Collapsologie : désastre, mode d'emploi

 

23172939 1483571411678129 4213327282359927409 n

 

Collapsologie : désastre mode d'emploi

Changement climatique, épuisement des ressources, des chercheurs compilent des données montrant que notre civilisation est déjà en train de s'effondrer.

 

PAR 

 

Modifié le  - Publié le  | Le Point.fr

À Houston, le 27 août 2017, après le passage de la tempête tropicale Harvey.

À Houston, le 27 août 2017, après le passage de la tempête tropicale Harvey. © THOMAS B. SHEA / AFP

ABONNEZ-VOUS

Il s'appelle Pablo Servigne, il sourit et, en très gros plan face caméra, il explique : « Un collapsologue, c'est quelqu'un qui s'intéresse à l'effondrement de notre civilisation et qui rassemble des preuves, des chiffres, des faits, des hypothèses, des scénarios. » La voix est claire, elle ne tremble pas. Le propos, lui, est terrifiant.

Dans Comment tout peut s'effondrer. Petit manuel de collapsologie à l'usage des générations présentes, publié au Seuil en 2015, Pablo Servigne et Raphaël Stevens expliquaient ce que de plus en plus de chercheurs, dans différentes spécialités, sont en train de documenter : nous ne sommes pas à l'aube d'une « crise » écologique. Elle a déjà eu lieu. Notre civilisation industrielle, basée sur une énergie abondante, abordable et une croissance continue, n'est pas soutenable. Elle fonce dans le mur et il est trop tard pour éviter l'impact. Bouleversement climatique, crise économique, crise migratoire, les secousses ont déjà commencé et les deux auteurs créent alors cette nouvelle spécialité scientifique : la collapsologie, l'étude du désastre.

 

L'idée n'est pas nouvelle. En 1972, le rapport Meadows, rédigé par le MIT pour le Club de Rome, prévoyait cet effondrement aux alentours de 2030. En 2009, Nature publiait une étude définissant neuf seuils critiques au-delà desquels la vie ne pourrait se maintenir sur la planète. Quatre d'entre eux étaient déjà dépassés. En 2012, une équipe de 18 chercheurs remet le couvert, toujours dans Nature. L'effondrement est imminent et irréversible. « En un mot, les hommes n'ont rien fait réellement d'important pour éviter le pire, car les structures sociales existantes ne sont juste pas les bonnes », expliquait Arne Mooers, professeur de biodiversité à la Simon Fraser University à Vancouver. « Mes collègues qui étudient les changements climatiques [...] sont plus qu'inquiets. En fait, ils sont terrifiés. »

Comment partager ce que nul n'a envie d'entendre ?

C'est cette terreur que voulait apprivoiser Clément Montfort, le réalisateur de Next, une série documentaire sur le Web. Il la connaît bien. Il enquête sur les questions environnementales depuis six ans, est l'auteur de Soigneurs de terre, diffusé sur France 2 en 2016, et de La Guerre des graines. Découvrant le livre de Servigne et Stevens, il décide de se lancer dans un projet ambitieux. Et s'effondre lui-même. Enquêter sur la fin de notre monde, collecter ces faits qui s'accumulent l'ont mené au burn-out.

Pour continuer à avancer, il a repensé son projet : il va les filmer, ces collapsologues solitaires, qu'on prend pour des fous, des prophètes de malheur, qu'on fait taire dans les dîners en ville et autour de la machine à café. Comment font-ils, eux, pour poursuivre leur travail ? Pourquoi ont-ils des enfants ? Comment partager ce que nul n'a envie d'entendre ?

 

Dans le 4e épisode de Next, nos collapsologues sont invités à Bercy, au sein d'un conseil d'experts chargés de rédiger des rapports pour les ministères. Et ce sont deux collapsologues heureux, ou presque, qui se félicitent d'avoir pu échanger avec ces hommes et ces femmes, spécialistes du risque et de la sécurité, de la gestion des ressources, du secteur public, et capables peut-être d'influer sur la décision politique… La conversation se poursuit, ils en arrivent pourtant à soupirer : l'action de l'État, ils n'y croient guère. Trop d'enjeux contraires, trop de complexité.

 

[Next] Web Série Doc @NextWebSerieDoc

"Bercy invite les collapsologues" 
TEASER de L'Episode 4 de NEXT - Web Série Doc 
@_Bercy_

 

 

Entraide

De l'espoir ? En collapsologie, il est mince et a pour nom « résilience ». Certaines initiatives sont déjà mises en œuvre au niveau local. Elles montrent, par exemple, que si l'on change les pratiques agricoles, les écosystèmes peuvent se régénérer. Elles nous obligeront à réfléchir à ce qui nous est essentiel, à revoir nos besoins à la baisse et à coopérer. Car Pablo Servigne et Raphaël Stevens en sont sûrs, études à l'appui : dans une catastrophe, les humains ne se transforment pas en monstres, ils ont tendance au contraire à s'entraider.

Cette résilience, c'est aussi la démarche de Clément Montfort, qui a autoproduit les trois premiers épisodes de sa série, et cherche désormais un financement participatif. Les épisodes suivants donneront, c'est promis, des raisons d'espérer, exploreront « les nouveaux modèles agricoles, l'utilisation de low-tech, la réorganisation des villes ». Ce n'est pas la fin du monde, insiste Clément Montfort, c'est la fin du nôtre. Il faut juste en inventer un autre…

L'épisode 4 de «  Next  » sera diffusé en avant-première le 8 novembre à partir de 20 heuresdans les studios de La Télé libre (1, rue Maurice-Bouchor, 75014 Paris - Métro Porte de Vanves).

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.