Noam Chomsky : manipulation des masses

Les dix stratégies de manipulation de masse – Noam Chomsky

 

 

11081454 10204433298286673 1023558622702965366 n

1/ La stratégie de la distraction

Élément primordial du contrôle social, la stratégie de la diversion consiste à détourner l’attention du public des problèmes importants et des mutations décidées par les élites politiques et économiques, grâce à un déluge continuel de distractions et d’informations insignifiantes. La stratégie de la diversion est également indispensable pour empêcher le public de s’intéresser aux connaissances essentielles, dans les domaines de la science, de l’économie, de la psychologie, de la neurobiologie, et de la cybernétique. « Garder l’attention du public distraite, loin des véritables problèmes sociaux, captivée par des sujets sans importance réelle. Garder le public occupé, occupé, occupé, sans aucun temps pour penser; de retour à la ferme avec les autres animaux. » Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »

 

2) Créer des problèmes puis apporter des solutions

Cette méthode est aussi appelée « problème-réaction-solution ». On crée d’abord un problème, une « situation » prévue pour susciter une certaine réaction du public, afin que celui-ci soit lui-même demandeur des mesures qu’on souhaite lui faire accepter. Par exemple: laisser se développer la violence urbaine, ou organiser des attentats sanglants, afin que le public soit demandeur de lois sécuritaires au détriment de la liberté. Ou encore : créer une crise économique pour faire accepter comme un mal nécessaire le recul des droits sociaux et le démantèlement des services publics.

 

3/ La stratégie de la dégradation.

Pour faire accepter une mesure inacceptable, il suffit de l’appliquer progressivement, en « dégradé », sur une durée de 10 ans. C’est de cette façon que des conditions socio-économiques radicalement nouvelles (néolibéralisme) ont été imposées durant les années 1980 à 1990. Chômage massif, précarité, flexibilité, délocalisations, salaires n’assurant plus un revenu décent, autant de changements qui auraient provoqué une révolution s’ils avaient été appliqués brutalement.

On retrouve tout ça dans le fameux cahier n 13... (Je rappelle que le démantèlement de l'école publique et des services publics y sont clairement identifiés)

Cahier numéro 13 de l'OCDE

OCDE, c'est du long terme...

 

4/ La stratégie du différé.

Une autre façon de faire accepter une décision impopulaire est de la présenter comme « douloureuse mais nécessaire », en obtenant l’accord du public dans le présent pour une application dans le futur. Il est toujours plus facile d’accepter un sacrifice futur qu’un sacrifice immédiat. D’abord parce que l’effort n’est pas à fournir tout de suite. Ensuite parce que le public a toujours tendance à espérer naïvement que « tout ira mieux demain » et que le sacrifice demandé pourra être évité. Enfin, cela laisse du temps au public pour s’habituer à l’idée du changement et l’accepter avec résignation lorsque le moment sera venu.

 

5/ S’adresser au public comme à des enfants en bas-âge.

La plupart des publicités destinées au grand-public utilisent un discours, des arguments, des personnages, et un ton particulièrement infantilisants, souvent proche du débilitant, comme si le spectateur était un enfant en bas-age ou un handicapé mental. Plus on cherchera à tromper le spectateur, plus on adoptera un ton infantilisant. Pourquoi ? « Si on s’adresse à une personne comme si elle était âgée de 12 ans, alors, en raison de la suggestibilité, elle aura, avec une certaine probabilité, une réponse ou une réaction aussi dénuée de sens critique que celles d’une personne de 12 ans ». Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »

 

6/ Faire appel à l’émotionnel plutôt qu’à la réflexion.

Faire appel à l’émotionnel est une technique classique pour court-circuiter l’analyse rationnelle, et donc le sens critique des individus. De plus, l’utilisation du registre émotionnel permet d’ouvrir la porte d’accès à l’inconscient pour y implanter des idées, des désirs, des peurs, des pulsions, ou des comportements…

 

7/ Maintenir le public dans l’ignorance et la bêtise.

Faire en sorte que le public soit incapable de comprendre les technologies et les méthodes utilisées pour son contrôle et son esclavage. « La qualité de l’éducation donnée aux classes inférieures doit être la plus pauvre, de telle sorte que le fossé de l’ignorance qui isole les classes inférieures des classes supérieures soit et demeure incompréhensible par les classes inférieures. Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »

 

8/ Encourager le public à se complaire dans la médiocrité.

Encourager le public à trouver « cool » le fait d’être bête, vulgaire, et inculte…

 

9/ Remplacer la révolte par la culpabilité.

Faire croire à l’individu qu’il est seul responsable de son malheur, à cause de l’insuffisance de son intelligence, de ses capacités, ou de ses efforts. Ainsi, au lieu de se révolter contre le système économique, l’individu s’auto-dévalue et culpabilise, ce qui engendre un état dépressif dont l’un des effets est l’inhibition de l’action. Et sans action, pas de révolution!…

 

10/ Connaître les individus mieux qu’ils ne se connaissent eux-mêmes

Au cours des 50 dernières années, les progrès fulgurants de la science ont creusé un fossé croissant entre les connaissances du public et celles détenues et utilisées par les élites dirigeantes. Grâce à la biologie, la neurobiologie, et la psychologie appliquée, le « système » est parvenu à une connaissance avancée de l’être humain, à la fois physiquement et psychologiquement. Le système en est arrivé à mieux connaître l’individu moyen que celui-ci ne se connaît lui-même. Cela signifie que dans la majorité des cas, le système détient un plus grand contrôle et un plus grand pouvoir sur les individus que les individus eux-mêmes.

 

 

blog

Commentaires (15)

Thierry LEDRU
  • 1. Thierry LEDRU | 18/04/2020
Bonjour Jean-François
Merci pour votre commentaire. Gustave le Bon fait désormais partie de mes prochaines lectures :)
J'ai fait un "rectificatif" quant à l'origine de cet texte suite à un commentaire avisé d'un lecteur.

http://la-haut.e-monsite.com/blog/manipulation-des-masses.html

Même si Noam Chomsky n'est pas l'auteur de cette analyse, je pense tout comme vous, qu'il s'agit d'un document important à garder à l'esprit. Pour les jeunes comme pour les moins jeunes :)
Bien cordialement
Thierry
Jean François Poli
  • 2. Jean François Poli | 18/04/2020
Merci de cet article qui destiné aussi aux plus jeunes est un bel outil de décryptage du mode de société qui leurs est vendu!
Gustave Lebon dans son ouvrage « la manipulation des foules » donnait aussi une belle analyse.
Thierry LEDRU
  • 3. Thierry LEDRU | 16/04/2020
Il est possible que ce texte soit en fait apparu sous la plume de Sylvain Timsit en 2002 sur son blog...

https://www.syti.net/Manipulations.html

Un blog très intéressant par ailleurs.
Thierry LEDRU
  • 4. Thierry LEDRU | 16/04/2020
Bonjour Lucas
Effectivement, ce texte n'est pas de Noam Chomsky. J'avais lu bien après avoir posté cet article en 2013 que Chomsky n'avait pas écrit cette analyse mais je n'ai pas réussi à retrouver son origine exact. Il n'en reste pas moins que ce qui est décrit n'est pas "faux". Ce qui est faux, c'est son attribution. Si vous pouvez remettre la main sur le véritable auteur, je suis preneur :)
Bien cordialement.
lucas
  • 5. lucas | 16/04/2020
Voir Article de Bricmont sur Le Grand Soir 11 octobre 2010 : "À propos des « dix stratégies de manipulation de masses », faux texte attribué à Noam Chomsky".
Thierry LEDRU
  • 6. Thierry LEDRU | 15/04/2020
Bonjour Béatrice
Merci pour votre commentaire. J'adhère totalement à vos propos. Notre conscience, notre esprit critique, la remise en question de tous les conditionnements adoptés, la critique des mouvements de masse, la connaissance de tous les phénomènes associés, depuis la petite enfance jusqu'à l'âge adulte, tout cela fait partie de notre devoir. Nous devons absolument établir en nous une réflexion libre, consciente.
Si vous ne connaissez pas Jiddu Krishnamurti, je vous invite à lire un de ses ouvrages : " Se libérer du connu".
Tout est là et cet homme en Occident est malheureusement souvent considéré comme un "gourour" alors qu'il a lutté toute sa vie pour la liberté des hommes.
Bien à vous et merci pour le partage de cet article et de tous ceux qui pourraient vous plaire. J'en suis très heureux.
BEATRICE PANITSKAS
  • 7. BEATRICE PANITSKAS | 15/04/2020
Merci beaucoup ! Je pense aussi comme vous et je suis contente de pouvoir partager votre article ! Soyons de plus en plus conscient !!! La conscience est une force ! MErci.
Thierry LEDRU
  • 8. Thierry LEDRU | 14/04/2020
Bonjour Thierry
Merci pour cette piste très intéressante. Edward Bernays. Je ne connaissais pas. Voilà de la lecture pour ce soir :)
Thierry Rubio
  • 9. Thierry Rubio | 14/04/2020
Bonjour,

La fabrique du consentement démarre après la 1ère guerre mondiale, voir Edward Bernays le créateur, et depuis tous les gouvernements l'utilise afin de nous culpabiliser, nous infantiliser pour mieux nous contrôler. Regardez ce qu'il se passe en Chine et commence ailleurs, plus de 600 000 000 de caméras pour surveiller et soumettre le peuple...
Thierry LEDRU
  • 10. Thierry LEDRU | 14/04/2020
Bonjour Jacques
Le groupe Bilderberg fait parler de lui depuis bien longtemps effectivement. Peut-être même s'agit-il d'un leurre, d'un "appât", d'un paravent...Pendant qu'on parle de celui-là, c'est ailleurs que tout se décide. Il est clair pour moi également que nos politiciens, chefs de GVT, ne sont rien d'autre que des faire-valoir, des hommes de main. Il suffit de voir d'ailleurs qu'ils viennent tous du même milieu, du même sérail, qu'ils ont des parcours quasi identiques, qu'ils ont suivi les mêmes cursus, qu'ils se voient dans des soirées "amicales" alors même qu'ils s'affichent dans des groupes politiques opposés. Tout cela est une immense machinerie, une mascarade, une occupation pour le peuple qui pense encore avoir le moindre pouvoir par le truchement des élections. Lorsque des élections ont lieu, c'est le peuple lui-même qui s'enchaîne. Même dans les communes, le pouvoir rend fou. Hors du contrôle des citoyens, il n'y a aucune démocratie. Il faut regarder les structures sociales des Peuples premiers pour comprendre ce qui fonctionne.
Jacques Stroobant
  • 11. Jacques Stroobant | 14/04/2020
Eh oui... le groupe Bilderberg et la commission trilatérale.
Les club privé les plus fermé du monde où l'on décide de qui va mourrir et qui va vivre ou survivre !!!
Les associations qui sont les dirigeants de l'ombre et qui dominent le monde.
Thierry LEDRU
  • 12. Thierry LEDRU | 13/04/2020
Bonjour Marie-Laure
Il est clair que nous sommes entrés dans une période favorable à toutes les manipulations. Les gouvernements se voient offrir l'opportunité de créer des structures limitantes sous couvert de "démocratie". Je connais les travaux de Naomie Klein, de Noam Chomsky et également ceux d'Eric Bern et c'est dans les travaux relatifs au "Triangle de Karpman" qu'il faut chcercher à comprendre comment tout cela est possible.
"Victime, bourreau, sauveur. "
Le virus est le Bourreau, le peuple est la Victime, l'état est le Sauveur.
Nos sociétés modernes fonctionnent de cette façon depuis bien longtemps déjà. Mais tant que les peuples ne comprendront pas qu'ils sont eux-mêmes responsables de cette structure en accordant aux Etats le statut de Sauveur, nous n'en sortirons pas.
J'avais mis déjà ici plusieurs articles à ce sujet :
http://la-haut.e-monsite.com/blog/le-triangle-de-karpman.html
http://la-haut.e-monsite.com/blog/triangle-de-karpman.html
http://la-haut.e-monsite.com/blog/le-triangle-de-karpman-en-video.html

Bien cordialement
Thierry
Marie Laure Laure Santini
  • 13. Marie Laure Laure Santini | 12/04/2020
Pour aller plus loin et dans les circonstances actuelles, on ne peut nier la gigantesque manipulation à laquelle sont soumis les peuples ! il peut être intéressant de lire le livre de Naomi Klein : La stratégie du choc
Quand des peuples subissent un choc : catastrophe naturelle (ouragan Katrina) ou tsunami en Asie ou 11septembre ( très different ) à chaque fois les gouvernements et les multinationales en ont profité pour faire main basse sur l'économie et saborder les libertés etc...
Thierry
  • 14. Thierry | 04/02/2013
Moi, je suis un grand veinard, je n'ai pas les bandeaux publicitaires^^Pour ce qui est du complot, c'est ceux qui ne croient pas aux directives et aux manipulations d'en Haut qui sont des comploteurs. Qu'ils aillent se documenter sur le groupe Bilderberg par exemple...Édifiant...Je pourrais même faire un blog rien que là-dessus tellement il y a à dire.
JM
  • 15. JM | 04/02/2013
Allez Thierry... encore une théorie du complot. Nos "Zompolitics" ne sont pas comme ça , moi je suis sûr qu'ils veulent notre bien à tous. ;O)
ps : pour ton info (que tu connais certainement) ton blog est sponsoré par La Redoute ... ah ah ah

Ajouter un commentaire