Sur le fil du rasoir

TOUT CE MERDIER FINIRA PAR UN ACCIDENT.

ET C’EST UN ENFANT QUI EN SERA LA VICTIME.

Et ensuite, on verra tous les politiciens se renvoyer les responsabilités...

"C'était à la commune d'assurer la sécurité des enfants..."

"C'est le gouvernement qui a créé cette situation"

Mais un enfant y aura laissé sa vie.

Il n'y a aucune sécurité physique et affective "

13/09/2014 05:38
« Certains intervenants recrutés par la Ville n'ont jamais encadré d'enfants », s'alarment les animateurs qualifiés. - (Photo archives NR)

Deux semaines après la rentrée, les animateurs chargés d’encadrer les Tap sont inquiets. Ils affirment ne pas pouvoir assurer la sécurité des enfants.

On n'a eu aucune formation, aucune réunion avec la Ville.

- « 70 % à 80 % des intervenants ne sont pas formés, n'ont pas le Bafa, et ne se sont jamais occupés d'enfants. »
- « Dans une école, l'atelier éveil musical se fait dans les toilettes car il n'y a pas d'autres locaux disponibles. »
- « Depuis la rentrée, il y a déjà plusieurs enfants de maternelle qui sont sortis tout seuls des écoles. On en a retrouvé un dans une pharmacie… »
- « Des animateurs se retrouvent parfois avec 40 enfants à surveiller tout seul ! »

 " Le quota animateur/enfant est aberrant ! "

La liste des problèmes semble s'étirer à l'infini. Une vingtaine d'animateurs chargés d'encadrer les Temps d'activités périscolaires des écoles de la ville de Tours se sont retrouvés hier matin dans une salle municipale près de la gare, pour tirer un premier bilan après deux semaines d'école.
Employés par la Ville ou par les associations socioculturelles (« c'est un peu compliqué, on n'est pas tous rémunérés de la même façon », explique une animatrice), ils semblent tous tirer la même conclusion : « Il y a un manque d'animateurs criant. On ne peut pas assurer la sécurité physique et morale des enfants », relaie Angélique, animatrice.
En théorie, la Ville a prévu un taux d'encadrement spécifique pour ces Temps d'activités périscolaires : un adulte pour douze enfants en maternelle et un adulte pour quinze enfants en primaire. « Dans les centres de loisirs, c'est un pour huit en maternelle et un pour douze en primaire. »
Dans les faits, ces chiffres ne sont plus respectés. « Parfois, un animateur se retrouve à surveiller un groupe de 40 élèves tout seul ! Le quota animateur/enfant est aberrant ! »
Après deux semaines de Tap, certains animateurs/intervenants auraient déjà démissionné de leur poste.

 Page Facebook « La coordination des animateurs de la ville de Tours ».

témoignage

" Les enfants sont réveillés de la sieste "

Du côté des parents, on s'inquiète également. Gérald, papa du petit Nathanaël, scolarisé à la maternelle Grécourt, raconte : « Notre fils, qui aura trois ans le mois prochain, est réveillé au bout d'une demi-heure de sieste, les jours où il y a des Tap (soit les lundi et jeudi) car le réfectoire est utilisé pour les activités. Le soir, mon garçon se plaint de ne pas avoir assez dormi ! »
Quant aux fameuses activités, elles semblent être inexistantes. « Les enfants restent sur un banc à ne rien faire. Je suis extrêmement en colère ! Il faut que la mairie trouve des solutions rapidement… »

Pascaline Mesnage

blog

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau