Le Champ Akashique

Trois heures du matin. Je me réveille et j'ai immédiatement à l'esprit cette interrogation : Est-ce qu'il y a une Intelligence qui gère tout ça ? Et s'il y a une Intelligence, a-t-elle une Intention ? Trois heures du matin, je lis, j'écris, je pense, je m'interroge...Même pas la peine que j'envisage de dormir...La machine à décortiquer est en marche...

Erwin Laszlo propose une nouvelle vision intégrative : le Champ Akashique

Dans son dernier livre "Science et Champ Akashique", Erwin Laszlo propose une nouvelle vision intégrative grâce aux derniers développements de la science : le Champ Akashique, concept emprunté à la tradition spirituelle d'origine hindoue et revisité avec l'esprit intégratif de notre époque. Ce texte est extrait d'un article écrit pour le journal "Spasmagazine" (n° 15).

Erwin Laszlo est philosophe et scientifique de haut niveau. Il est fondateur et président du Club de Budapest, réunissant un groupe d'experts internationaux, oscultant l'état inquiétant du monde actuel et proposant des alternatives, comme cette récente déclaration de l'Etat d'Urgence Mondial (janvier 2009).

Il y a eu dans les années 70 « Le Tao de la physique » de Fritjof Capra, un livre qui eut beaucoup de retentissement, car il montrait comment les découvertes de la physique quantique rejoignaient les grandes intuitions des spiritualités orientales au sujet de l'existence d'un vide originel faisant le lien et l'unité entre toutes les manifestations de la vie et de la matière. Il y a maintenant la parution de ce livre : « Science et champ akashique », qui continue la prospection dans la même direction, en s'appuyant sur les derniers développements de la recherche scientifique en cosmologie, en physique quantique, en biologie et dans les sciences de l'esprit . Toutes les recherches d'avant-gardes concordent devant la complexité toujours plus grande des phénomènes étudiés, pour faire l'hypothèse explicative d'un champ unifié sous-tendant toute manifestation de la vie, champ qui ressemblerait à un vide très dense, plein d'énergie et riche surtout d'informations assurant la cohérence et l'interconnexion entre tous les éléments. L'auteur appelle ce champ, "le champ akashique" du sanscrit "akasha" qui désignait l'éther, ce médium, plus subtil que l'espace-temps, à la source de toute création.

Dans le domaine de la santé qui nous intéresse, ce livre insiste sur les conséquences des derniers développements de la recherche scientifique sur l'esprit et la conscience humaine. Après l'ère I de la médecine biochimique, puis l'ère II de la médecine psychosomatique (nous sommes dedans avec ce journal et la médecine intégrative), voici venir l'ère III, l'ère de la médecine non-localisée, c'est à dire l'ère où l'aspect spirituel de la guérison sera intégrée de manière scientifique à la médecine, en utilisant la puissance du champ akashique...

La force de ce livre, c'est qu'il n'est pas écrit par un quelconque journaliste cherchant l'effet de mode avec un zeste de croyances "new-age" et des compilations pseudo-scientifiques, mais par un grand penseur de notre époque, Erwin Laszlo, détenteur d'un doctorat d'Etat à la Sorbonne, ex-professeur de philosophie dans de prestigieuses universités, responsable d'études sur le futur aux Etats-Unis et en Europe, dont la candidature a été proposée en 2004 pour le prix Nobel de la paix et fondateur du Club de Budapest en 1993, club qui regroupe une pléiade d'experts et de savants du monde entier pour définir une nouvelle culture, un nouveau paradigme, capable de rendre ce monde plus compréhensible et plus vivable.

C'est un livre pour faire rêver tous ceux qui aiment la prospective, tous ceux qui veulent élargir leur champ de conscience en s'appuyant sur les sciences d'avant-garde, tous ceux qui, comme beaucoup d'hypersensibles, aiment s'aventurer dans ces champs de la conscience au delà du monde sensible ordinaire.

Article paru dans le journal "Spasmagazine" n° 15

Erwin Laszlo "réenfonce le clou" de cette vision intégrative ou intégrale du champ akashique, dans un 2e tome de son livre "Science et champ akashique" paru en avril 2008 aux éditions Ariane

"Dans ce livre, je traite des origines et des éléments essentiels de la vision du monde émergeant présentement à la fine pointe des sciences nouvelles. J'examine pourquoi et comment cette vision apparait maintenant en physique et en cosmologie, en sciences biologiques et dans le nouveau champ de la recherche sur la conscience. Je mets ensuite en lumière la caractéristique fondamentale de cette vision émergente : la découverte révolutionnaire qu'aux racines de la réalité ne se trouve pas uniquement la matière et l'énergie, mais aussi un facteur plus subtil et tout aussi fondamental, que l'on pourrait décrire comme une information active et puissante, soit l'in-formation.
L'information relie tout ce qui existe dans l'univers, des atomes aux galaxies, des organismes aux esprits. Cette découverte transforme l'idée d'un monde fragmenté, qui est celle que présente la science dominante, en une vision du monde intégrale, holistique. Elle nous fournit une vision plus complète de nous-même et du monde, une vision dont nous avons grandement besoin en cette époque de changement accéléré et de désorientation croissante."

La noosphère de Pierre Teilhard de Chardin ou le cerveau collectif

Je comprends mieux pourquoi Teilhard de Chardin a été censuré par ces pairs. Il a tout simplement manqué de discrétion selon le principe que toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire. Il a levé un peu le rideau sur les coulisses. Il est remarquable dans le sens où il a été le premier catholique à faire le lien entre la foi, le christianisme et la science. Tout du moins a-t-il cherché à le faire. Il a cherché à faire le lien de toutes les composantes du phénomène humain qu'il conçoit originellement comme une étape de l'évolution planétaire, menant à une convergence qu'il baptise la noosphère. Voici ce que je considère comme l'apport le plus important à notre époque de Teilhard de Chardin et ce en quoi son oeuvre m'a aidé à continuer mes recherches quand je suis monté à Paris. Depuis l'Antiquité, en passant par le Moyen Age époque où la rotondité de la terre a été acceptée, le concept de conscience collective globale était reconnu. Les peuples ont toujours eu ainsi conscience d'appartenir à un groupe. Le concept de conscience planétaire et cosmique est plus difficile : il ne s'agit plus d'un groupe tribal, mais d'un groupe appartenant à une planète. C'est ce que Teilhard a nommé noosphère pour l'époque contemporaine : elle serait le lieu de l'agrégation de l'ensemble des pensées, des consciences et des idées produites par les cerveaux des hommes constituant l'humanité et ce à chaque instant. Cette notion qui repose généralement sur des conceptions plus philosophiques que scientifiques, fut l'objet de débats très vifs.

Elle est à rapprocher de l'inconscient collectif freudien ou jungien qui inconscient le serait de moins en moins avec l'évolution des connaissances et aussi de la force de l'archétype qui, selon Jung, aurait une action sur les individus et sur le groupe, par la seule force du symbole imaginaire. Cette notion des relations entre le groupe et les individus le constituant a été reprise par les psychologues allemands dans le concept de la Gestalt ou psychologie de la forme. L'une des lois les plus connues de la Gestalt est que la somme des éléments d'un toutconstitue un ensemble indépendant de ces éléments. Il présente à lui tout seul des caractéristiques nouvelles. Autrement dit les lois d'un groupe sont indépendantes de celles des individus qui le composent. Cet ensemble composé des énergies émises par les cellules vivantes rappelle un autre concept important, les champs morphiques ou morphogénétiques, (Sheldrake)  ainsi que le difficile concept des archives akashiques.

Citons Teilhard de Chardin :"l'avènement de l'homme marque un palier entièrement original d'une importance égale à ce que fut l'apparition de la vie : on peut le définir comme l'établissement sur la planète d'une sphère pensante nouvelle, la noosphère. En elle, l'immense effort de cérébralisation qui commença sur la terre juvénile va s'achever par une symbiose consciente et convergente au profit de l'organisation collective".

C'est à ce niveau que Teilhard situe l'intellectualité et l'esprit. Selon lui, l'impression d'être un individu unique provient du fait que les différentes parties du cerveau communiquent souvent, rapidement et avec un fort débit d'informations entre elles. Doit-on s'attendre à un changement qualitatif similaire à un changement de phase constatée par les physiciens en laboratoire quand, par exemple, une différence minime de température fait passer l'eau de l'état liquide à l'état de vapeur ? Teilhard pense que oui et que les frontières du Moi cessent à partir d'un certain débit d'échange. Le Jésuite va même jusqu'à supposer que cette augmentation technique du couplage fusionnel entre les individus s'accompagnent d'une solidarité croissante de fait et que celle-ci possède des caractéristiques qui sont exactement celles de l'amour qui anime tout groupe naturel s'il n'est pas manipulé par la peur. La noosphère prépare, selon lui, l'avènement du Christ cosmique qui n'est que la reproduction d'une réalité bien plus ancienne et qui est innée à la nature humaine.

Déjà au début du 20siècle Teilhard se faisait remarquer en annonçant la globalisation que nous connaissons aujourd'hui. Il a conceptualisé sa noosphère comme un ensemble d'énergies constituant une pellicule de pensées enveloppant la terre et composée de l'ensemble des communications humaines. Selon lui, après une longe période d'hominisation faisant suite aux différentes créations de l'Adam vient une période plus courte mais très puissante de l'humanisation. Les interconnexions amplifiées et en développement exponentiel des communications humaines constituent une sorte de supra-humain dans une sorte de cerveau collectif, cerveau qui participe à la création d'une supra-conscience dans laquelle l'ensemble des petits cerveaux des individus peuvent puiser une connaissance essentielle. Il associe ce développement ultra-rapide des siècles que nous traversons en disant que les consciences individuelles vont faire le même saut quantique que les molécules du physique qui en s'assemblant sont passées brutalement de l'inerte au vivant. 

Source : http://www.la-grande-revelation.com/

Quand la science devient spirituelle

‘‘ Pour la science quantique, l’univers est un potentiel infini 
qui baigne dans un champ d’énergie cosmique ’’


Les mystiques et les sages savent depuis longtemps qu’il existe un champ cosmique reliant tout à tout au plus profond de la réalité, un champ qui conserve et transmet l’information.


Ce champ est connu sous le nom de « champ akashique », concept emprunté à la tradition spirituelle d'origine hindoue ( akasha" en sanscrit  désignant l'éther, cette Essence, plus subtile que l'espace-temps, à la source de toute création).


Ce champ du point zéro est la mémoire constante et éternelle de l’univers.
Il détient les données de tout ce qui s’est jamais produit sur la Terre et dans le cosmos, et met celles-ci en corrélation avec tout ce qui doit arriver.
 

Ce champ consiste en une mer subtile d’énergies fluctuantes à partir desquelles tout émerge :
atomes, galaxies, étoiles, planètes, êtres vivants, et même la conscience. 

Scientifique international et philosophe,
Erwin Laszlo est le plus grand spécialiste mondial des champs akashiques.
Véritable pont entre la sagesse ancienne et la science du futur, s'appuyant sur les derniers développements de la recherche scientifique en cosmologie, en physique quantique, en biologie et dans les sciences de l’esprit, il  milite à présent pour l’émergence d’une conscience globale et vient confirmer avec son dernier livre « Science et Champ Akashique » nos plus profondes intuitions en ce qui a trait à la grande harmonie de l’univers. 

Les découvertes de la physique quantique rejoignent les grandes intuitions des spiritualités orientales au sujet de l'existence d'un vide originel faisant le lien et l'unité entre toutes les manifestations de la vie et de la matière.
Toutes les recherches d'avant-gardes concordent devant la complexité toujours plus grande des phénomènes étudiés, pour faire l'hypothèse explicative d'un champ unifié sous-tendant toute manifestation de la vie, champ qui ressemblerait à un vide très dense, plein d'énergie et riche surtout d'informations assurant la cohérence
et l'interconnexion entre tous les éléments.

Le vide quantique apparaît comme un plein cosmique physiquement réel

«  On a par exemple remarqué que lorsque deux particules ont été unies, elles demeurent liées quelle que soit la distance qui les sépare : tout ce qui agit sur l’une est ressenti par l’autre, et ce, sans limite dans le temps et dans l’espace !
On peut donc dire que tout ce qui a été uni reste uni, et donc, que l’ensemble de l’univers physique forme un immense réseau dans lequel tout est relié.
Cette découverte a des conséquences très importantes sur la manière dont la science perçoit notre monde.
La première conséquence est que la matière n’est plus considérée comme la base de notre monde physique, et l’espace et le temps ne sont plus considérés comme séparés.
La matière n’existe plus en tant que telle, elle est constituée de champs d’énergie.
Deuxièmement, l’univers n’est pas vide et passif, mais plein et actif.
Mais l’une des découvertes les plus importantes de ces dernières années est que l’univers n’est pas seulement constitué de champs d’énergies, mais aussi d’in-formations » (éléments d’interaction qui donnent forme à l’énergie et qui permettent cette corrélation instantanée entre tous les quanta).

« Certains scientifiques disent même que l’information est plus importante que l’énergie.

La réalité c’est que l’on peut désormais parler d’un champ énergétique informationnel ou champ d’énergie virtuel duquel surgissent toutes choses. »

« Bon nombre d’informations présentes dans ce champ d’énergie ne sont pas encore réalisées.
Ainsi, l’univers apparaît comme un potentiel infini baignant dans ce champ d’énergie cosmique où tout est possible. 

Cependant, ce phénomène de liaison n’est pas limité au monde quantique.
On pense depuis une dizaine d’années que ce phénomène est aussi valable pour les règnes minéraux, végétaux et animaux ainsi que pour tous les systèmes solaires.


On peut dire que notre corps est un système quantique macroscopique (toutes nos cellules sont cohérentes les unes avec les autres), c’est pour ça que notre cerveau peut travailler comme un véritable ordinateur, capable de relier très rapidement toutes les informations venant du corps.
Notre cerveau travaille selon notre état de conscience ; cela signifie que suivant la nature de notre activité nous actionnons l’hémisphère droit ou gauche ». 

Des expériences ont prouvé qu’un état méditatif ou altéré de conscience permettait une corrélation entre nos deux hémisphères et aussi que le cerveau de quelqu’un pouvait influer sur le cerveau ou le corps de quelqu’un d’autre.
Donc, notre cerveau est capable de travailler de manière à capter l’information de ce mystérieux champ d’énergie car il est en corrélation avec l’environnement.
Nous pouvons donc être reliés à l’Akasha Chronica, la mémoire de l’univers, qui a la capacité mystérieuse de conserver une trace de toutes les choses passées.

« Tout le monde a la capacité de se relier à ce champ mais nous la perdons à cause de notre éducation matérialiste et scientifique (basée sur les calculs, les expériences et tout ce qui est quantitatif) qui ne tient absolument pas compte de l’existence de tout ce qui se cache dans le monde invisible…
Toute information peut traverser la distance et le temps en quelques instants, il suffit de s’ouvrir et de laisser l’information entrer.
Mais pour cela, un certain état de conscience est nécessaire.
Il y a différentes techniques : la méditation en est une ».



  
Pour E.Laszlo, la science doit devenir un système de connaissance ouvert, prêt à être confronté à d’autres voies, comme la spiritualité.
Il est temps de quitter notre conscience moderne, occidentale et de trouver un autre chemin qui soit en harmonie avec la sagesse omniprésente dans la nature et qui nous permette de développer (ou plutôt de retrouver) notre intuition pour capter cette in-formation contenue dans le vide cosmique. 

Et les grands moments d’intuition viennent justement quand nos deux hémisphères du cerveau fonctionnent ensemble de façon harmonique, comme dans la méditation, ce qui explique pourquoi les sages, les mystiques, les chamans savent depuis la nuit des temps que tout est relié dans l’univers (de la pierre aux étoiles) et qu’il existe
une conscience cosmique
(que certains appellent conscience de Dieu ou Esprit divin). 


« Nous sommes telles des îles dans la mer dissociées à la surface,
mais reliées par le fond. »


William James


Article rédigé d'après un interview d'Erwin Laszlo et sur base de notes prises lors de sa conférence à Bruxelles,
le 28 novembre 2007.


Source : http://revedenvol.over-blog.co [...] 588-6.html

" Nous sommes faits d'énergie et l'énergie ne meurt pas. Elle prend d'autres formes, comme les glaçons qui se transforment en se réchauffant: ils se changent en eau.

Les organismes font de même. Notre corps physique vibre à une certaine fréquence. L'âme a une fréquence de vibration plus élevée et le temps s'y écoule de façon différente.

Nous pouvons comparer l'organisme à un glaçon, l'âme à l'eau et l'esprit à la vapeur d'eau: faits de la même matière, ils ont une fréquence vibratoire de molécules qui varie ». 


Ça fait bien longtemps que je suis persuadé, intuitivement, de cette complexité vibratoire...

 

Un iceberg fondu n’a pas disparu. Il a juste réintégré l’Océan. La forme éphémère qu'il a connue n'est pas une séparation mais juste une opportunité offerte de saisir la Vie d'une façon différente. 

Le pire gâchis qui soit dans la vie d'un être humain serait de ne pas explorer le champ des possibles...De rester figé dans un état d'ignorance, comme un iceberg dérivant dans des courants océaniques et qui n'aurait conscience de rien...Absolument rien. Qui se contenterait même, avec délectation, de se réjouir et de se gausser de son apparat, de son gigantisme, de sa matière... Que le plus gros des icebergs élève sa conscience au-dessus de l'immensité océanique et il verra son insignifiance...

Nous sommes insignifiants. Au moins, ça, j'en ai conscience... 

 Galaxie 003

blog

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau