Sept raisons de refus

Pourquoi s’opposer à cette réforme ?

Un dossier complet pour comprendre la face cachée de la réforme : à télécharger librement ICI 
dossier-reforme
Cliquez sur le lien ou sur l’image, puis en bas à droite de votre écran, cliquez sur l’icône « enregistrer » ou consultez-le en ligne (tous les liens inclus dans ce pdf sont cliquables pour accéder aux sources citées).

Vous voulez savoir ce qu’est la RÉFORME DES RYTHMES SCOLAIRES ? Ce qu’elle implique comme changements dans votre vie de tous les jours ?


Découvrez dans une interview exclusive CE QUE L’ON VOUS CACHE.

Interview de Christian Schoettl, maire de Janvry.
La seconde partie sur http://youtu.be/y3zx7MK8RG0
Explications d’une réforme bâclée ne visant pas le bien-être des enfants mais juste laterritorialisation de l’Education nationale au frais des contribuables et une baisse du chômage en embauchant à la pelle des animateurs pour quelques heures.
 

 

7 raisons de refuser ENSEMBLE
les nouveaux rythmes scolaires

1   Les rythmes des enfants ne sont en rien respectés, bien au contraire !

Les élèves arriveront aussi tôt à l’école et en repartiront aussi tard, le ministre s’y est engagé. Le temps de classe ne pouvant dépasser 5 h 30, ils verront augmenter le temps d’interclasse du midi ou le temps d’Activité Pédagogique Complémentaire avant la sortie des classes, selon les décisions prises par tel ou tel Projet Éducatif Territorial. Qui peut prétendre que ces temps ne sont pas générateurs de fatigue et de stress ?

De plus, tous devront venir en classe le mercredi  matin. Où est l’amélioration pour les élèves ? Des générations d’élèves ont bénéficié de cette coupure de la semaine, mais à présent on améliorerait leurs rythmes en instaurant la semaine continue !? ! ?

2   Des activités à la charge des familles

Toutes les Mairies qui ont fait une évaluation financière de cette réforme prévoient des coûts considérables : personnels supplémentaires, intervenants divers, transports … La Mairie de Bordeaux par exemple, estime ce coût à 6 millions d’€, la Communauté du Bassin Sud à plus de  100 000 € pour une seule commune. Ce sont les contribuables, et les parents d’élèves en particulier, qui seront mis à contribution, puisque les aides et incitations financières (insuffisantes) ne sont pas pérennes.

3   Des inégalités considérables

Entre quelques rares collectivités « riches » qui peuvent être en mesure d’organiser des activités attractives avec des personnels formés, et la masse des communes « ordinaires » qui ne pourront mettre en place qu’une simple garderie dans une salle quelconque, l’inégalité de traitement des élèves deviendrait la règle.

Pour la plupart des élèves vivant dans des communes déjà écrasées par de nombreuses charges, « l’amélioration des rythmes biologiques” va se traduire en fait par des interclasses “à rallonge”, encadrées a minima, sans moyens ni locaux suffisants, par des personnels précaires.

4   Une mise en danger des écoles communales

Confrontées aux charges supplémentaires considérables induites par la territorialisation(dont les rythmes scolaires ne sont que le prélude), de très nombreuses communes, ne pouvant faire face, seront poussées à abandonner leur compétence scolaire et leur école elle-même à la Communauté de communes ou d’agglomération…

Face au coût engendré par la mise en place des activités périscolaires, les mairies ayant une école de

moins de 4 classes risquent de fermer leurs écoles et d’envoyer les élèves de la commune dans une autre école plus importante. Nous avons déjà des cas !

5   Les conditions de travail des maîtres sont totalement ignorées

Les enseignants ont toujours connu la coupure du mercredi (antérieurement du jeudi). Elle leur permet, en les libérant de la tenue de la classe, de préparer leurs cours, de corriger les devoirs et les cahiers, etc.

L’administration elle-même a calculé qu’un enseignant du 1er degré travaille en moyenne 41 heures par semaine.

Les conséquences de l’augmentation de l’amplitude de leurs horaires vont être très lourdes… et la fatigue des enseignants ne profite jamais aux élèves.

De même, dans certaines communes, faute de locaux, les salles de classe pourraient être utilisées pour les activités périscolaires, amenant la confusion entre les règles de la classe et celles du périscolaire.

6    Des écoles lieux d’affrontement d’intérêts locaux contradictoires

Chaque « territoire » étant sommé de définir son propre Projet Éducatif Territorial, l’école deviendrait rapidement l’enjeu d’intérêts locaux étrangers aux besoins des élèves.

Les enseignants et leurs élèves verraient leurs horaires, leur travail, soumis aux fluctuations des majorités locales.

7    Les vraies raisons sont totalement étrangères à l’intérêt des élèves

Le gouvernement, au nom de la réduction des déficits, engage un nouveau transfert de ses compétences et de ses responsabilités sur les collectivités territoriales. Celles-ci devront en assumer les conséquences financières (donc répercussions sur nos impôts locaux !).

L’Education Nationale et ses personnels se verront ainsi peu à peu « territorialisés »,mettant en danger les principes d’égalité de droit de tous les élèves face à l’instruction.

Les Projets Éducatifs de Territoires, les formations et qualifications locales mettront en péril tout l’édifice social républicain (Code du travail, statuts nationaux…) adossé aux Services Publics et aux diplômes nationaux.

Antenne départementale 24 des Gilets Jaunes contre CETTE réforme des rythmes scolaires.
Groupe Facebook 24 
Site National des Gilets Jaunes Contre la Réforme

Facebook Twitter YouTube 

blog

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau