Sophrologie

Dr Yves DAVROU

"Les sentiments, les pensées, les émotions, les angoisses, les inquiétudes se traduisent toujours, au niveau du corps, par les tensions. Ces tensions musculaires sont plus ou moins profondes, selon le degré d'intensité et la qualité du facteur qui les déclenche. La peur peut se manifester par des tensions dans la nuque, le dos, les mâchoires. La colère, dans les poings fermés, le front plissé, les lèvres pincées. la joie dans le coeur, le ventre etc...

Le corps est donc, toujours, le siège de ces manifestations, mais nous ne le savons pas, pour la simple et bonne raison que nous ne connaissons pas notre corps, que nous ne l'observons pas réellement.

En effet, l'éducation occidentale privilégie, depuis des siècles, en négligeant, en niant même, l'importance du corps. Or, la pensée ne peut maîtriser l'émotion, qui est une pulsion profonde et puissante qu'aucun raisonnement ne peut endiguer. 

Avez-vous déjà essayé de raisonner un amoureux ? Avez-vous déjà essayé de raisonner une personne angoissée par des arguments ? C'est la plupart du temps inutile.

Par contre, les manifestations corporelles de ces pulsions sont tout à fait contrôlables, par l'intermédiaire de la détente des muscles superficiels et profonds, détente qui va s'étendre à l'esprit, grâce au jeu "activateur-désactivateur" de tout le système nerveux. Ce système réagit en chaîne. Il faut savoir que la montée de l'émotion entraîne la montée des tensions qui à leur tour vont amplifier les émotions, et ainsi de suite...

L'inverse est aussi vrai. La détente musculaire va entraîner une détente mentale et un apaisement qui, à leur tour, vont détendre un peu plus le corps et ainsi de suite...Nous possédons un véritable thermostat de l'émotion qui permet de réguler automatiquement l'émotion et les tensions qu'elle entraîne...jusqu'à un certain point. 

Au-delà de cette limite, il faut que nous l'aidions, sinon il peut se dérégler et entraîner des lésions par mauvaise adaptation. C'est ce thermostat (l'hypotalamus) qui règle nos fonctions végétatives, notamment en commandant l'hypophyse et la sécérétion des hormones.

Nous pouvons donc agir sur nos mécanismes les plus profonds, les plus végétatifs, les plus automatiques. Cela veut dire que si nous n'en sommes pas conscients, nous pouvons les détériorer, sans nous en rendre compte.

Imaginons que nous sommes des vases, de tailles et de formes différentes, ouverts à l'extérieur et aux contenus variables. Si le vase est petit, il est vite plein, il en a rapidement "ras le bol" et la moindre goutte le fait déborder. Pour que ce vase ne déborde pas tout le temps ou qu'il ne casse...il y a deux solutions.

La première est celle qui a été adoptée par une grande majorité de l'humanité, c'est de vider le vase de son trop-plein, de ses contenus négatifs, afin de faire un peu de place à de nouvelles expériences et il faudra recommencer une fois le vase à nouveau plein...L'effervescence de la vie, les "loisirs", les accumulations matérielles, des relations superficielles, des visées extérieures, essentiellement extérieures, des objectifs de hiérarchie, le cadre social, l'appartenance, la reconnaissance......

L'autre solution est celle que la sophrologie préconise : l'augmentation de la capacité du vase, son développement. Ce vase symbolique est bien concrétisé par le corps, notre contenant, celui qui reçoit toutes les informations de l'extérieur, celui que nous présentons et sans doute celui qui "trinque" le plus...

Puisque ce corps est le contenant de tout notre nous-même, apprenons à le connaître, à l'apprécier, à le savourer, à l'aimer. Non seulement, nous ne le connaissons pas mais on nous a appris que "le silence du corps est rassurant"...Lorsque nous l'entendons, c'est bien souvent quand il se plaint ; "J'ai mal à la tête...J'ai mal partout..."

Mais pourquoi n'aurions-nous pas aussi "bon à la tête", "bon partout"...?

Pourquoi toujours ce négatif ?

Une éducation millénaire, basée sur le péché de la chair, nous a marqués d'une plaie difficile à guérir. Une plaie continuellement entretenue..."


Pour connaître le corps, il faut l'écouter...Apprendre à écouter ce que nous n'entendons plus... 

Je sais que ce que je vis depuis plusieurs mois et qui s'est accéléré dernièrement est une expérience positive étant donné que toutes les douleurs et tensions qui ont surgi sont des champs d'expérimentation que la vie met à ma disposition. Puisque je veux devenir thérapeute, il n'est pas meilleur terrain d'apprentissage que le champ de ruines qui me remplit...

J'ai un point de contraction très fort à l'épaule gauche depuis deux jours...

"L'épaule est pour le bras, l'équivalent de la hanche pour la jambe. C'est l'articulation basique, le point d'ancrage, l'axe premier du bras. Elle représente les axes conceptuels profonds de notre capacité et de notre volonté d'action et de maîtrise. Nos épaules portent la trame inconsciente de notre rapport à cette action et à cette volonté de maîtrise sur le monde. la capacité à agir, la volonté volontaire, les préjugés, les intentions appartiennent à la symbolique de l'épaule. Tout ce qui touche à nos désirs profonds d'agir sur quelque chose ou quelqu'un aura donc une relation somatique directe avec elle. Comme la hanche, l'épaule est la porte de l'Intégration, la porte du Non-Conscient mais ici, dans le rapport à l'action, alors que pour la hanche, ils 'agit du rapport à la relation. C'est à ce niveau que les désirs et les volontés d'agir émergent, sortent pour s'exprimer dans le réel. 

Cette image de porte est révélatrice car l'os qui relie la pointe de l'épaule à la poitrine s'appelle la clavicule , ce qui signifie "petite clé" en latin...Or, le point d'attache de la clavicule au sternum se situe sous le Chakra de la gorge, qui est celui de l'expression de soi. Cette remarque prend encore plus d'intérêt lorsqu'on réfléchit au fait que le seul moyen d'expression de l'homme dans son incarnation est justement le "faire", l'action, dont les épaules sont la porte..."

Michel ODOUL

"Dis-moi où tu as mal".


Je ne suis pas malade, j'apprends juste à me connaître. 

Wei-chi : la crise est une opportunité de transformation et en ce sens, elle se doit d'être honorée.


blog

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau