Pas le moral (politique)

Il faudrait connaître l'énoncé des questions qui ont été posées car si on imagine que cela concerne la croissance, le pouvoir d'achat, l'insécurité, le chômage, et tout ce qui avec l'idée de croissance, les réponses sont évidemment négatives.

Il faudrait aussi connaître le panel de population choisie. Car si on s'en tient aux individus "insérés" dans un paradigme de croissance, là encore les réponses sont inévitablement négatives.....

 

Imaginons maintenant que ce questionnaire soit proposé à des individus engagés dans une voie de recherche personnelle, une dimension existentielle, une quête libérée des objectifs consuméristes et marchands. Les réponses ne seront pas les mêmes car ces individus sont impliqués dans une prise en charge de leur existence et les effets de la crise économique ne font que renforcer leur engagement, leur motivation, leur détermination. Les réponses ne seront pas les mêmes.......

 

Rien n'est plus facile qu'un sondage "dirigé"....


 

 

Le moral des Français au plus bas depuis 1995

par 
le 03 janvier 2015 à 21h43 , mis à jour le 03 janvier 2015 à 21h55.
TEMPS DE LECTURE
3min
Image d'archives
 

Image d'archives / Crédits : Photodisc/Digital Vision/Thinkstock

 
NOTRE SOCIÉTÉMoins de trois Français sur 10 se disent optimistes quant à leur avenir. C'est le "niveau le plus bas jamais atteint depuis le lancement du baromètre en 1995, selon un sondage Ifop pour Ouest-France à paraître dimanche.
 
Malgré toutes les résolutions prises pour la nouvelle année, ce n'est pas le sondage qui va remonter le moral des Français. Selon l'Ifop pour Dimanche Ouest-France, leur moral est au plus bas depuis 1995. En décembre 2014, les sondés n'étaient que 29% à se dire optimistes.


A la question "En pensant à l'avenir, pour vous et vos enfants, diriez-vous que vous êtes très optimiste, plutôt optimiste, plutôt pessimiste ou très pessimiste ?", 26% se disent "plutôt optimistes", 3% "très optimistes", tandis que 71% se déclarent pessimistes (45% "plutôt pessimistes" et 26% "très pessimistes").

Le pessimisme l'emporte dans toutes les générations. Les 18-24 ans se montrent néanmoins un peu plus confiants en l'avenir (41%) tout comme les cadres supérieurs (43%). Les ouvriers sont à l'autre bout de l'échelle (28%) tout comme les 65 ans et plus (24%) et les professions intermédiaires (27%).

Une défiance envers le gouvernement à son paroxysme

 

Sur le sondage réalisé en décembre 2014, le taux d'optimistes enregistre ainsi une chute de 14 points par rapport à août dernier (43%), même si les enquêtes de l'Ifop réalisées deux fois par an sur cette question ont mis en évidence "un effet de saisonnalité", le moral hivernal étant très souvent en retrait par rapport au moral estival. A 29%, c'est néanmoins le niveau "le plus bas depuis le lancement" de ce baromètre lancé en février 1995. Il faut remonter à août 2005 pour approcher ce résultat (30% d'optimistes).

L'Ifop relève par ailleurs que "la défiance à l'égard du gouvernement dans de nombreux domaines est à son paroxysme". 22% seulement des personnes interrogées lui font confiance pour la lutte contre la pauvreté, 16% pour la lutte contre le chômage, 14% pour l'augmentation du pouvoir d'achat, 13% pour la baisse des impôts. Les résultats sont moins médiocres pour la lutte contre l'insécurité (41% de confiance), la protection de l'environnement (39%) et l'intégration des personnes issues de l'immigration (36%).

Les sympathisants du Parti socialiste restent les plus optimistes (49%), très loin devant ceux du Front National (10%).

Sondage réalisé par téléphone du 19 au 20 décembre 2014 auprès d'un échantillon de 978 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.  

 
 

 

 

blog

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau