arrivez dans une banque avec un assignat de 100 francs et que vous demandez 100 francs or, on vous donnera 80 francs.

L'assignat a déjà perdu 20%. Si on continue, il n'y a pas de raison pour que ça s'arrête, si on continue à faire tourner la planche aux assignats comme ça, dans 6 mois il n'y a plus de gage.

Par conséquent c'est la monnaie qui tombe. Il faut faire de l'argent ! On peut bien en trouver du côté du Gurin à tout prix, mais heureusement il y a les Rhénans à côté de la France, il y a les Belges qui ont pas mal d'argent.

Eh bien on va aller prendre les biens d'autrui. C'est exactement ça, la guerre des Girondins c'est une guerre de rapine.

Et il ne faut pas que je me mette à affirmer des choses si affreuses sans apporter immédiatement des preuves.

Alors je vais vous les donner, les preuves.

14 décembre 1791, nouveau ministre de la guerre, il s'appelle Narbonne, il est très bien avec les Girondins, Narbonne c'est l'amant numéro X de madame de Staël.

Elle trouvait plus drôle de faire l'amour avec un ministre, alors elle l'avait fait ministre de la guerre.

Alors le 14 décembre 1791, il est à la tribune ce Narbonne, et il dit la phrase suivante. Qui est un officiel, vous pouvez vérifier. "Il faut faire la guerre. Le sort des créanciers de l'État en dépend."

Enfin, on ne peut pas être plus net, n'est-ce pas ?

Si on ne fait pas la guerre, le sort des créanciers de l'État, il est fichu.

Le 29 décembre 91, Brissot, qui est apparenté comme négrillon, apparenté aux Girondins. Lui aussi fait cette déclaration, écoutez bien : "la guerre est indispensable à nos finances et à la tranquillité intérieure."

Je vous demande de garder tranquillité intérieure dans un coin de votre mémoire.

"Indispensable à nos finances et la tranquillité intérieure".

Il y a toujours ce gêneur qui est toujours là pour empêcher de danser en rond. C'est Robespierre qui va encore faire une protestation pendant un mois et demi.

Il n'est plus député puisque c'est la législative, mais il a sa tribune des Jacobins.

Décembre 91 et janvier 92, Robespierre fait une charge permanente et à fond contre l'idée de la guerre.

Et qu'est-ce qu'il dit ?

Son premier argument c'est : si vous voulez faire cette guerre d'agression, vous vous reniez !

Pourquoi reniement ? Parce que la constituante, à un moment où elle n'avait pas besoin d'argent, avait accepté à l'unanimité de voter une proposition de Robespierre.

Ça c'était passé en mai 90, le 23 mai 1790 je crois. Robespierre avait fait voter par la constituante ceci : La nation française déclare solennellement qu'elle ne fera plus jamais de guerre d'agression.

Ce monsieur Gaxotte dont je vous ai parlé tout à l'heure, dans ce gentil livre sur la révolution française, dit : c'était "une sottise humanitaire" que proposait Robespierre.

Alors je vous demande de réfléchir un instant à ce qu'il se serait passé si la France réellement fait ce que Robespierre lui demandait.

Qu'est-ce que c'était que la politique internationale à ce moment-là ? Comme aujourd'hui c'était la jungle, les gros mangeant les petits.

La France - je ne suis pas particulièrement chauvin - enfin la France à ce moment-là représentait la première nation d'Europe. La plus peuplée, 26 millions d'habitants.

Celle qui était soi-disant la plus lettrée.

Eh bien, si la France avait réellement, à partir de 1790, avait décidé que plus jamais, elle, ne ferait de guerre de conquête et de guerre d'agression, il me semble qu'un pas eût été accompli dans le sens de la civilisation.

Bon alors, on avait voté parce qu'à ce moment-là il n'y avait pas de problème de guerre.

Mais maintenant que la guerre s'imposait pour les raisons financières que vous avez vues, reniement ! disait Robespierre.

Vous avez promis que la France n'attaquerait pas, et elle va attaquer.

Les Girondins disent, ce que répètera monsieur Michelet : c'est "une guerre de générosité" que nous faisons, c'est pour répandre nos idées.

Et Robespierre disait : mais parfait, envoyez donc des émissaires partout, mais n'envoyez pas des soldats. Parce que personne n'aime les missionnaires armés, dit-il.

Et les soldats qui vont arriver avec l'idée de la liberté soi-disant au bout de leur baïonnette, on sait très bien ce qu'ils feront les soldats !

Ils vont tuer d'abord, c'est leur métier. Ils vont piller, ils vont violer.

C'est la meilleure façon de faire détester nos idées.

Troisièmement disait Robespierre : avec quoi voulez-vous faire la guerre ? On ne fait pas la guerre avec une armée sans cadres, et il n'y a plus de cadres !

Quand tout à l'heure je vous parlais émigrés qui était 15 000, c'était quoi les émigrés ?

C'était presque tous des officiers. Alors je vais vous donner un chiffre encore. C'était sur Bonaparte que j'ai découvert ça.

Bonaparte était à ce moment-là lieutenant au quatrième régiment d'artillerie, et j'ai vu dans la correspondance de Bonaparte - je vais lentement hein -

j'ai vu dans la correspondance de Bonaparte, que en janvier 91 il y avait au quatrième régiment d'artillerie 80 officiers. Janvier, 80 officiers.

En novembre 91, il y a 14 officiers. Il en reste 14 sur les 80. Ce qu'il se passait au quatrième régiment d'artillerie devait se passer dans des tas de régiments.

La plupart des officiers avait émigré, et donc pas de cadres. Donc Robespierre disait : vous faites la guerre dans des conditions telles que le désastre est infaillible.

Et il ajoute, se rappelant de ce qu'il avait vu le 17 juillet 91 quand La Fayette avait fait tirer sur le peuple, il dit : faites attention, vous avez réparti les forces françaises en trois groupes.

Il y a l'armée Rochambeau, l'armée La Fayette, l'armée Luckner. Si jamais l'armée La Fayette remporte un succès, craignez que La Fayette ne transforme ses soldats en des prétoriens et ne revienne sur Paris à la tête de ses troupes pour nous imposer le gouvernement de son choix.

Qui serait la dictature militaire, et dit Robespierre, il n'y a pas de pire despotisme que le despotisme militaire.

Ce qui n'était pas mal vu.

Bon, alors, maintenant quatrième remarque : Il dit, ce que vous proposez c'est une guerre de diversion, une guerre de diversion !

Le prix du pain avait bien baissé à la fin de l'année 89 et encore en 90, donc il n'y avait plus de problème social.

Les gens mangeaient à peu près. Mais voilà qu'en 91, le problème s'était de nouveau posé. Soit que la récolte ait été déficitaire, soit que des gens aient accaparé les blés comme l'avait fait Necker.

C'était une des origines de sa fortune. Necker accaparait le blé et disait : "il y a disette" quand le prix était monté, et il remettait sur le marché à un prix supérieur.

Toujours est-il que les gens ne mangeaient plus en 91 ! De nouveau, agitation sociale.

Boscari, dont je vous ai parlé tout à l'heure, l'agent de change. En février 92, arrive les yeux hors de la tête à la tribune.

Il est maintenant député de la législative, puisqu'il n'était pas député de la constituante.

Il était en même temps commerçant et agent de change. Il avait un magasin d'épicier. Et il dit : il s'est passé une chose épouvantable, ce matin des ménagères sont entrées dans mon épicerie et ont volé des piles de savon !

C'était vrai, c'était des choses extrêmement indignes. Il avait annoncé une augmentation massive du prix du savon, et les femmes avaient pris ça très mal, elles étaient venues voler le savon.

Ce qui était déjà très coupable. Mais alors ce qu'il se passe le 3 mars 92 tout à côté de Paris, c'est infiniment plus grave.

C'est à Étampes que ça se passe. Les ouvriers agricoles d'Étampes qui ne mangent pas à leur faim, sont venus trouver le maire.

Le maire s'appelle Simonneau, c'était un petit industriel, c'était un tanneur.

Et c'est la première fois qu'on va entendre parler d'un mot qui va être si célèbre pendant la révolution, ces gens demandent le MAXIMUM.

Vous savez, aujourd'hui on dit maximum mais ils disaient "maximom" alors je prononcerai comme eux.

Ca voulait dire quoi le maximum ?

Ces gens demandent une intervention des pouvoirs publics, soit municipaux, soit départementaux, soit nationaux, pour fixer le prix de vente des produits de première nécessité.

Surtout le prix de vente du pain. Ça c'est inqualifiable, les Girondins disent que c'est intolérable.

Ce sont des amis de la liberté comme vous le savez. La première liberté pour eux c'est la liberté économique, on ne doit pas intervenir sur les marges bénéficiaires.

C'est à ce moment-là même que monsieur Roland, le vieux Roland dont je vous parlais, prononce cette phrase : "Tout ce que l'assemblée - la législative - peut faire en matière économique, c'est de déclarer qu'elle n'interviendra jamais."

Alors comme le maire leur dit : Non non, n'y comptez pas, jamais je ne taxerai le pain.

Les types qui crèvent, le tue ! C'est le premier mort, un des premiers morts de la révolution.

Mort pour la propriété si vous voulez.

Les Girondins sont complètement affolés. En se disant : Il faut faire la guerre. Vous vous rappelez Brissot. La guerre est indispensable à la tranquillité intérieure.

Puisqu'il y a une insurrection sociale, il faut vite vite vite déguiser les soldats en conscrits, les jeunes gens en conscrits, les envoyer à la caserne, les envoyer sur le front.

Parce que nous pouvons espérer quelques résultats militaires, et surtout cela fera une ponction sur la classe ouvrière.

Et tous ces petits prolétaires ne nous embêterons plus puisqu'ils seront des soldats.

Robespierre l'avait vu, et le dit.

Cinquièmement, dit Robespierre : Vous Girondins, qui attaquez tout le temps "le parti autrichien" qui est aux Tuileries.

C'est vrai, il y a un parti autrichien qui était le parti de la reine. Vous ne voyez donc pas qu'en demandant la guerre, vous faites le jeu de la cour ?

Michelet en 1869, dans une postface à son histoire, répondant à une attaque de Louis Blanc, Michelet dira : monsieur Louis Blanc a repris les calomnies, les calomnies de Robespierre contre les Girondins, qui soi-disant "faisaient le jeu de la cour".

Michelet n'hésite pas à écrire : "La guerre, la cour en avait peur, une peur effroyable"…

Alors je vais vous montrer la "peur effroyable" que la cour avait de la guerre :

Vous vous rappelez déjà ce que Marie-Antoinette avait dit, en demandant à son frère d'intervenir militairement le plus vite possible.

Et voici une phrase de Louis 16. Elle est du 14 décembre, c'est-à-dire le même jour où il y avait le discours de Narbonne que je vous ai cité tout à l'heure.

Le 14 décembre 91, le roi de France, Louis 16, écrivant à son ami le baron de Breteuil qui a été ministre pendant deux jours, vous vous rappelez le 12, 13 et 14 juillet, et qui est maintenant réfugié à Bruxelles.

Le 14 décembre 91, le roi de France, Louis 16, écrivant à Breteuil, il lui dit : "L'état physique et moral de l'armée française est tel qu'elle ne peut même pas faire six mois de campagne."

Conclusion : il faut faire la guerre le plus vite possible !

Parce qu'il y aura un désastre, et qu'on pourrait rétablir la situation telle qu'elle devait l'être en 1788.

Alors le roi va faire que les responsables de l'affaire prennent leurs responsabilités.

Il va appeler un ministère Girondin. Et c'est un ministère Girondin qui, le 20 décembre 1792, va déclarer la guerre à l'Autriche.

Le résultat ne s'est pas fait attendre : dès le 25, désastre. L'armée de Luckner, je dois vous dire entre parenthèses que Marie-Antoinette par l'intermédiaire de son ex amant Fersen avait averti les autrichiens du mouvement.

On a le petit billet où elle dit à Fersen : "L'armée de Luckner va faire mouvement, avertissez qui de droit."

L'armée de Lucker s'avance du côté de Tournet. Deux régiments de Dragons qui étaient commandés par des officiers qui étaient restés sur place, imaginant qu'ils pourraient rendre de meilleurs services en restant.

Deux régiments de Dragons désertent, les officiers passant du côté des Autrichiens.

Les français, sans doute pour faire aimer la révolution, brûlent les faubourgs de Tournet avant de se retirer. C'est si vous voulez "le front", comme on l'appellera depuis, qui est ouvert.

Les Autrichiens peuvent foncer sur Paris, puisqu'il n'y a plus d'armée française.

Elle s'est volatilisée du côté de Luckner. Ils n'avancent pas !

La reine et le roi se rongent les poings en disant : Mais la route est libre, ils ne viennent pas !

Ils ne viennent pas parce que l'affaire de la Pologne n'est pas encore réglée.

Alors, faute d'intervention militaire on peut au moins faire une intervention orale, et tout ce que le roi et la reine obtiennent, c'est le fameux manifeste de Brunswick.

Tous les livres d'histoire vous en parlent.

Manifeste de Brunswick : déclaration signée et rédigée, mais surtout signée, par le chef du corps expéditionnaire prussien, qui s'appelle le duc de Brunswick.

Avaient collaborés à la rédaction de ce document : un Genevois qui s'appelait Mallet Du Pan, je ne sais pas ce qu'il faisait là-dedans, mais enfin il avait du style, alors il écrivait.

Et qu'est-ce que c'était que cette déclaration ?

C'était une mise en garde adressée aux parisiens. "Si jamais, avant notre arrivée, disait les austro-prussiens, vous faites le moindre outrage au roi et à sa famille, Paris sera livré à une totale subversion."

C'est extrêmement dangereux d'écrire ça, puisque les envahisseurs annonçaient qu'ils avaient parti liée avec la cour.

Ils comptaient sur des Français terrorisés, se mettant à plat ventre devant eux.

Le résultat a été une indignation furieuse des écrivains, en se disant : Enfin, ça ne passera pas comme ça.

Et le 10 août 1792, la plèbe se jette sur les Tuileries.

Le roi est déchu. Robespierre qui est membre de la commune insurrectionnelle fait voter immédiatement le suffrage universel.

Alors oui, ça, c'est la révolution.

Vous savez quand on dit la révolution française, il ne faut pas confondre, hein.

De 89 à 92 c'est une fausse révolution, c'est la réformette dont je vous ai parlé, la guerre des nantis.

Mais à partir de 1792, C'EST LA révolution.

Madame de Staël s'y trompera si peu, que dans ses considérations sur la révolution française de 1816, elle écrira : "Dès lors, la révolution changea d'objet. Les gens de la classe ouvrière s'imaginèrent que le joug de la disparité des fortunes allait cesser de peser sur eux."

Et en d'autres termes, plus imaginés, Chateaubriand, dira dans une phrase trop peu citée et que je trouve admirable, dans les mémoires d'outre-tombe : "à partir du 10 août 92, les sabots frappaient à la porte des gens à souliers".

Bon, suffrage universel. Qu'est-ce que peut bien être le suffrage universel dans cette France qui est presque totalement analphabète ?

Il y a 85% des Français qui ne savent ni lire ni écrire.

Par conséquent quand on annonce : Suffrage universel, et tout le monde peut voter.

Très très peu de gens votent. Il y avait environ 5 à 6 millions d'électeurs qui pouvaient être inscrits, qui étaient des Français qui avaient l'âge de voter.

Il y en aura 1,3 million, pas plus, qui voteront.

La plupart ne votent pas, ils ne comprennent pas de quoi il s'agit, ces pauvres paysans.

Et ceux qui vont voter sont ceux qui sont encore dociles à leur notable, les nouveaux notables.

Les aristocrates sont partis, c'est les bourgeois qui ont acheté les châteaux.

Alors les bourgeois disent : "voilà comment il faut voter".

Résultat, sur les 750 membres de la nouvelle assemblée, cette nouvelle assemblée qu'on aurait dû appeler la "Constituante numéro deux".

Puisqu'une constituante c'est fait pour faire une constitution, et qu'il y a une constitution républicaine à faire maintenant.

Mais on n’avait pas encore l'idée de répéter : constituante, ça c'est réservé pour des conciles. De mettre un numéro un : Vatican 1, Vatican 2.

Alors on avait trouvé, à cause de l'Américanisme en vogue, on avait trouvé un mot anglais, "Convention", mais les français ne savaient pas alors ils disaient tous CONVENTION.

Alors c'est entendu on va faire une convention ! Pour les élections à la convention, pour les 750 membres, alors que toute la France rurale et artisanale vote : sur 750 membres, il y a DEUX représentants de la classe ouvrière :

Il y a un cardeur de laine de Reims qui s'appelle Armonville, et un ouvrier armurier de Saint-Etienne qui s'appelle Noël Pointe. C'est tout.

Tout le reste c'est des bourgeois, c'est des notables ! Avec les Girondins qui sont là plus virulents que jamais, et avec les anciens de la constituante qui cette fois ont le droit de se présenter.

Alors on voit reparaître le Boissy d'Anglas, le Sieyès… enfin tout le vieux personnel est là.

Robespierre, qui se rend compte que c'est extrêmement dangereux et qui n'obtiendra pas grand-chose, annonce que, puisqu'on fait une constitution républicaine, il faut mettre un certain article, dans cette constitution républicaine, sur LA PROPRIÉTÉ.

Robespierre et la propriété : j'ai lu dans un certain nombre de livres que Robespierre était un pré-communiste.

Moi je croyais que le communiste, c'était un collectivisme, c'est-à-dire que c'est la nation qui s'empare des éléments de production.

JAMAIS Robespierre n'a songé à ça ! Robespierre est Rousseauiste ; si vous avez lu le contrat social, qui de ce côté-là est assez enfantin, l'idée sociale de Rousseau c'est : répartition assez équitable des propriétés, que chacun ait son petit lopin de terre.

Eh ben c'est ça, la pensée de Robespierre. Seulement si Robespierre n'est en rien collectiviste, il dit que la propriété doit connaitre DES LIMITES.

Alors dans un certains discours il déclare ceci : "Il y a dans votre déclaration des droits de l'Homme, un adjectif inédit.

Et il a raison : la déclaration des droits de l'Homme a propos de la propriété, avait dit : la propriété est INVIOLABLE, soit, ET SACRÉE !

Ah, c'était la première fois qu'on employait un mot religieux pour la propriété. Mais je vous l'ai dit déjà les constituants étaient des gens positifs, des voltairiens, qui savaient distinguer ce qui est réel et ce qui est irréel.

Alors les choses sacrées, de religieux ça n'avait pas de consistance. La propriété, ça c'est une chose respectable, donc on va mettre "sacré".

Robespierre dit : "vous avez déclaré que la propriété était sacrée, demandez donc À UN NÉGRIER puisque vous n'avez pas voulu abolir l'esclavage, demandez à un négrier sa propriété, il va vous montrer, vous désigner du doigt un bateau.

Non je me trompe, dit Robespierre. Un vaisseau flottant, un cercueil flottant. Un cercueil flottant plein de femmes et d'enfants, d'hommes et d'enfants à la peau noire. Et il vous dira en toute conscience et appuyé par vous-même : ceci est ma propriété. Ma propriété sacrée."

Robespierre dit : "Vous savez que ce n'est pas possible, on ne peut pas être propriétaire d'êtres humains. Donc vous voyez qu'il y a une limite à la propriété.

Et de même que la limite de la liberté c'est la liberté d'autrui. De même la limite de la propriété c'est la vie ou la dignité d'autrui.

Je demande donc que la constitution républicaine marque telle limite au droit de propriété."

Hurlement, vocifération ! Immédiatement Barère propose : "peine de mort pour…" (les Girondins aimaient beaucoup jongler avec ce mot)

"Peine de mort pour quiconque proposera une loi attentatrice à la propriété individuelle ou commerciale."

Ça, il ne l'oubliait pas : "ou commerciale".

Et comme on arrive à l'anniversaire de la mort de Simonneau, vous savez le pauvre tanneur qui s'était fait liquider l'année précédente, les Girondins organisent une grande fête, qu'on va appeler la "fête des lois".

Fête des lois ou fête des morts, enfin en l'honneur du martyr de la propriété.

Et pour ce jour-là, les Girondins ont fait modifier l'écusson républicain, qui depuis septembre 92 était : "liberté, égalité, fraternité".

Fraternité c'est un mot de trop => les Girondins mettront sur les écussons ce jour-là : "LIBERTÉ, ÉGALITÉ, PROPRIÉTÉ !"   [éclats de rires dans la salle]

Et à partir du mois de mai 1793, c'est une offensive, suivez-moi bien, une offensive des Girondins pour appeler la province à se lever contre Paris.

Pourquoi ? Parce que Robespierre est député de Paris. Parce que dans les élections pour la convention, si des élections ont été parfaites de notables très assoupis à travers toute la France, la députation parisienne est entièrement, comme nous dirions aujourd'hui, d'extrême gauche :

Il y a là Robespierre, il y a là Marat, il y a Danton dont je parlerai tout à l'heure.

Enfin, des gens redoutables. C'est pourquoi les Girondins disent : il faut appeler la province au secours de ce Paris qui est menacé.

Et le 8 mai 1793, Vergniaud monte à la tribune, jette son premier appel de guerre civile.

Vergniaud dit : "Habitants de la Gironde, levez-vous !"

"Il n'y a plus une minute à perdre, sous peine de voir les bases de la société se dissoudre."

Cambon, qui est à la fois député et industriel du midi, Cambon fait à la tribune une déclaration parallèle : "Généreuse population du midi, levez-vous !"

Ça va aboutir à la déclaration d'Isnard (le parfumeur Girondin) du 25 mai 1793, où Isnard à la tribune va faire son petit Brunswick.

Vous vous rappelez, Brunswick le Prussien, qui avait dit : "si les parisiens ne sont pas sages, Paris sera livré à une totale subversion".

Et lui, Isnard, qui est cependant, je le croyais, un Français, va dire : "si la population de paris se mêle du MOINDRE ATTENTAT à l'égard de la PROPRIÉTÉ, Paris sera DÉTRUIT par les forces provinciales."

Puis comme il a le sens du pittoresque : "Et bientôt, dit-il, le voyageur des bords de la Seine se demandera si jamais une ville s'est élevée là."

Alors Robespierre, qui a compris, le soir-même aux Jacobins, dit : "c'est clair, la situation est maintenant entre les sans-culottes et les culottes dorées. J'appelle le peuple à l'insurrection."

Et le 31 mai, la foule entoure la convention, exigeant la disparition de 32 députés Girondins.

Michelet déchire ses vêtements en racontant ça, en disant "c'est un attentat".

C'est vrai, c'est parfaitement vrai. C'est extrêmement illégal :

Ce sont les représentants de la nation. La nation n'a pas voté, elle aurait dû voter.

Et c'est une toute petite partie de la plèbe parisienne qui se mêle de dire : nous portons atteinte au suffrage universel, et nous voulons l'expulsion de 32 députés.

Lamartine, qui ne pass

blog

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau