Gélatine de porc

Pourquoi la gélatine de porc est partout

 

Des bonbons comme les célèbres oursons renferment de la gélatine de porc. Photo d’illustration Pixabay/domaine public
Des bonbons comme les célèbres oursons renferment de la gélatine de porc. Photo d’illustration Pixabay/domaine public
  •  

    TAGS :

  •  

Bonbons, vaccins, médicaments, produits allégés, cosmétiques… et même dans les pellicules photos ! La gélatine de porc est utilisée par l’industrie agro-alimentaire, mais pas seulement.

Jetez un oeil sur vos emballages alimentaires, vous ne serez pas déçu. La gélatine animale est partout.

Utilisée comme additif, elle porte les numéros E428 ou E441. Si vous ne trouvez pas de numéros, vérifiez la liste des ingrédients de la recette. La mention « gélatine » est affichée, sans plus de précisions ? Bingo. Dans 95 % des cas, il s’agit bien de gélatine de porc. Un ajout pas dangereux pour la santé qui n'est cependant ni halal, ni casher, et ne convenant ni aux régimes végétariens, ni végétaliens. Les industriels s’en servent comme épaississant, stabilisant ou agent texturant… dans bien des produits. Un moteur de recherche existe sur Open food facts.

Les bonbons

L’ajout de gélatine porcine dans les confiseries gélifiées afin de leur donner de la consistance est une pratique répandue. Le champion d’Europe de la vente de bonbons, le géant allemand Haribo, l’assume en le spécifiant sur son site internet. Oursons, fraises Tagada, crocodiles… Ils en contiennent presque tous. Le groupe français Carambar et ses barres "goût fruits" ne font pas exception.

En outre, cette gélatine se glisse dans les préparations de crème glacée, pâte à tartiner, gâteau à la crème, sauce de plats cuisinés, pizza…
Des traces sont également détectables dans des jus de fruits, de la bière ou du vin, puisque certains industriels en ajoutent dans les cuves afin de clarifier leurs préparations.

Les produits light

Plus étonnant, la gélatine de porc se retrouve dans de nombreux produits allégés. Là où les industriels ont retiré le gras pour qu’ils soient moins caloriques, ils ajoutent de l’eau additionnée de cet agent afin de garantir une texture onctueuse agréable et fondante en bouche. Yaourts, mousses, beurres, fromages… Au rayon frais, la plupart d’entre eux renferment de la gélatine de porc, que ce soit le panier 0 % de Yoplait ou la mousse Taillefine de son concurrent Danone.

Les vaccins

Incroyable, mais vrai. Dans la composition des vaccins se trouvent des stabilisants qui vont maintenir leur qualité de leur fabrication à leur utilisation. Selon la Direction générale de la santé, certains de ces stabilisants sont bien fabriqués à partir de gélatine d’origine porcine. Cinq vaccins sont concernés en France : le ProQuad, le Varivax, le Zostavax, le Fluenz Tetra et le M-M-RVAXPRO. Ce dernier, utilisé contre la rougeole, les oreillons et la rubéole, fait d’ailleurs partie des vaccins obligatoires pour les enfants, rappelle Le Monde.

Les médicaments

A l’instar des vaccins, certains médicaments sont concernés, surtout ceux se présentant sous forme de gélule ou de capsule, les analgésiques et les cachets de type « multivitamines ». Pour se faire une idée, une liste non exhaustive est disponible sur la base de données vidal.fr.

Les cosmétiques

Quant aux produits cosmétiques, seule la mention « gelatin » figure sur les contenants. Elle peut être présente dans le gel pour les cheveux, shampooing, crème de soins, fond de teint… Plus surprenant, certains dentifrices en comportent, tels que le « Haleine pure » de Signal ou le « Soin essentiel blancheur» de Sanogyl. Le groupe Unilever, qui possède la première marque et a revendu la seconde, propose sur son site internet de consulter la composition de ses produits.

Les pellicules photos

Enfin, la gélatine entre dans la composition des pellicules et du papier pour photos argentiques. Elle est nécessaire à la réalisation de la couche photosensible qui va servir de matrice pour les impressions.

Repères

Gélifiant et gélatine

Dans la famille des gélifiants, on distingue deux catégories : la gélatine, d’origine animale, et les alternatives végétales : l’agar-agar (E406), l’amidon (E1401), le carraghénane (E407), la gomme xanthane (E415), la gomme de Guar (E412), la pectine… Pour être sûr de ne pas ingérer de produit issu d’un animal, il faut privilégier le terme « gélifiant » réservé aux texturants d’origine végétale par la législation.

Sur l’étiquette

Préféré au bœuf (spectre de la maladie de la vache folle) ou au poisson (plus cher à produire), le porc est utilisé pour la fabrication de la gélatine dans 95 % des cas. La législation n’oblige pas les fabricants à préciser sur l’étiquette son origine, selon la répression des fraudes. Ainsi, bien souvent, seule la mention « gélatine » apparaît au lieu de « gélatine porcine ».

Fabrication

La gélatine de porc est fabriquée par l’hydrolyse du collagène issu de la peau, des os ou des tendons des animaux. Après avoir été réduits en purée, ces morceaux de carcasses sont bouillis dans de l’acide chlorhydrique selon une recette ancestrale et des règles très strictes de fabrication. La substance obtenue est solide, transparente ou légèrement jaune, et ne possède ni goût, ni odeur.

Par V. M. M. | Publié le 16/08/2017 à 09:10 |

blog

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.