Le moustique tigre

Enervement à la lecture de l'article sur l'invasion de moustique tigre dans la région grenobloise...

On explique comment traiter les eaux stagnantes, c'est à dire comment l'homme doit s'y prendre pour réduire la prolifération des larves.

Mais le premier problème n'est pas là.

L'origine du mal remonte à l'impact de l'homme sur les prédateurs du moustique et en premier lieu, les oiseaux.

Depuis 25 ans qu'on habite en Savoie, on a vu diminuer de façon effarante la population de petits oiseaux, moineaux, mésanges, hirondelles, bouvreuils, et passereaux en tous genres. Je peux ajouter l'affaiblissement considérable des batraciens. Ici, on a un lac qui sert de zone de reproduction aux grenouilles et depuis plusieurs années, on les récupère quand ils descendent des collines pour éviter qu'elles soient écrasées par les voitures. On les met dans des paniers et on les libère à l'eau. Là aussi, les populations péréclitent de façon alarmante. 

Quelles sont les raisons ? Pesticides, agriculture intensive, remembrement et urbanisation, circulation routière, pollutions des cours d'eau etc etc...

Alors, avant de demander aux jardiniers et adeptes de potager et donc récupérateurs d'eau de pluie de "nettoyer" les eaux des bassins, il faudrait dans un premier temps et de façon urgente s'intéresser à la survie des prédateurs...Encore une fois, on travaille à l'envers...

 

Le moustique-tigre a envahi l'agglomération grenobloise

 

© France 3 Rhône-Alpes © France 3 Rhône-Alpes

 

Le moustique-tigre sévit plus que jamais autour de Grenoble. Plusieurs communes de l'agglomération ont dû faire appel aux experts de l'Entente Interdépartementale Rhône-Alpes de Démoustication pour venir à bout du petit insecte tigré.

Par LC 

ZZzzzZZ... Il est partout, le moustique-tigre. Et notamment près des berges de l'Isère, à l'Ile Verte à Grenoble. Les habitants n'en peuvent plus, mais les pharmacies se frottent les mains: les ventes de répulsif battent des records. 
 

Prolifération du moustique-tigre
Intervenants: Catherine Zitouni, préparatrice en pharmacie - Stéphane Serrano, technicien EID, Entente Interdépartementale de Démoustication - Stéphane Campos, technicien EID - Michel Chamel, habitant de Saint-Martin-d'Hères Equipe: Jean-Christophe Pain - Jérôme Ducrot


Certaines communes, dont Saint-Martin-d'Hères, ont pris le problème à bras-le-corps. Elles ont dû faire appel aux experts de l'Entente Interdépartementale de Démoustication. Traitement et prévention... Ces experts font aussi du porte-à-porte pour informer les habitants sur les bonnes habitudes à prendre.

 

© ARS

Le moustique

Le moustique, ses oeufs, ses larves et sa nymphe

Sous le terme 'moustique' se cache toute une panoplie de diptères plus ou moins agressifs pour l'Homme. Qui est-il ? Comment se reproduit-il, pourquoi nous pique-t-il et comment l'éloigner ? Apprenons à mieux connaître cet insecte ailé.

partager sur facebookFacebooktwitterTwittertwitterPinterest

Moustique communOeufs, larves et nymphes de moustiquesLa moindre soucoupe remplie d'eau et les larves de moustiques se développentLe moustique tigre, Aedes albopictus

Le moustique, un insecte méconnu

 

Bien que la plupart des personnes ait eu à faire à un moustique un jour, bien peu connaissent cet insecte dans le détail. Il existe en fait plusieurs espèces de moustiques (3500 au niveau mondial) dont une quarantaine qui sévit sous nos latitudes. Les AedesOchlerotatus et Culexsont les espèces les plus fréquemment rencontrées.

La piqûre de la femelle, car seule celle-ci pique, peut causer des démangeaisons très gênantes.

Le 'moustique tigre' Aedes albopictus, zébré de blanc fait beaucoup parler de lui à cause de son installation sur notre territoire et du risque de transmission de maladies comme le chikungunya et de la dengue. A noter que certaines espèces autochtones peuvent aussi transmettre le virus West Nile dont quelques cas d’infection humaine et équine ont été signalés en Camargue et dans le Var en 2003-2004.

Autrefois en Corse et dans le Var, l’Anophèle était le vecteur du paludisme mais un traitement massif en est venu à bout. Il sévit encore malheureusement de part le monde contaminant chaque année de nombreuses personnes.

Cycle de vie du moustique

Selon l'espèce, le cycle de vie du moustique peut varier de 3 semaines à plusieurs mois, certaines d'entre-elles ayant la capacité d'hiverner. Dans leurs premiers jours de vie, les adultes se nourrissent de nectar puis vient le temps de se reproduire. L'accouplement se déroule soit en vol soit sur un support. Le sperme est alors stocké par la femelle qui devra prendre un premier repas sanguin afin d'assurer la maturation des œufs grâce à cet apport protéiné.

Selon les espèces, les femelles piqueront des batraciens (Culex hortensisCulex impudicus), des oiseaux (Culiseta longiareolata) et bien sûr des humains (Culex caspiusAedes detritusCulex pipensAedes albopictus...). Une fois le repas pris, la femelle attend dans un endroit abrité que les œufs soient arrivés à maturité pour pondre. La ponte se fera dans de l'eau stagnante de préférence, voire dans une flaque boueuse car les œufs peuvent rester viables malgré une longue période de sécheresse. Chaque ponte donnera naissance à 100 voire 400 œufs qui se transformeront en larves aquatiques durant 7 à 12 jours. Ces dernières deviendront ensuite des nymphes en 2 à 4 jours pour devenir adultes et prendre leur envol.

Les repas, qu'ils soient faits de nectar ou de sang, se prennent souvent au crépuscule. S'adaptant particulièrement bien, le moustique hiverne à un stade bien précis de son développement selon l'espèce si la région présente un hiver trop rigoureux. Certains hivernent au stade d’œufs, d'autres de larves, d'autres encore au stade adulte. Il trouvent alors un abri mais ne se reproduiront pas avant que les jours aient rallongés et que les températures soient plus clémentes.

Les prédateurs du moustique

Conserver une belle biodiversité au jardin permet de lutter contre les moustiques de façon naturelle. Les oiseaux sont de grands amateurs de ces insectes, tout comme les batraciens, les reptiles ou même les chauves-souris.

Les poissons assurent aussi une part du travail d'élimination s'attaquant directement aux œufs, larves et nymphes !

L'Homme est bien sûr un des plus gros tueur de moustiques puisque sa durée de vie passe de 6 mois à 6 semaines en période estivale tant il est chassé à cause des désagréments qu'il cause.

Certaines plantes peuvent aider à les repousser sans pour autant les tuer, il s'agit de Pelargonium citrosa (Géranium odorant), Cymbopogon citratus (Citronelle), mais aussi de la melisse, du basilic à petites feuilles ou du thym citron.


 

blog

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau