Nanoparticules et l'EFSA

Nanoparticules : tempête dans un sachet de bonbons

par Stéphany Gardier

 

Dure semaine pour les parents ! Ce mardi, ils apprenaient que les couches jetables du géant du marché Pampers contenaient des « traces » de produits classés cancérogènes et voilà que Le Parisien révèle aujourd’hui que les bonbons contiendraient des nanoparticules ! A quelques jours de la fête d’Halloween, l’information de manquera pas d’interpeller ceux qui s’apprêtaient à faire quelques stocks. Si l’on ajoute à cela les résidus de pesticides dans les mueslis, ce mois d’octobre aura été bien chargé en « révélations » qui pourraient finir par faire croire au consommateur que remplir son chariot est devenu une activité à haut risque. Si tant est que risque il y ait réellement car ces alertes à répétition soulèvent finalement plus de questions qu’elles n’apportent de réponses.

 

Concernant donc la dernière en date, Frédéric Mouchon du Parisien se fait l’écho d’une « enquête » de l’association Agir pour l’environnement. Selon celle-ci une centaine de confiseries contiendraient du dioxyde de titane, sous formes de nanoparticules. L’association avait déjà en juin 2016 publié une « enquête exclusive » sur la présence de ces molécules dans des produits de consommation courante.

Les analyses réalisées par un laboratoire indépendant situé à Trappes (Yvelines) confirmaient effectivement la présence de dioxide de titane dans des biscuits, épices, plats préparés et chewing-gums. La démarche, si elle semble scientifique, peut tout de même interpeller : quelle représentativité peut avoir l’analyse de 4 produits seulement ? Mais c’est surtout les résultats qui posent question. Les analyses n’ont en réalité fait que confirmer ce qu’indiquaient bel et bien les emballages, à savoir la présence de E171. Le dioxide de titane n'est en effet ni plus ni moins qu'un colorant, mais dit comme cela c'est moins effrayant.

Cet additif alimentaire apparaît de la même manière sur les paquets des bonbons incriminés par Agir pour l’environnement. Il n'y a donc pas de fraude : les fabricants ne cachent donc pas la présence de dioxide de titane dans leurs produits. Ce qui inquiète l’association c’est le produit en lui-même. « Le dioxyde de titane a été classé cancérigène probable et on le suspecte d'avoir des effets toxiques sur l'ADN et les cellules », souligne dans Le Parisien Magali Ringoot, coordinatrice des campagnes de l'ONG. Elle enfonce le clou : « Sa présence sous forme nanométrique augmente sa dangerosité car il est capable de franchir les barrières de l'intestin, du cerveau et des reins et de s'accumuler dans l'organisme ». Une affirmation lourdes de conséquences, surtout pour le consommateur, mais dont on aimerait connaître les fondements scientifiques. Dans un communiqué de presse, l’ONG cite pêle-mêle une prise de position de l’ANSES, un rapport du CIRC et une alerte des autorités sanitaires néerlandaises. Mais rien qui ne puisse avérer le rôle toxique du E171 aux concentrations utilisées dans les aliments... 

L’association, qui demande un moratoire sur les nanoparticules, n’hésite pas non plus à faire un parallèle avec un scandale sanitaire : « Après le scandale de l’amiante, comment accepter que les enfants soient les cobayes de ces substances dangereuses qui envahissent notre alimentation à notre insu? N’ayant aucune utilité pour le consommateur tout en leur faisant courir des risques inutiles, un moratoire sur la nano-malbouffe s’impose! », s’exclame ainsi Magali Ringoo.

Pour l’heure, l’Association nationale des industries alimentaires (Ania) précise que le E171 est autorisé par la législation française. L’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a pour sa part rendu plusieurs avis rassurants sur le dioxide de titane alimentaire. Mais, l’EFSA s’étant faite remarquer à plusieurs reprises par des positions surprenantes, possible que cela ne soit effectivement pas très convaincant.


La France, qui s’est à plusieurs reprises démarquée de l’Agence européenne (notamment sur le cas du bisphénol A et du glyphosate), vient de lancer une expertise, précise le Parisien, afin d’évaluer les risques d’exposition aux nanomatériaux via la consommation de denrée alimentaires. Si les méthodes sont parfois contestables, il semblerait que alertes des ONG ont au point l’avantage de faire bouger les autorités. Le prix à payer est l'inquiétude, souvent infondée, et récurrente des consommateurs.

 


Et pour vous donner de "l'impartialité" de l'EFSA, lisez ce qu'ils disaient sur le Roundup....

 

Le glyphosate du Roundup cancérigène ? "Improbable" selon l'Europe

Le 13.11.2015 à 09h30 | Mis à jour le 13.11.2015 à 09h30

 

L'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) estime improbable le risque cancérigène du glyphosate, un élément chimique très utilisé dans les désherbants comme le Roundup de Monsanto.

Le glyphosate, élément chimique utilisé dans la fabrication de désherbants comme le Roundup de Monsanto est soupçonné d'être un cancérogène pour l'homme.

Le glyphosate, élément chimique utilisé dans la fabrication de désherbants comme le Roundup de Monsanto est soupçonné d'être un cancérogène pour l'homme. ©PHILIPPE HUGUEN / AFP

"Improbable", c'est ainsi que l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a qualifié le risque cancérigène du glyphosate, élément chimique largement utilisé dans les désherbants - dont le Roundup de Monsanto. Le rapport publié à ce sujet jeudi 12 novembre 2015 a pour objectif d'éclairer la Commission européenne chargée de décider s'il faut garder ou non le glyphosate sur la liste de l'UE des substances actives autorisées. "Nous allons examiner attentivement l'étude et les conclusions de l'EFSA. Nous avons jusqu'à juin prochain pour prendre une décision, en consultation avec les Etats membres", a réagi un porte-parole de la Commission lors d'un point presse.

Improbable que le glyphosate soit génotoxique

Les experts ont "conclu qu'il est improbable que le glyphosate soit génotoxique (c'est-à-dire qu'il endommage l'ADN) ou qu'il constitue une menace cancérogène pour l'homme", explique l'EFSA. Ils ne proposent donc pas que l'élément soit catégorisé comme cancérogène dans la réglementation de l'UE sur les substances chimiques. L'EFSA établit également, pour la première fois, un "seuil de sécurité toxicologique", nommé "dose aiguë de référence", qui est la quantité qui peut être ingérée sur une brève période de temps sans être nocive pour la santé : elle a été fixée à 0,5 mg/kg de poids corporel par jour. "L'EFSA se basera sur ces nouvelles valeurs toxicologiques lorsqu'elle réexaminera les limites maximales de résidus dans les aliments pour le glyphosate", précise l'Autorité, une révision attendue en 2016 en coopération avec les Etats membres. Les limites maximales de résidus sont la concentration la plus élevée autorisée d'une substance active dans ou sur des aliments destinés à l'alimentation humaine ou animale.

Le glyphosate, principal ingrédient du Roundup

La question du glyphosate, principal ingrédient des herbicides et présent en particulier dans le Roundup de Monsanto, le désherbant le plus vendu au monde, a déclenché des avis divergents. En mars 2015, une agence de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) l'avait classé comme cancérogène "probable chez l'homme". En France, la ministre de l'Environnement, Ségolène Royal, a décidé en juin d'interdire la vente aux particuliers d'herbicides contenant du glyphosate. L'utilisation du glyphosate dans l'UE est soumise à une réglementation stricte. L'EFSA a mené son étude dans le cadre du processus légal de renouvellement de l'autorisation du glyphosate dans l'UE, réalisée par un groupe composé de scientifiques de l'EFSA et de représentants des organismes d'évaluation des risques de chacun 

blog

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau