"Faut-il manger les animaux?"

"Faut-il manger les animaux ?" Hugo Clément, journaliste de l'émission "Quotidien" a lu le livre de Jonathan Safran Foer. Une grande claque, qu'il résumait hier dans cette publication sur sa page Facebook.

Aucun texte alternatif disponible.

Hugo Clément

29 octobre, 16:17 · 

Ce livre ("Faut-il manger les animaux ?" de Jonathan Safran Foer) est une grande claque dans la gueule. Pas de leçon de morale, simplement des faits et des chiffres sur la pêche et l'élevage industriel, exposés cliniquement.

En voici quelques-uns.

- L'élevage industriel participe + au réchauffement climatique que le secteur des transports (voitures, bateaux, avions et trains réunis).

- Un omnivore, qui mange viande et poisson, émet en moyenne 7 fois + de gaz à effet de serre qu'un végétarien.

- 99,9% des poulets de chair, 97% des poules pondeuses, 99% des dindes, 95% des porcs et 75% des bovins que nous mangeons sont issus de l'élevage industriel.

- Une poule pondeuse, qui à l'état naturel peut vivre jusqu'à 10 ans, est systématiquement tuée avant ses 1 an, car plus assez productive. L'industrie a calculé qu'il coûtait moins cher de les massacrer que de continuer à les nourrir et à les stocker puisqu'elles ne pondent plus assez.

- Un Américain mange en moyenne 21 000 animaux entiers (poulet, vache, lapin, etc.) durant son existence. 21 000.

- Le trajet moyen effectué par notre viande quotidienne est de 2500 kilomètres.

- Les scientifiques s'accordent aujourd'hui tous pour dire que les porcs sont des animaux aux capacités cognitives très développées. Ils sont capables d'empathie, d'aider d'autres porcs, d'apprendre, de jouer, de transmettre des savoirs à leur progéniture, d'ouvrir un loquet de leur enclos pour aller retrouver un mâle ou une femelle en chaleur puis de revenir dans cet enclos avant le lever du jour sans que l'éleveur ne s'en rende compte. Les porcs sont des êtres au moins aussi intelligents et sensibles que les chiens et les chats.

- Aujourd'hui, 684 000 poussins mâles de poules pondeuses vont être "détruits" aux Etats-Unis. Broyés vivants. Ou étouffés lentement dans des bacs en plastique. Pourquoi ? Parce qu'ils ne peuvent pas pondre. Aux yeux de l'industrie, ils sont "inutiles" et donc "détruits".

- 50 milliards de poulets sont abattus chaque année dans le monde. 50 000 000 000 de poulets qui "vivent" toute leur "vie" sur une surface équivalente ou inférieure à une feuille A4.
Extrait : "Sous la plupart des aspects, tous les élevages industriels de poulets, bien ou mal gérés, avec ou sans cages, sont fondamentalement identiques : tous les oiseaux proviennent de manipulation génétique à la Frankenstein, tous sont confinés, aucun ne profite de la brise ou de la chaleur du soleil, aucun n'est capable d'adopter l'ensemble (voire un seul) des comportements spécifiques à son espèce tels que construire un nid, se percher, explorer les alentours et former des unités sociales stables, la maladie est généralisée, la souffrance est toujours la règle, la mort est invariablement cruelle."

- 80 à 90% des animaux marins ramenés à bord d'un navire pendant un chalutage de crevettes sont rejetés morts ou agonisants à la mer.

- Pour 500 grammes de crevettes, 13 kilos d'autres animaux marins sont tués inutilement et rejetés à la mer.

- Pour pêcher le thon, 145 autres espèces sont tuées et rejetées à la mer.

Je pourrais continuer toute la journée. Que vous mangiez de la viande, du poisson, beaucoup ou peu, que vous soyez végétarien ou vegan, lisez ce bouquin. C'est glaçant.

L'élevage industriel est une aberration écologique, éthique, sociale, et économique. Presque tout le monde le sait, mais beaucoup cherchent à l'oublier.

 

blog

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.