Yuka. Un mois après...

C'était le 12 mai. En reculant avec le camping car, j'ai roulé sur Yuka, le chien de Marine, ma fille. 

Une 1ère opération pour tenter de reconsolider le bassin, le pubis, le sacrum...Cinq broches. 

Et puis une 2ème opération suite à une infection qui risquait de déclencher une septicémie.

Retrait d'une broche et pose d'une autre pour équilibrer le bassin.

Les premières "marches" (5 minutes) montraient une bascule du côté gauche et des douleurs pour Yuka.

Un soir, alors qu'on lui avait enlevé la collerette pour qu'il puisse manger, Yuka a arraché le pansement et les fils de la plaie de l'escarre et il a tout avalé...

En urgence, une heure de route, arrivée à Annecy à 22h30...Le médecin a injecté un vomitif à Yuka et quinze minutes après, il a tout rendu...Refermer la plaie, surveillance toute la nuit...

 

On ne compte plus les trajets entre la maison et l'hôpital.

On ne compte plus non plus, les soutiens et la patience, la bienveillance et l'attention de toutes les personnes de cet hôpital. 

Je me suis même demandé une nuit où je ne dormais pas si finalement, les gens qui consacrent leur vie aux animaux ne sont pas plus humains que les autres...

Les chirurgiens, le Docteur Bernarde ou le Docteur Matres, toutes les autres personnes dont je ne connais pas le nom, les secrétaires de l'accueil, les internes, les infirmières...Toujours cette attention bienveillante, ce soutien dans la douleur, cet apaisement des peurs, des explications patientes, des regards plein d'empathie, une efficacité intacte de leur part...La gestion émotionnelle que ça représente pour eux...Même s'il nous est douloureux de devoir retourner souvent à l'höpital, sans savoir si Yuka reviendra avec nous le soir, même si la route est longue et notre fatigue immense, nous savons, à chaque fois, que nous serons entendus, accueillis, réconfortés, que les soins seront faits avec la plus grande attention.

Beaucoup de gens du personnel nous disent adorer Yuka.

 

L'incontinence n'est pas réglée. Il faut laver Yuka plusieurs fois par jour et changer les couvertures sur lesquelles il dort. J'ai fait deux enclos avec de la paille pour qu'il ne sorte pas. Il ne faut pas qu'il s'allonge du côté de l'escarre. On se lève la nuit pour le retourner car Yuka s'allonge prioritairement du mauvais côté. 

Il faut appuyer sur sa vessie pour déclencher la miction. Les selles arrivent n'importe quand. On a noté pourtant une amélioration puisque Yuka attend plus souvent désormais pour l'urine qu'il soit debout et hors de son enclos. Même chose pour les selles. Je sens aussi des contractions de son ventre lorsque j'appuie sur sa vessie. 

 

Il marche un peu (5 minutes) ou deux cents mètres en tout. Le bassin semble équilibré mais les plaies lui font trop mal sans doute pour qu'il puisse adopter une marche normale. 

Je continue à le masser pour le soulager des contractures musculaires. Plusieurs fois par jour, longuement. Je sais l'importance de ce lien entre lui et moi. 

Il a beaucoup maigri et la masse musculaire de l'arrière-train a fondu...

Il a fallu qu'il garde un drain pendant trois jours avec obligation de le changer toutes les quatre heures...Marine s'en est chargée et j'admire son courage...

 

Poussées de fièvre, états d'excitation ou dépressif, douleurs et pansements déclenchant des allergies cutanées, une collerette qu'il ne supporte pas vraiment, les mouches qui le harcèlent, la chaleur, l'incontinence, la tristesse de ne pas pouvoir courir après les oiseaux, des marches insignifiantes pour l'énergie qu'il avait...

 

C'était l'hiver dernier...Yuka, heureux et fort. Plein de vie.

 

On ne sait pas trop où on va mais on continue à tout faire pour que Yuka récupère...Au mieux. 

Aujourd'hui, Yuka est sorti de son enclos. On l'a emmené au lac. Il a marché quelques mètres...Il a goûté à l'eau qu'il aime tant.

On continue, on ne lâche rien. 

Yuka non plus. 

 

 

 

Yuka. Le jour où...

Yuka...Une semaine après...

 


 

blog

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau