Sophrologie : la vivance

Un condensé de plusieurs lectures.

Anissa Mensous, Dr Chéné, Cindy Chapelle.

En sophrologie, le corps et l'esprit constituent les deux dimensions d'une même réalité existentielle. Notre histoire collective les a souvent séparés, privilégiant l'esprit au détriment du corps. Pour un sophrologue, la conscience est la force génératrice permettant de les unir.
Personnellement, je ne pense pas que l'esprit ait pu être exclu...Il a été submergé par le mental, un mental au service de l'ego. Le mental raisonne, planifie, cartographie, il est extrêmement performant pour user de l'intellect mais il a un défaut majeur. Il nie l'esprit. L'esprit représente l'énergie vitale, le flux créateur. Il existe toujours mais il n'a pas de volonté, il ne sait pas s'imposer. Il est dans une acceptation totale. Les choses sont ce qu'elles sont...

La sophrologie devient donc, pour moi, le travail permettant d'user des performances du mental, la pensée, le contrôle corporel, l'observation intérieure, pour réunifier le corps et l'esprit. Le mental redeviendra l'ouvrier qualifié chargé de l'entretien de la maison. Il n'en sera pas le Maître mais il sera infiniment respecté de tout ce qu'il permet. 

La sophrologie favorise la perception de la vie qui circule dans un corps vivant, la vie qui s'éprouve en tant que phénomène apparaissant à la conscience. Cette perception s'appelle la "vivance". 

La vivance, c'est la rencontre du corps et de l'esprit dans les profondeurs de la conscience. Cette rencontre produit une transformation des structures de l'être.

Elle représente quelque chose de plus que le vécu : elle est l'engagement de tout ce vécu autour de la conscience dans une situation concrète. 

En cela, d'ailleurs, je trouve que l'ont rejoint la pratique de la Pleine Conscience...

La sophrologie a une origine européenne mais ses influences sont clairement orientales. 

la vivance s'effectue par un acte de conscience profond et volontaire qui consiste à vivre son corps dans toute sa réalité présente. Elle s'intéresse à ce qui se passe en nous en tant que phénomène (phénoménologie), libre de toute pensée associée inhérente à notre mental. En suspendant les jugements, les interprétations, les dispersions mentales, le pratiquant s'installe peu à peu dans un état de conscience beaucoup plus profond que ce qui est vécu dans la vie quotidienne. 

Les sensations seront donc une porte d'entrée, comme un balisage à emprunter pour amener l'esprit à une voie apaisée. 

La fréquence, la profondeur, la perception affinées de ces sensations éveilleront des émotions.

La répétition régulière de ces émotions conduira à un sentiment de plénitude, une bienveillance envers soi et une connaissance réelle des phénomènes intérieurs. 

blog

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau